SUMMERLAND VALLEYS GI

BC Wines

RÉSUMÉ

Le concept central de cette indication géographique (IG) est d’englober les terres arables qui existent dans le district de Summerland dans les régions connues sous le nom de Prairie Valley et Garnet Valley. Ces vallées sont à une altitude plus élevée et ont des conditions climatiques plus fraîches que les terres agricoles trouvées ailleurs dans le district. L’IG des de Summerland valleys contient certains des vignobles les plus élevés de la vallée de l’Okanagan. L’IG s’étend juste au sud du barrage de Garnet Lake jusqu’aux pentes inférieures du mont Conkle au sud. L’IG relie les deux vallées séparées en incorporant des terres le long des flancs inférieurs du mont Cartwright. La superficie totale de l’IG est d’environ 1350 ha (3330 acres). Il y avait environ 35 ha (85 acres) de production de raisins déclarée en 2019. Il y a actuellement une expansion de la superficie viticole dans l’IG.

Le fond des vallées varie entre 500 et 550 mètres (1640-1805 pieds) d’altitude. L’emplacement de la limite supérieure de l’IG est régi par l’angle de la pente, la présence de terres arables à haute altitude et d’affleurements rocheux. Les terres arables s’étendent jusqu’à un maximum de 700 mètres (2 295 pieds) d’altitude dans la partie supérieure de la vallée de Garnet. Ailleurs, l’altitude supérieure de l’IG est d’environ 650 mètres (2 135 pieds) d’altitude, ce qui correspond à peu près à la limite climatique pour la production constante de cépages de raisin vinifera.

Les reliefs et la géologie superficielle de l’IG résultent d’un processus de dépôt actif pendant et après la glaciation il y a environ 15 000 à 10 000 ans. Dix types de sols prédominants (appelés séries) sont identifiés dans l’IG. Celles-ci se sont formées à partir de divers matériaux parentaux : sables fins soufflés par le vent recouvrant du till glaciaire, dépôts fluvioglaciaires graveleux et/ou sablonneux, dépôts glacio-lacustres limoneux, dépôts fluviaux récents et matières organiques décomposées qui se sont accumulées sous Dale Meadows.

Les vignobles de cette IG connaissent une gamme de conditions mésoclimatiques fraîches déterminées à la fois par l’altitude, la position de la pente et la direction de la pente. Ceux-ci génèrent un éventail de conditions de sites les mieux adaptées à la culture de cépages blancs de Vitis vinifera. Les vignobles au-dessus du fond de la vallée sur des sites en pente avec un bon drainage de l’air ont une période sans gel suffisante pour produire de nombreux cépages blancs, principalement du chardonnay. Les raisins de vin rouge adaptés aux climats frais comprennent le pinot noir qui est la variété la plus couramment plantée. L’IG est également bien adapté à la production de vin mousseux. Les sites viticoles sur les pentes inférieures sujettes au gel et le fond de la vallée sont souvent utilisés pour la production de vin de glace.

L’APPELLATION

Le concept central de cette indication géographique (IG) est d’englober les terres arables qui existent dans le district de Summerland dans les régions connues sous le nom de Prairie Valley et Garnet Valley. Ces vallées sont à une altitude plus élevée et ont des conditions climatiques plus fraîches que les terres agricoles trouvées ailleurs dans le district. L’IG des de Summerland valleys contient certains des vignobles les plus élevés de la vallée de l’Okanagan. L’IG s’étend juste au sud du barrage de Garnet Lake jusqu’aux pentes inférieures du mont Conkle au sud. L’IG relie les deux vallées séparées en incorporant des terres le long des flancs inférieurs du mont Cartwright. La superficie totale de l’IG est d’environ 1350 ha (3330 acres). Il y avait environ 35 ha (85 acres) de production de raisins déclarée en 2019. Il y a actuellement une expansion de la superficie viticole dans l’IG

TOPOGRAPHIE

De multiples glaciations au cours de l’époque du Pléistocène (il y a 2 millions à 10 000 ans) ont érodé la vallée de l’Okanagan de la plupart des sédiments non consolidés et laissé derrière eux les sommets rocheux arrondis de Giant’s Head, Conkle Mountain et Cartwright Mountain. Cependant, en dessous d’environ 600 m d’altitude dans le bras principal de la vallée de l’Okanagan, ce terrain accidenté a été enseveli sous d’épais dépôts de sédiments dérivés des mouvements glaciaires et des eaux de fonte associées. Pour l’essentiel, l’agriculture se situe aujourd’hui sur ces sédiments glaciaires.

Alors que les vestiges du glacier de la Cordillère du pléistocène se retiraient de la région de l’Okanagan, des masses de glace restantes ont continué à remplir les vallées latérales, dont l’une aurait été le bassin actuellement connu sous le nom de Prairie Valley. Nasmith (1962) a postulé que le terrain fortement bosselé qui existe à proximité du centre d’enfouissement de Summerland a été créé par de petites avancées et retraits de cette glace de vallée marginale. À cette époque de déglaciation, la majeure partie de la région de Summerland était encore sous la glace des glaciers, à l’exception des sommets de Giant’s Head Mountain et de la crête de Garnet Valley. Cela aurait également été le cas à ce stade de déglaciation lorsque l’eau s’écoulant des plateaux des hautes terres déglacées aurait été détournée vers le sud pour créer les très grands volumes de sable et de gravier que l’on trouve aujourd’hui au sud du mont Nkwala au-dessus du banc ouest de Penticton.

Plus tard, au fur et à mesure que la glace du glacier s’est affaissée (abaissement de la surface de la glace par fonte sur place) à une altitude d’environ 500 m, la vallée de Garnet et la zone au sud de Giant’s Head sont devenues libres de glace et l’eau de fonte du glacier de la vallée a rempli le bassin de la vallée des Prairies. Comme cela est typique des lacs glaciaires, la retenue n’était que temporaire. Cela a laissé un héritage de dépôts limoneux qui agissent aujourd’hui comme l’un des matériaux d’origine des sols d’IG. Ces sédiments de fond de lac, connus sous le nom de sédiments glacio-lacustres, sont similaires aux sédiments limoneux plus étendus qui composent les falaises le long des rives du lac Okanagan dans la région. Cependant, les dépôts de la vallée des Prairies sont légèrement plus anciens que ceux observés le long du lac Okanagan. Le dépôt de Prairie Valley était de nature locale. La durée de la sédimentation dans ce lac glaciaire est incertaine mais probablement de l’ordre de quelques centaines d’années seulement.

La plupart des coteaux de l’IG au-dessus de 550 m sont recouverts d’un placage de sédiments appelé «till». Ce matériau a été déposé directement en déplaçant la glace. Le till varie en épaisseur de 50 cm à plus de 10 m. La topographie de la surface terrestre est contrôlée par la forme du substratum rocheux sous-jacent et, à de nombreux endroits, le substratum rocheux peut se trouver à la surface ou très près de celle-ci.

Le till est un mélange hétérogène de roches et de minéraux provenant du socle rocheux régional environnant. Le type de substrat rocheux prédominant sous-jacent de la GI est une suite de roches granitiques du début du jurassique(-190 millions d’années) appartenant au Batholite de Bromley. Des roches volcaniques beaucoup plus jeunes (âge éocène – 40 à 50 millions d’années) appartenant à la formation de Marron sont également présentes Les roches volcaniques ont un grain plus fin et lorsqu’elles sont recouvertes par des glaciers, elles génèrent des sols à texture loameuse plutôt que des loams pierreux et sableux associés au till dérivé de roches granitiques.

Les pentes inférieures des vallées sont recouvertes de sédiments mixtes. Dans Garnet Valley, il y a de petites poches de sédiments fluvioglaciaires, de sables et de graviers, qui forment des bancs étroits le long de la paroi ouest de la vallée à environ 30 à 60 m au-dessus du sol. Cependant, la majeure partie du fond de la vallée est recouverte de dépôts plus récents, soit des ventilateurs fluviaux qui forment de longues pentes de pied lisses composées de gravats érodés à partir de pentes plus élevées, soit des dépôts de la plaine inondable d’Eneas Creek. Ces sédiments peuvent être très variables dans leurs propriétés et se traduire par un mélange de sols contrastés sur le fond de la vallée.

Les sables et graviers fluvioglaciaires couvrent la majeure partie du terrain à l’extrémité ouest de la vallée des Prairies, tandis que les zones du fond de la vallée sont couvertes par les dépôts fluviaux récents du ruisseau Prairie Valley. Les prés Dale reposent sur des matériaux tourbeux formés au cours de milliers d’années par la croissance et la décomposition de plantes aquatiques. À de nombreux endroits, des matériaux sableux emportés par le vent recouvrent des dépôts glacio lacustres et de till plus ancien. Souvent, généralement immédiatement adjacents aux pentes latérales du substratum rocheux, un mélange de sédiments transportés par les pentes peut être trouvé, y compris des cônes fluviaux et des dépôts colluviaux peu profonds recouvrant la roche.

Il est important de comprendre cette distribution complexe des matériaux de surface dans la mesure où ils génèrent l’éventail des différents types de sols qui se trouvent à proximité dans l’étendue de l’IG.

SOL

La zone englobée par le Summerland Valleys GI possède une gamme de matériaux d’origine géologiques et de sols qui se sont formés sur ceux-ci. Les dépôts géologiques de surface non consolidés agissent comme ce que l’on appelle des « matériaux parents du sol ». Les matériaux parents s’altèrent avec le temps pour former des horizons pédologiques. Ce sont des couches de sol avec des couleurs et des propriétés différentes telles que la quantité de matière organique ou la capacité de rétention d’eau. Dans le rapport Sols des vallées de l’Okanagan et de la Similkameen, Wittneben (1986) a cartographié une douzaine de séries de sols communes au sein de l’IG. Les séries de sols sont des types de sols représentés sur des cartes de sols. Ceux-ci sont définis par la nature du profil du sol et le type de matériau parental sur lequel le sol s’est formé.

Les sols se sont formés sous une végétation arbustive et herbeuse (sur les versants sud et ouest) et ont des couches de terre végétale bien développées. Ces sols partagent tous les mêmes propriétés d’avoir un horizon de couche arable enrichi en matière organique (sauf érodé) et tous les sols appartiennent au groupe taxonomique Chernozem selon le Système canadien de classification des sols. Sur les versants plus frais (exposition nord et est), les sols formés sous la végétation forestière partagent des propriétés qui les placent dans le groupe taxonomique brunisolique du Système canadien de classification des sols . Ces sols ont un ensemble différent d’horizons pédologiques et manquent généralement d’une couche arable riche en matière organique.

Les matériaux d’origine du till dominent les pentes au-dessus du fond de la vallée et les sols formés sur le till sur les pentes les plus chaudes sont utilisés pour la viticulture. Le plus commun de ces sols est la série de sols de Kelowna, un sol chernozémique brun foncé. Ce sol peut également être sous-tendu par des couches épaisses cimenté par de la chaux (carbonate de calcium). Cela peut être brisé par un labour profond lors du développement d’un vignoble ou de la replantation.

Les sols fluvioglaciaires sont ceux formés sur les sédiments déposés par les eaux de fonte glaciaire. Ces sédiments sont le plus souvent très graveleux mais parfois ils peuvent être sableux avec peu ou pas de gravier. Les textures du sol sont déterminées par l’énergie d’écoulement de l’eau de fonte au point de dépôt. Lorsque les sols sont composés de graviers arrondis et formés dans des conditions de prairie, ils sont classés comme appartenant à la série de sols Rutland. Ceux-ci ont une distribution limitée sous forme de petites terrasses et de bancs sur les pentes inférieures de la vallée de Garnet. Là où les graviers ont altéré sous la végétation forestière, ils sont classés comme appartenant à la série Paradis. Lorsque ces sols forestiers sont sablonneux avec peu ou pas de graviers, ils sont classés comme appartenant à la série Parkhill. Les sols Parkhill et Paradise se trouvent tous les deux dans Prairie Valley. Ils se produisent souvent ensemble dans toute la vallée de l’Okanagan.

La retenue des eaux de fonte glaciaire et la création du lac glaciaire temporaire dans la vallée ont formé les matériaux d’origine des séries de sols Munson et Summerland. Ces sols glacio-lacustres se trouvent dans la partie centrale de Prairie Valley . La série de sols Munson peut être très adaptée à la viticulture tant que les sous-sols très alcalins ne sont pas exposés à la surface où ils peuvent nuire à la santé de la vigne. La texture limoneuse de ces sols offre une excellente capacité de rétention d’eau, et ces sols sont largement utilisés ailleurs dans la région pour la viticulture. Dans les zones basses où la nappe phréatique est proche de la surface et où des conditions très humides existent, ces sols sont classés comme appartenant à la série de sols Summerland.

Les cours d’eau modernes (Eneas Creek à Garnet Valley, Prairie Creek à Prairie Valley) ont laissé leur empreinte sur les sols de la GI. Prairie Valley Creek draine la vallée vers l’est en direction du lac Okanagan. Dans certaines régions, le ruisseau a érodé les sédiments du fond de la vallée pour créer un chenal étroit à environ 2 à 4 m sous la surface des terres environnantes. Dans d’autres secteurs, où le gradient de pente en aval est moindre, le ruisseau a déposé des matériaux sur sa plaine inondable. Les sols de la plaine inondable sont variables, généralement bruts et non altérés, et supportent une végétation riveraine adaptée aux inondations et aux dépôts périodiques. Les sols des plaines inondables appartiennent à la série de sols de Strutt et Kinney.

Sur le sol plat de l’extrémité est de la vallée des Prairies se trouvent des sols sujets aux inondations et à la saturation périodique. Depuis la déglaciation, une nappe phréatique élevée persistante et un drainage lent de l’eau à travers les vastes plaines de Dale Meadows, ont engendré la croissance de la végétation aquatique. Au fil du temps, les débris de plantes aquatiques se sont accumulés et se sont décomposés pour créer ce que l’on appelle des sols « boueux ». Ces sols sont principalement constitués de matière végétale décomposée et contiennent peu de matière minérale (sable, limon ou argile). Ils sont souvent utilisés pour la production de légumes de saison lorsque la nappe phréatique est contrôlée par drainage. Cependant, leur situation paysagère basse et souvent glaciale et leurs conditions saturées rendent ces sols généralement inadaptés à la viticulture.

CLIMAT

Les cumuls de degrés-jours de croissance (DJC) et la période sans gel (PSG) sont des indices calculés à partir des températures journalières. Ceux-ci sont généralement utilisés pour caractériser les conditions climatiques de la viticulture. La durée de la saison de croissance est calculée comme le nombre de jours sans gel entre le dernier gel du printemps et le premier gel de l’automne. Dans la région, le PSG commence généralement à la mi-avril et se poursuit jusqu’à la fin octobre et entraîne une saison de croissance d’un peu moins de 200 jours. Les températures révèlent l’influence de la position du paysage, en l’occurrence le fond de la vallée, qui est soumis à des flux d’air frais nocturnes qui abaissent les températures moyennes journalières et raccourcissent la période sans gel.

CARACTERISATION VITICOLE

Il y a environ 35 ha (86 acres) de vignobles en production dans l’IG, avec environ les deux tiers de la production dans la Garnet Valley et un tiers dans la Prairie Valley. Il y a aussi environ 20 ha de terres plantées de vignes qui ne sont pas encore en production. C’est une IG avec une superficie de vignoble en expansion chaque année. Cependant, la viticulture dans toutes les parties du GI Summerland Valleys est mise au défi par son climat frais. Alors que l’accumulation de DJC est suffisante pour produire de nombreux cépages de Vitis vinifera de climat frais, le PSG court limite la gamme de cépages qui peuvent être cultivés avec succès sans dommages causés par le gel printanier ou une période de maturation des fruits tronquée par le gel automnal. Les tendances récentes des hivers plus chauds et des saisons intermédiaires ont quelque peu atténué cette situation.

Les vignobles au-dessus du fond de la vallée sur des sites en pente avec un bon drainage de l’air ont un PSG suffisant pour produire de nombreux cépages blancs, principalement du chardonnay, et des cépages rouges adaptés aux climats frais, y compris le pinot noir qui est la variété la plus couramment plantée dans l’IG.

Les pentes au-dessus du fond de la vallée dans les deux vallées sont couvertes de till glaciaire. Remarquez les gros blocs de granit en arrière-plan (flèches). Ceux-ci ont été déposés directement sous la glace du glacier dans la vallée de Garnet. De gros rochers comme ceux-ci se trouvent sur les surfaces de till dans tout le GI.