RULLY  AOP

Vins de Bourgogne

Bourgogne Maps – outil cartographique interactif – www.bourgogne-maps.fr

L’APPELLATION

L’appellation Rully est réservée aux  vins secs tranquilles blancs ou rouges   élaborés sur le territoire des communes suivantes du département de Saône-et- Loire : Chagny et Rully en Bourgogne.

HISTOIRE

La culture de la vigne à « Rully » est développée par les Romains et, dès le début du VIème siècle, l’implantation du christianisme favorise l’expansion de la vigne, par la création d’importants domaines rattachés aux abbayes.
Lors du passage du roi LOUIS XIII, en 1629, à Chalon-sur-Saône, les échevins lui offrent vingt deux feuillettes (contenant d’environ 137 litres) de vin de « Rully ».

En 1700, l’intendant FERRAND rédige un « Mémoire pour l’instruction du Duc de Bourgogne » lui indiquant que, dans cette province, les vins les meilleurs proviennent des « vignobles qui approchent de Nuits et de Beaune ». Il s’agit à l’évidence de la région de « Rully ».

En 1895, le vignoble de « Rully » couvre une superficie d’environ 600 hectares. A cette époque, les vins sont souvent vendus sous des noms plus prestigieux, tels « Mercurey », mais certains « climats » (nom régional des lieudits, cadastrés ou d’usage) sont reconnus pour leur qualité et bénéficient d’une grande notoriété.

L’appellation d’origine contrôlée « Rully » est reconnue par décret, en 1939. Après la seconde guerre mondiale, alors que le vignoble ne couvre plus qu’une superficie de 90 hectares, quelques pionniers restent persuadés de la qualité des vins issus du milieu naturel de la zone géographique. Par leur persévérance, ils maintiennent la notoriété des vins.

En 1943, une liste de « climats » les plus réputés, bénéficie de la mention « premier cru ».
Le vignoble, en 2010, s’étend sur une superficie d’environ 345 hectares. 220 hectares sont plantés en cépage chardonnay B dont 59 hectares sur des parcelles classées en « premier cru ». 125 hectares sont plantés en cépage pinot noir N, dont 26 hectares sur des parcelles classées en « premier cru ». La production annuelle moyenne est de 10400 hectolitres de vins blancs et 5300 hectolitres de vins rouges.


CLIMAT ET SOLS

La zone géographique occupe la terminaison nord de la « Côte chalonnaise », en Bourgogne. Elle est située à une dizaine de kilomètres à l’ouest de Chalon-sur- Saône, dans le département de Saône-et-Loire. La « Côte chalonnaise » est un relief calcaire, allongé selon une direction nord/sud, d’orientation générale vers l’est. Elle forme la limite entre, à l’ouest, les contreforts calcaires du massif granitique du Mont-Saint-Vincent et, à l’est, la plaine de la Saône.
La zone géographique s’étend ainsi sur le territoire des communes de Rully et Chagny.
Le relief de la zone géographique est relativement complexe. Le basculement des couches sédimentaires vers l’est, combiné à l’alternance de calcaires durs et de marnes (calcaires argileux) plus tendres, se traduit, dans le paysage, par de petites crêtes aux flancs dissymétriques, en contrebas de la « côte » principale. Les versants orientés vers l’est sont le plus souvent en pentes douces, alors que les versant, orientés vers l’ouest, sont plus abrupts, souvent compliqués par des corniches et ressauts calcaires.

La plus grande partie des coteaux de la zone géographique est constituée de formations à dominante calcaire du Jurassique supérieur. Seuls les petits reliefs de l’est sont formés de marnes du Jurassique moyen. L’altitude des coteaux de « Rully » est comprise entre 250 mètres et 400 mètres. L’ensemble des substrats est recouvert d’un épandage caillouteux de versant.

La nature calcaire du sous-sol, combinée au plongement des couches géologiques vers l’est, génère des sols relativement peu diversifiés, argilo- calcaires. Superficiels, plutôt secs et d’une fertilité modérée sur les niveaux de calcaire, ils sont plus profonds et bénéficient d’une bonne réserve hydrique, sur les niveaux marneux.

Les parcelles précisément délimitées pour la récolte des raisins occupent principalement des coteaux à substrat « calcaire » ou « marneux », exposés au midi et vers l’est et très localement, vers l’ouest. L’altitude d’implantation des vignes est comprise entre 220 mètres et 300 mètres.

Le climat est océanique dégradé, subissant des influences méridionales et continentales. La douceur méridionale pénètre par la vallée de la Saône atténuant les influences océaniques et donnant des mois estivaux très ensoleillés et des précipitations annuelles moyennes inférieures à 800 millimètres. Les précipitations se répartissent régulièrement sur l’année, sans sécheresse estivale. L’exposition générale des parcelles de vigne permet un réchauffement rapide de l’atmosphère, tôt dans la matinée.

DÉLIMITATION DE L’APPELLATION

La récolte des raisins, la vinification, l’élaboration et l’élevage des vins sont assurés sur le territoire des communes suivantes du département de Saône-et- Loire : Chagny et Rully.

Bourgogne Maps – outil cartographique interactif – www.bourgogne-maps.fr

DÉROGATION SUR LA DÉLIMITATION DE L’APPELLATION

L’aire de proximité immédiate, définie par dérogation pour la vinification, l’élaboration et l’élevage des vins, est constituée par le territoire de certaine communes des département suivants: département de la Côte-d’Or, département du Rhône, département de Saône-et-Loire et département de l’Yonne.

CÉPAGE PRINCIPAUX

CÉPAGES PRINCIPAUX

Pinot Noir N, Chardonnay B.

AUTRES CÉPAGES AUTORISÉS

, Pinot Gris G, Pinot Blanc B.

RENDEMENTX MAXIMAUX

Vins blancs : 64 hectolitres par hectare

Vins rouges : 58 hectolitres par hectare

VINS ET CARACTÉRITIQUES ŒNOLOGIQUES


– Les techniques soustractives d’enrichissement (TSE) sont autorisées pour les vins rouges dans la limite d’un taux de concentration de 10 %.
– L’utilisation de morceaux de bois est interdite.
– Les vins ne dépassent pas, après enrichissement, le titre alcoométrique volumique total de 13,50%.

Outre les dispositions ci-dessus, les vins doivent respecter, en matière de pratiques œnologiques, les obligations figurant au niveau communautaire et dans le code rural et de la pêche maritime.

CARACTÉRISTIQUES VITICOLES

a) – Densité de plantation
Les vignes présentent une densité minimale à la plantation de 8000 pieds par hectare, avec un écartement, entre les rangs, inférieur ou égal à 1,40 mètre et un écartement, entre les pieds sur un même rang, supérieur ou égal à 0,80 mètre. b) – Règles de taille
Les vins proviennent des vignes taillées selon les dispositions suivantes :

Vins blancs

Les vignes sont taillées avec un maximum de 10 yeux francs par pied : –

 soit en taille courte (vignes conduites en cordon de Royat et cordon bilatéral);

– soit en taille longue Guyot simple.

Vins rouges

Les vignes sont taillées avec un maximum de 8 yeux francs par pied :
– soit en taille courte (vignes conduites en cordon de Royat, cordon bilatéral, gobelet et éventail) ;
– soit en taille longue Guyot simple.

Le rajeunissement des cordons est réalisé avec un maximum de : – 10 yeux francs par pied, pour les vins blancs ;
– 8 yeux francs par pied, pour les vins rouges.

La taille Guyot simple peut être adaptée avec un 2ème courson permettant d’alterner d’une année à l’autre la position de la baguette.

Quel que soit le mode de taille, les vignes peuvent être taillées avec des yeux francs supplémentaires sous réserve qu’au stade phénologique correspondant à 11 ou 12 feuilles, le nombre de rameaux fructifères de l’année par pied soit inférieur ou égal au nombre d’yeux francs défini pour les règles de taille.

AUTRES CARACTÉRISTIQUES

a) – Le nom de l’appellation d’origine contrôlée peut être complété par la mention traditionnelle « premier cru ».
Le nom de l’appellation d’origine contrôlée peut être suivi des dénominations géographiques complémentaires (climats) suivantes selon les dispositions fixées dans le cahier des charges pour les vins susceptibles de bénéficier de la mention traditionnelle « premier cru » :

LES PREMIERS CRUS

Premier cru:  – « Agneux » ; – « Champs Cloux » ; – « Chapitre » ; – « Clos du Chaigne (à Jean de France) » ; – « Clos St Jacques » ; – « Cloux » ; – « Grésigny » ; – « La Bressande » ; – « La Fosse » ; – « La Pucelle » ; – « La Renarde » ; – « Le Meix Cadot » ; – « Le Meix Caillet » ; – « Les Pierres » ; – « Margotés » ; – « Marissou » ; – « Molesme » ; – « Montpalais » ; – « Pillot » ; – « Préaux » ; – « Rabourcé » ; – « Raclot » ; – « Vauvry ». 

Le nom d’un climat pouvant être associé à la mention traditionnelle « premier cru » est porté immédiatement après le nom de l’appellation d’origine contrôlée et imprimé en caractères dont les dimensions ne sont pas supérieures, aussi bien en hauteur qu’en largeur, à celles des caractères composant le nom de l’appellation d’origine contrôlée.

b) – L’étiquetage des vins bénéficiant de l’appellation d’origine contrôlée peut préciser le nom d’une unité géographique plus petite, sous réserve :
– qu’il s’agisse du nom d’un lieu-dit cadastré ;
– et que celui-ci figure sur la déclaration de récolte.

Le nom du lieu-dit cadastré est imprimé en caractères dont les dimensions ne sont pas supérieures, aussi bien en hauteur qu’en largeur, à la moitié de celles des caractères composant le nom de l’appellation d’origine contrôlée.
c) – L’étiquetage des vins bénéficiant de l’appellation d’origine contrôlée peut préciser l’unité géographique plus grande « Vin de Bourgogne » ou « Grand Vin de Bourgogne ».

d) – Lorsque l’indication du cépage est précisée sur l’étiquetage, cette indication ne figure pas dans le même champ visuel que les indications obligatoires, et est imprimée en caractères dont les dimensions ne dépassent pas 2 millimètres.

 Dernière modification du cahier des charges : 17   décembre  2011