QUAND PINARD ET PÉDALE FAISAIENT ROUTE COMMUNE SUR LE TOUR DE FRANCE (Partie I de II).

Par Ricardo Uztarroz* pour Claude Gilois http://terroirsdumondeeducation.com/

*Co-auteur avec Claude Gilois de Tour du monde épicurien des vins insolites (Arthaud), auteur de La véritable histoire de Robinson Crusoé et Amazonie mangeuse d’hommes (Arthaud), de la nouvelle Le dernier chercheur de la vallée de la Mort dans Ce qu’ils font est juste (Don Quichotte) concepteur et auteur de Amazonie, la foire d’empoigne (Autrement) traducteur de L’homme qui acheta Rio (Série noire).   

        Peut-on un seul instant imaginer un 14 juillet sans défilé militaire sur les Champs-Elysées, suivi de « l’interviouve » (obligatoirement complaisante) du Président de la République dans le cadre bucolique des jardins de l’Elysée (quand il fait beau, bien entendu) au cours de laquelle il se consacre à son propre éloge, mais, surtout, sans étape du Tour qui n’est plus tout à fait un tour de France puisque son parcours se concentre sur les deux majeurs massifs montagneux de l’Hexagone, les Alpes et les Pyrénées, et ne visitent le reste du territoire qu’épisodiquement tous les deux ou trois ans ?

         Juste un exemple, la Bretagne bien que terre de champions du guidon et du pédalier à l’instar du très élégant Louison Bobet, est souvent tenue à l’écart (tiens y a presque un alexandrin entre instar et écart).

         Sans ces trois évènements, la France (bien sûr républicaine) ne serait pas la France, Paris toujours Paris, et le vélo, la plus noble conquête de l’homme, après le canasson fusse-t-il de trait, de somme ou de course,  conquête qui déchaîne, comme en ce jour de Fête nationale 2022, les passions surtout quand son troupeau bigarré de pédaleurs « Sans-culottes » chevauchant leur étrange monture est envoyé à la prise d’une Bastille nommée Alpes d’Huez au milieu d’une foule à l’enthousiasme singulièrement aviné…

          Avant d’aller plus loin dans notre propos, une précision historique (au double sens de cet épithète : à savoir qui se rapporte à l’histoire et qui fait date donc marque celle-ci) s’impose. La rigueur intellectuelle qui est la marque indélébile de ce site, et de l’auteur de ces lignes, nous somme de rappeler que, contrairement à une idée reçue solidement enracinée dans nos courtes mémoires, ces trois traditions qui estampillent le 14 juillet dans sa qualité de Fête nationale fondatrice de l’identité française, sont récentes même si elles ont eu des antécédents.

          C’est en effet Mitterrand qui a scellé en 1980 le retour du défilé de nos troupes sur la dite plus belle avenue du monde, boudée aujourd’hui par les Parisiens car trop courue par les touristes du monde entier, faisant d’elle une enclave cosmopolite. Il donnera au défilé tout son faste en 1989 à l’occasion du bicentenaire de la République dans une volonté d’amalgamer régime politique et nation : la République, c’est la France, et la France, c’est la (pas une) République. La France serait devenue nation avec l’instauration de la République. Dans la vision jacobine, une monarchie ne peut être une nation, vu que ses habitants sont des sujets (donc assujettis à la volonté du Prince) et non des citoyens (libres et égaux… en principe pas en réalité).

             Voulant faire peuple, c’est son prédécesseur, l’aristocratique Giscard d’Estaing qui avait interrompu cette coutume datant seulement de 1946, en envoyant en 1974, à peine élu, troufions, légionnaires coiffés de leurs képis blancs, chars, transports de troupes, musique des armées, etc… parader entre Bastille et Nation, sur le cours de Vincennes, puis République et re-Bastille. Sous la pression de l’opinion, le défilé réinvestira néanmoins les Champs à trois reprises, en 1976-78 et 80, sans doute cette année-là, en raison d’une arrière-pensée électorale qui ne portera pas le fruit espéré.

              Le 14 juillet a été élevé au rang de Fête nationale en 1880 par une loi promulguée seulement huit jours avant. Pour marquer l’évènement, le premier défilé militaire des 14 juillet fut organisé sur l’hippodrome de Longchamp. Près de 300 000 personnes y assistèrent ce qui inspira la célèbre chanson « En revenant de la revue… ».

Celui-ci ne fut pas que festif. Il contenait un double message politique, un destiné aux Français qui visait à effacer l’humiliante défaite de 1870, deux, à l’adresse des Prussiens, à qui il leur disait « Venez, cette fois-ci on est prêts à vous recevoir comme il se doit. » Semble-t-il que l’avertissement ne parvint pas aux destinataires puisqu’ils revinrent en 14… On connaît la suite qui est un tout autre sujet….

          A partir de cette date, le défilé s’érigea en rite incontournable, sauf pendant les deux guerres et pour cause, l’armée ayant autre chose à faire que battre le pavé. Avant d’investir en 1946 la distance qui sépare l’Arc de Triomphe de la place de la Concorde (jamais dans l’autre sens), on le balada de la Bastille à la Nation, à République, à Vincennes, à l’hippodrome de Longchamp, au Bois de Boulogne, et fit quelques intermittentes incursions sur les Champs Elysées.

           En 1958, fraîchement de retour aux affaires, de Gaulle l’utilisa à une fin politique explicite. Pour rassurer les Pieds-noirs. Il mit en tête de cette martiale procession, les régiments coloniaux, signifiant de la sorte que l’Empire et surtout l’Algérie étaient français et le resteraient. Quatre ans plus tard, cette dernière gagnait son indépendance bien que le FLN fut défait militairement et l’Empire se délita.

           En revanche, « l’interviouve » présidentielle est beaucoup plus récente. Le 14 juillet 1978, voulant cette fois-ci faire moderne puisque sa tentative de faire peuple fit plouf, Giscard d’Estaing dédaigna le pompeux et ampoulé discours qui accompagnait cette célébration et opta pour le « relax max » jeu des questions-réponses, inventant en même temps l’art de l’autocongratulation, de la satisfaction de soi affichée avec une suffisance zézéyante, tout à l’inverse, en somme,  de la Chine où quelques années auparavant on s’y adonna sans restriction et sadisme  à l’autoflagellation baptisée pudiquement autocritique.

            Le très monarque Mitterrand s’y complut dans ce jeu anodin, Chirac s’en amusera en s’autorisant quelques grivoiseries (le fameux, on m’en touche une…), Sarkozy, revêche, n’y sacrifia pas. Après cette interruption de cinq ans, c’est Hollande qui rétablira cet échange faussement spontané (les questions sont soumises par écrit à l’approbation du cabinet du président lui octroyant ainsi le temps de préparer ses réponses), et Macron s’est finalement résolu à renouer avec cette pratique qui n’a jamais donné lieu à une annonce fracassante, sauf une fois en 1992 quand Mitterrand reconnut la responsabilité de l’Etat français dans la déportation des Juifs.

           Sûrement que le lecteur piaffant de connaître la suite se demande pourquoi cette longue digression. Tout simplement pour lui rappeler que ce qui paraît ancré de longue date n’est pas aussi ancien qu’on l’imagine, que la coutume est souvent contingente pas immanente comme on a l’impression, que sa survie ou sa disparition est souvent conséquence des facéties de l’histoire. Parenthèse, sans pour autant, et malgré la pertinence de ces annotations, que l’auteur de celles-ci ne se prenne ni pour Platon ou ni Socrate.

              Ainsi l’Alpes d’Huez, pour revenir à notre propos, le monument emblématique du Tour, le théâtre de la plus gigantesque cuite collective de l’histoire, envahi par une foule estimée entre 200 et 300 000 individus, où les drapeaux d’innombrables nations se donnent rendez-vous dans une « entente cordiale », où on trinque et retrinque sans comprendre un mot de la langue de l’étranger qui remplit votre godet de plastique, et ses 21 courbes en épingle à cheveux, sa pente moyenne de 8,3%, n’a été pris d’assaut pour la première fois de l’histoire de la plus grande et populaire épreuve sportive du monde par les coureurs du Tour qu’en 1952. Cette ascension inaugurale fut remportée par Fausto Coppi, aussi grand tombeur de ces dames, preneur de leurs corps et âmes, que collectionneur de victoires, à la fin tragique, d’un romantisme digne du grand cinéma italien d’alors qui nous donna d’émouvants chefs d’œuvre comme « Le voleur de bicyclette ».

             A l’époque, on n’avait connaissance des exploits de ces héros de la Petite reine que par la radio où sévissaient un loquace Georges Briquet dont l’imagination n’était jamais prise en défaut, auquel succéda un certain Robert Chapatte qui ne chômait pas dans le levage de coude, et par la lecture du journal du lendemain où certaines plumes n’hésitaient pas à s’abandonner à l’emphase, sous l’effet, à l’instar d’Antoine Blondin, le scribouillard génial qui avait « tout lu et tout bu », d’une consommation peu modérée dans la gente journalistique de gorgeons de « petit rouge, blanc ou rosé » des terres traversées. A l’époque, on ne nous bassinait pas avec « deux verres par jour et pas tous les jours ». Ce « pas tous les jours » suggère chez des esprits mal tournés, comme le géniteur de ces lignes, qu’on peut s’en jeter derrière la cravate autant qu’on en veut les jours où on ne se limite pas à deux. En cet an 1952, rien ne laissait présager que le 14 juillet 2022, soit 70 ans plus tard, la retransmission télé de l’escalade de ce col (pas de bouteille) à la force du jarret allait exploser l’audimat. Elle a rassemblé plus de huit millions de téléspectateurs, plus de 50% des dites parts de marché, du jamais… vu. A côté, le défilé militaire et ses quatre millions et les six millions qui ont assisté au début de « l’interviouve » puis ont progressivement décroché pour rallier la Trois et la Deux avides de connaître le dénouement de l’étape, font pâle figure. S’ajoute que défilé et propos présidentiels avaient squatté cinq chaînes, laissant peu de choix, alors que l’étape n’était retransmise successivement par une seule chaîne. Donc l’événement de ce 14 juillet a bien été le Tour et sa grande noce avec le pinard…

                                                                        A suivre

              Pour tout savoir sur le vin Mariani, l’élixir des champions qui enchantait les pédales, Zaaf, le coureur musulman bourré à la clé qui repartit en sens inverse, Moineau, un drôle d’oiseau qui saoula ses rivaux et gagna l’étape à Bordeaux, sur les chasseurs à la canette, sur le brutal fondement de la diététique cycliste entre les deux guerres, prière d’attendre le deuxième volet de cette histoire homérique entre Pinard et pédale.