SUMMERLAND LAKE FRONT GI

La limite municipale du district de Summerland (ligne noire) et les deux éléments paysagers de la IG Summerland Lakefront. L’ombrage rose montre l’étendue des sédiments glacio-lacustres. L’ombrage vert montre l’étendue des sédiments deltaïques à l’embouchure du delta de Trout Creek. La carte de base est une carte topographique haute résolution dérivée du LIDAR. Source: BC Wines

RÉSUMÉ

Le concept central de cette indication géographique (IG) est d’englober le paysage contigu composé de sédiments glacio-lacustres (fond du lac) et deltaïques le long de la rive ouest du lac Okanagan dans le district de Summerland. Les sédiments glacio-lacustres fournissent des sols principalement limoneux, riches en carbonate (chaux) et sans pierres sur des bancs surélevés au-dessus du lac Okanagan. Les sédiments deltaïques à l’embouchure du ruisseau Trout sont variables, souvent pierreux et se situent juste au-dessus de l’élévation du lac Okanagan. Les vignobles situés sur ces bords de lac connaissent des conditions climatiques fortement tempérées par le lac. Les vignobles situés à la surface des terrasses glacio-lacustre ont des expositions à prédominance est et sud-est avec un bon ensoleillement. Cet ensemble de conditions offre d’excellentes conditions de croissance pour la vigne.

La superficie totale de l’IG  est d’un peu plus de 760 hectares (1 880 acres) dont 550 hectares (1359 acres) sont situés sur la terrasse  glacio-lacustre au-dessus du rivage du lac et 255 hectares (630 acres) se trouvent sur le delta de Trout Creek. L’IG s’étend sur environ 12 km (7,5 miles) de bord de lac. Il y a environ 65 hectares (160 acres) de vignobles dans l’IG produisant principalement des raisins de cuve blancs.

La zone du GI est dominée par les dépôts glacio-lacustres le long du bord du lac Summerland. Ce sont les mêmes matériaux qui composent les paysages riverains des terrasses de Naramata et Skaha et, par intermittence, ailleurs le long des rives de l’extrémité sud du lac Okanagan.

L’altération de ces sédiments au cours des 10 000 dernières années a produit les types de sols utilisés pour la viticulture dans l’IG. Les séries de sols dominantes (Penticton, Olhausen, Naramata et Osoyoos) présentes dans l’IG sont toutes bien adaptées à la viticulture irriguée.

Dans le Summerland Lakefront IG, la période sans gel commence généralement à la mi-avril et se termine à la fin octobre et produit une durée de saison de croissance de plus de 190 jours, suffisamment longue pour la production de nombreux cépages Vitis vinifera. Bien qu’il y ait une variation interannuelle considérable dans la période sans gel, il y a une tendance significative vers des saisons de croissance légèrement plus longues ces dernières années. Dans le contexte de la vallée de l’Okanagan, la moyenne croissante des degrés-jours-de-croissance sur 20 ans de 1 330 pour l’IG ce qui représente des conditions de chaleur intermédiaires.

Ces conditions sont particulièrement bien adaptées à la culture de cépages blancs nobles pour l’élaboration de vins équilibrés et fruités. Les raisins blancs occupent 68% de la superficie du vignoble de production, le gewurztraminer et le pinot gris occupant ensemble plus de la moitié de cette superficie. Le climat modérément frais permet la production de pinot noir et de merlot de qualité, qui sont les cépages de vin rouge dominants cultivés dans l’IG.

L’APPELLATION

La superficie totale de l’IG est d’un peu plus de 760 hectares (1 880 acres) dont 550 hectares (1359 acres) sont situés sur la terrasse glacio-lacustre au-dessus du rivage du lac et 255 hectares (630 acres) se trouvent sur le delta de Trout Creek. L’IG s’étend sur environ 12 km (7,5 miles) de bord de lac. Il y a environ 65 hectares (160 acres) de vignobles dans l’IG produisant principalement des raisins de cuve blancs.

TOPOGRAPHIE

Au cours des derniers millions d’années, les glaciers ont creusé la vallée et laissé derrière eux les sommets rocheux arrondis comme ceux de Giant’s Head et du mont Okanagan. Lors du retrait de la glace après la dernière glaciation, ce terrain incroyablement accidenté situé à moins de 500 m d’altitude a été enseveli par des sédiments provenant de la fonte des glaciers. La majeure partie du fond de la vallée est maintenant remplie de sable et de gravier. Aux altitudes les plus basses, il existe également d’épais dépôts de matériaux limoneux que les géologues appellent des matériaux glacio-lacustres. Ces matériaux sont les sédiments du fond du lac Penticton. Les sédiments ont été déposés par l’eau de fonte glaciaire qui s’est écoulée dans des lacs temporaires (appelés lacs glaciaires) qui se sont formés entre la paroi de la vallée et une couceh de glace stagnante lors de la déglaciation il y a environ 9 000 à 11 000 ans. Les géologues postulent que le lac glaciaire Penticton s’est formé lorsque des débris glaciaires et de la glace ont bloqué le drainage vers le sud des eaux de fonte de la vallée de l’Okanagan. Les lacs glaciaires ont des histoires courtes et tumultueuses, avec des niveaux d’eau très fluctuants, des vidanges et des remplissages périodiques et des crues. Des lacs marginaux de glace se sont formés lorsque le lobe de glace stagnant a fondu sur place à travers le processus de déperdition. L’« évanouissement » est un processus de déglaciation par lequel l’épaisseur de la glace du glacier diminue avec le temps pour exposer d’abord le terrain à plus haute altitude et plus tard à plus basse altitude. À mesure que l’élévation de la glace diminuait, le niveau d’eau retenue diminuait. Il y a des dépôts glacio=lacustres trouvés bien au-dessus des plus hautes altitudes du Summerland Lakefront IG dans Prairie Valley par exemple. Cependant, peu de ces dépôts de plus haute altitude restent à la surface, ils ont soit été enfouis par des événements de dépôt ultérieur, soit ont été érodés. Ce n’est qu’en dessous d’environ 450 m d’altitude, ou environ 100 m au-dessus du niveau actuel du lac Okanagan, que ces sédiments sont largement préservés. Aujourd’hui, ils fournissent les matériaux d’origine des sols hautement productifs utilisés à des fins horticoles.

La présence et l’étendue des sédiments de fond de lac ou glacio-lacustres définissent une grande partie de l’étendue de l’IG de Summerland Lakefront et, par conséquent, la géologie de surface de la GI est dominée par des dépôts glacio-lacustres. Ce sont les mêmes matériaux qui composent les paysages riverains des terrasses de Naramata et Skaha et, par intermittence, ailleurs le long des rives de l’extrémité sud du lac Okanagan. Ces sédiments sont particulièrement bien conservés dans les falaises au-dessus du rivage entre Summerland et Penticton. Les différentes terrasses, ravines et pentes d’escarpement qui existent aujourd’hui sur ce matériau sont dues à l’érosion depuis la déglaciation. Cela crée un paysage unique et par endroits disséqué le long du bord du lac Summerland.

Le deuxième élément paysager de l’IG est le delta de Trout Creek. Ce n’est que lorsque la langue de glace a complètement fondu et que l’eau de fonte retenue s’est écoulée que le delta moderne de Trout Creek a commencé à se former là où Trout Creek est entré dans le lac Okanagan nouvellement établi à environ son altitude actuelle de 340 m.

De grandes quantités de sédiments ont été transportées vers le lac alors que Trout Creek continuait d’éroder les matériaux de son canyon rocheux et des matériaux laissés par le lac glaciaire Penticton. La majeure partie du delta s’est probablement formée rapidement au cours de cette période de l’histoire post-glaciaire précoce. Alors que Trout Creek dépose encore des sédiments dans le lac Okanagan chaque année, le volume de sédiments est maintenant assez faible et la croissance du delta est minime. Une grande partie de la surface du delta n’est qu’à quelques mètres au-dessus du niveau maximal du lac.

Trout Creek est la principale source d’eau du district de Summerland et le plus grand bassin versant communautaire de l’Okanagan. Le tronçon inférieur de Trout Creek a été canalisé et endigué en 1949, puis modifié à nouveau en 1973 pour le contrôle des inondations. La canalisation a empêché les inondations de débordement de déposer des sédiments frais sur la surface du delta. Néanmoins, la nappe phréatique reste proche de la surface à de nombreux endroits du delta, en particulier lorsque le niveau du lac est à son plus haut à la fin du printemps.

Actuellement, le cours principal de Trout Creek est confiné au bord sud du delta, mais auparavant, le chenal du ruisseau serpentait sur toute l’étendue du delta. En règle générale, dans un environnement delta, un canal principal alimente plusieurs canaux plus petits qui forment ensemble un réseau de flux éphémères. Pendant les périodes de débits les plus élevés, des matériaux grossiers (gravier et galets) se déposent le long du ou des chenaux principaux tandis que des matériaux plus fins (limons et sables) sont déposés par le plus petit réseau de cours d’eau par inondation de débordement. Ces dépôts génèrent une gamme de conditions de sol sur le delta.

SOL

L’altération des sédiments géologiques de surface pendant des milliers d’années a produit les types de sols utilisés pour la viticulture dans l’IG. Ces sols se sont formés sous un climat semi-aride sous une végétation arbustive et herbeuse. Par conséquent, ils partagent tous les mêmes propriétés d’avoir une couche de terre végétale enrichie en matière organique (à moins qu’ils ne soient érodés) et appartiennent tous au groupe taxonomique Chernozem selon le Système canadien de classification des sols. Dans le rapport Soils of the Okanagan and Similkameen Valleys, Wittneben (1986) a cartographié une demi-douzaine de séries de sols communs dans l’IG.

Les dépôts géologiques superficiels non consolidés agissent comme ce que l’on appelle des « matériaux parents du sol ». Les matériaux parents s’altèrent avec le temps pour former des horizons du sol. Ces horizons sont des couches d’altération avec des couleurs et des propriétés différentes telles que la quantité de matière organique et la capacité de rétention d’eau.

Typiquement, les sols formés sur les matériaux parentaux glacio-lacustres ont une texture limoneuse ou parfois sableuse, sont bien drainés et sans pierre avec un pH alcalin dans le sous-sol. Les sols trouvés sur le delta sont beaucoup plus diversifiés. Beaucoup sont stratifiés (c’est-à-dire composés de sables et de limons mélangés recouvrant du gravier) et beaucoup montrent des signes d’une nappe phréatique périodiquement élevée. Avant que les structures de contrôle du débit d’eau ne soient en place sur le lac Okanagan et Trout, le delta était sujet à des inondations de divers degrés chaque année. Ces structures de contrôle ont largement éliminé le risque d’inondation sur le delta et les nappes phréatiques sont maintenant maintenues à au moins un mètre sous le niveau du sol pour la majeure partie de la zone.

Les sols les plus courants du GI appartiennent aux séries de sols Olhausen et Penticton . Ce sont des sols très similaires et sont gérés pour la viticulture en grande partie de la même manière. Cependant, les sols d’Olhausen ont une couche arable légèrement plus sablonneuse en raison de l’ajout de sable éoliens au profil, très probablement au début de la période postglaciaire il y a plusieurs milliers d’années. Semblable au sol d’Olhausen, la série de sols de Naramata présente également une couverture de surface sableuse sur les sédiments glacio-lacustres, mais dans ce cas, les sables sont dérivés de l’érosion hydrique qui a « lavé » la surface des sédiments limoneux probablement en association avec le drainage du lac glaciaire Penticton. Enfin, les sols appartenant à la série de sols Maynard et Munson se retrouvent dans les ravins et le long des pentes des escarpements et ne supportent généralement pas les plantations extensives de vignobles. Ces sols ont tendance à ne pas avoir de couche arable bien développée et peuvent être très alcalins ou même salins à certains endroits. Ils sont donc moins adaptés à la viticulture que les autres sols cartographiés dans l’IG.

Dans la partie sud de l’IG, on trouve des sols appartenant à la série de sols d’Osoyoos. Celles-ci se forment sur des sables d’origine fluvioglaciaire. Ce sont des sols avec des textures de sable et de sable limoneux. Ils ont tendance à avoir une faible capacité de rétention d’humidité mais sont bien adaptés à la viticulture irriguée. La région de Summerland marque l’étendue la plus septentrionale du sable loameux d’Osoyoos, qui est le type de sol dominant le long du Black Sage Bench dans le sud de la vallée de l’Okanagan.

Il existe deux principaux types de sols dans le delta de Trout Creek. Le sol Tomlin est situé sur la partie la plus occidentale du delta. L’altitude de cette partie du delta est d’environ 15 m au-dessus de l’altitude du lac, de sorte que les sols sont relativement secs et bien drainés. Les sols sont généralement composés de sols superficiels limoneux reposant sur du sable limoneux très graveleux. Ce sont les seuls sols du delta qui ne présentent pas de signe de nappe phréatique élevée périodique dans les 100 premiers centimètres du profil pédologique. Le sol d’Inkaneep est situé sur les parties inférieures du delta, plus près du lac. C’est un imparfaitement sol drainé, qui aurait historiquement été inondé la plupart des années. Les sols sont composés de limons et de sables inter-stratifiés.

CLIMAT

La durée de la saison de croissance est calculée comme le nombre de jours entre le dernier gel du printemps et le premier gel de l’automne. Le long du Summerland Lakefront GI, la période sans gel commence généralement à la mi-avril et se poursuit jusqu’à la fin octobre et produit une durée de saison de croissance de plus de 190 jours, suffisamment longue pour la production de nombreux cépages de raisin Vitis vinifera. L’occurrence du gel est très spécifique au site. Elle dépend de la topographie locale et, certaines années, elle était significativement plus longue. La variation interannuelle est importante, mais il y a eu une tendance vers des saisons de croissance légèrement plus longues ces dernières années.

la moyenne de la DJC sur 20 ans est de 1 330 et représente des conditions de chaleur intermédiaires, plus froides que dans le sud de l’Okanagan (où les totaux de DJC dépassent généralement 1 500) mais plus chaud que les régions de Kelowna et du nord.

Les années les plus chaudes ont été 1998 et 2015 avec plus de 1500 DJC>10. L’année la plus froide a été 1999 avec une accumulation de 1074 DJC>10. La variation interannuelle importante de la chaleur accumulée demeure un défi permanent. Il y avait une tendance à des températures hivernales plus chaudes qui augurent bien pour la viticulture dans la région.

CÉPAGES ET ENCÉPAGEMENT

La combinaison du climat, des sols et de la topographie dans l’IG Summerland Lakeside Front crée des conditions très appropriées pour la production de nombreux cépages de raisins de cuve nobles. Les sites en pente douce orientés vers l’est qui prédominent dans l’IG ont un excellent drainage de l’air et une longue période sans gel qui permettent une longue période de maturation des fruits la plupart des années.

L’extension du vignoble est en cours. En 2020, il y avait environ 65 ha (160 acres) de vignobles en production dans l’IG. Le climat modérément frais permet la production de pinot noir et de merlot de qualité supérieure, qui constituent ensemble la majorité de la superficie du vignoble de production de cépages de vin rouge . Il y a suffisamment de chaleur pendant la saison de croissance pour faire mûrir ces cultivars, et la saison de croissance prolongée dans la fraîcheur de la fin de l’été et de l’automne améliore le développement et la rétention des acides de fruits et des composés aromatiques qui contribuent à la qualité sensorielle des vins.

Les vignobles d’Evolve Vineyards sont typiques des conditions du site dans l’IG, avec une exposition dégagée au lac Okanagan, un bon drainage de l’air et une orientation vers l’est. Le banc Naramata est vu en arrière-plan à travers le lac. Source: Evolve Vineyards