CHIANTI DESCRIPTION GÉNÉRALE

Historiquement, la région viticole de Chiant était relativement limitée et se situait autour des villes de Radda, Castellina et Gaiole (en bleu sur la carte) et la première délimitation de la région date de 1716. Aujourd’hui la région viticole s’étend  approximativement de Sienne jusqu’à Florence. La tradition viticole de cette partie de l’Italie remonte à l’époque des Étrusques (avant l’Empire romain) qui vécurent  du Xe  au IVe siècle avant JC. Des documents attestent, non seulement de la culture de la vigne et la consommation de vin, mais aussi des expériences de greffes et d’hybridations  en Chianti. C’est en 1932, qu’une classification des terroirs de Chianti fut adoptée et qui divisa la région en  7 sous-régions dont les dénominations commencement toutes par Chianti.

« Classico »,  la plus connue entre Florence et Sienne 

« Colli Aretini », sur coteaux vers  Arezzo

« Colli Fiorentini », sur coteaux autour de  Florence

« Colli Senesi », sur coteaux autour de Sienne

« Colline Pisane »,  sur coteaux plus proches de la mer

Pisa « Montalbano »,  sur les coteaux de  Montalbano autour de  Pistoia

« Rufina », sur coteaux autour de  Rufina à l’est de  Florence  

En 1984, la région de Chianti obtint la dénomination de DOCG, connue aujourd’hui sous la DOP Chianti dans le cadre de l’harmonisation européenne. La DOCG Chianti s’étend  sur 13,428 ha / 33,167 acres (2018) qui produisent 707,600 hl / 7,862,000 caisses (2018) vin. 
 
Une huitième région fut ajoutée en 1996
 
« Montespertoli », sur coteaux autour de Montespertoli

Il existe aussi un DOCG Chianti Classico qui s’étend sur 4,083 ha / 10,085 acres (2018) et qui produit 252,000 hl / 2,800,000 caisses (2018).

CÉPAGES

Le cépage phare de la région est le sangiovese mais ce n’est qu’en 1995 que l’utilisation du sangiovese comme monocépage fut autorisée dans l’appellation Chianti. Encore aujourd’hui, on autorise dans le vin de Chianti 25 % d’autres cépages (20% pour l’appellation Chianti Classico) soit des cépages locaux à concurrence de 10% (canaiolo nero et  colorino) soit  internationaux à concurrence de 20%  (merlot, cabernet sauvignon, cabernet franc, syrah  etc). Les raisins blancs ne  sont plus autorisés depuis 2007). Le degré alcoolique doit être au minimum de 11,5% (12% pour le Chianti Classico) et les rendement maximum permis sont de 10 tonnes par hectare et de 7,5 tonnes en Chianti Classico. L’élevage minimum est de 4 mois. 

SOLS ET CLIMAT

Les sols de Chianti sont de deux types principaux : sédimentaires et alluviaux. Les sols sédimentaires se divisent en 2 groupes distincts, alberese et galestro.  Ces sols sont composés de marnes argilo-calcareuses  mais l’albarese donne  des sols plus pierreux très résistants aux diverses conditions climatiques alors que les galestro sont des schistes détritiques friables et moins résistants. Les albarese ne sont pas sans ressembler à l’ albariza de Jerez mais avec plus de marnes ce qui leur donne une couleur plus sombre. On trouve aussi des sols gréseux  appelés macigno, une roche (dite aussi pierre de Florence) composée de quartz, de mica, d’argile et d’oxyde de fer, réunis par un ciment calcaire. Ce sont les sols du Chianti Classico. Ces sols donnent des vins structurés, minéraux et d’un grand potentiel de garde. Les sols alluviaux sont plus récents et se composent majoritairement de limon et de sable et produisent des vins aux notes fruitées mais sans la structure imposante des sols sédimentaires et on les trouve dans les appellations Chianti autour de la zone Classico.  
Le climat est méditerranéen avec des étés chauds et des hivers cléments. La quantité des précipitations  a longtemps été suffisante pour une viticulture sans irrigation mais le réchauffement climatique affecte la Toscane d’une manière de plus en plus importante et l’irrigation a été introduite dans de nombreux vignobles.

DÉLIMITATION DE L’APPELLATION

La zone de production du vin Chianti DOCG, qui désigne différentes subdivisions géographiques et différents types, se situe entièrement au centre du territoire administratif de la région Toscane. En particulier, la zone de production du vin Chianti DOCG comprend les reliefs collinaires particulièrement propices à la production de vin de qualité, couvrant certaines parties des territoires administratifs des provinces d’Arezzo, Florence, Prato, Pistoia, Pise et Sienne.

RENDEMENTS

Chianti : 9 000 kilogrammes de raisins par hectare  OU 63 hectolitres par hectare

CHIANTI COLLI ARETINI, COLLI FIORENTINI, COLLINE PISANE, COLLINE PISANE, MONTALBANO, MONTESPERTOLI, RUFINA, COLLI SENESI Y COMPRIS RISERVA : 8 000 kilogrammes de raisins par hectare : 56 hectolitres par hectare

CHIANTI «SUPERIORE»
7 500 kilogrammes de raisins par hectare  ou 52,50 hectolitres par hectare

COMPOSITION VARIÉTALE

VINS ROUGES

Rouge : au moins 70 % de sangiovese ; maximum 30% autres cépages rouges    autorisés (maximum 15% cabernet franc et/ou cabernet sauvignon) ; maximum 10 % autres cépages blancs     autorisés

Rosso de la sous-zone Colli Senesi uniquement : au moins 75 % de sangiovese ; maximum 25% autres cépages rouges    autorisés (maximum 10% cabernet franc et/ou cabernet sauvignon) ; maximum 10 % autres cépages blancs     autorisés

Superiore ;  (Rouge)

Riserva (Rouge)

PRODUCTION

Vignobles : 13 800 ha / 34 086 acres (2019)

Production : 734 000 hl / 8 156 000 caisses en  moyenne

LES DIFFÉRENTS TYPES DE CHIANTI ET LEURS COMPOSITIONS OENOLOGIQUES

les tableaux suivants donnent une indication des différentes caractéristiques des 2 DOCGs, CHIANTI CLASSICO ET CHIANTI ainsi que des sous-zones de CHIANTI DOCG des styles de vins 

FORMAT EXCEL CI- DESSOUS

CLASSIFICATION DES CHIANTI

Dernière modification du cahier des charges : le 05/11/2019