GISBORNE BAY GI

SOURCE: Jacqueline Uztarroz, collaboratrice de Terroirs du Monde Education terroirsdumondeeducation.com

Photo

Cette région peut s’enorgueillir d’être la première à avoir vu le capitaine Cook fouler les côtes de cette nouvelle terre connue aujourd’hui sous le nom de Nouvelle-Zélande et aussi d’être la première à voir les rayons du soleil se lever (si c’est le soleil qui se lève et si ce n’est pas la terre qui tourne sur elle-même).
C’est la troisième région viticole de la Nouvelle-Zélande par l’importance de son vignoble avec 1 190 hectares de vignes (2019) soit 3,7% de la viticulture nationale que se partagent 33 domaines, mais paradoxalement ce n’est pas la plus connue car elle est difficile d’accès.
Les premières expériences de viticulture eurent lieu dans les années 1840-1850 sous l’impulsion de 2 missionnaires, l’Anglais William Williams et le Français, le père Lampila qui lui se croyait à Hawke’s Bay. Le réel décollage ne se fit qu’à la fin des années 1960 et au début des années 1970. Gisborne Bay porte le titre de capitale de la Nouvelle-Zélande pour la production de chardonnay mais elle produit aussi d’excellents gewürztraminers.
C’est une région de contrastes où les petits domaines côtoient les plus grands (Pernod Ricard, Penfolds etc) et la qualité est aussi variable que la taille des domaines. La pluviométrie est l’une des plus élevées en Nouvelle-Zélande avec plus de 1 000 mm par an qui tombent principalement en hiver, mais, paradoxalement, c’est une des régions qui comportent probablement le plus de domaines en biodynamie et les vignobles ne sont pas irrigués et la pluie n’est pas rare pendant les vendanges. Ils sont majoritairement plantés sur les versants sud sur des sols limoneux avec une proportion variable de calcaire mais aussi dans la plaine sur des sols argileux. Les températures de la région sont modérées par des vents secs venus du nord-ouest, les écarts de température entre le jour et la nuit sont faibles et Gisborne est souvent la première région viticole de Nouvelle-Zélande à vendanger.

Photo