AÇORES

Photo
SOURCES: vineyards.com

Les îles des Açores  sont situées au milieu de l’océan Atlantique, à près de 1 600 km au large des côtes du Portugal, à peu près à la même latitude que Lisbonne. Trois des neuf îles – Pico, Graciosas et Biscoitos ont des zones viticoles DOC. ​ La viticuture des Açores date du XVe siècle et elle s’étend aujourd’hui sur 1 500 hectares.Le climat est un mélanges de climat méditerranéen, océanique et subtropical.

Photo
SOURCE: @José Luís Ávila Silveira/Pedro Noronha e Costa (Wikipedia.org)

Les îles des Açores diffèrent les unes des autres et chacune a son propre charme individuel. Il y a aussi la diversité de leurs sols, qui se reflète dans les vins qu’ils produisent, chacun a son propre caractère particulier. Leur origine volcanique confère au terrain des propriétés spécifiques qui sont liées à la phase d’activité volcanique qui les a créées, de la croûte volcanique, des coulées de lave «lajido» aux zones sablonneuses avec dépôts de cendres. Ces terroirs uniques, combinés avec l’influence de la mer, la latitude et le travail manuel dédié créent des vins uniques avec des caractères distincts.

Photo
SOURCE:@Adega do Vulcāo

UNE TRADITION ANTIQUE

La vigne est cultivée aux Açores depuis les premières colonisations humaines et au fil des siècles, le développement s’est principalement fait dans les zones côtières. Historiquement, la Grande-Bretagne et ses colonies étaient les principaux marchés des vins produits dans les îles de l’Atlantique, qui sont même arrivés à la table du tsar en Russie. Les anciens cépages étaient le verhelho, l’arinto,  le terrantez et le bastardo. ​

LA REDÉCOUVERTE DU VIN D’AÇORES ​

Au milieu des années 1800, une épidémie dévastatrice de phylloxéra  détruisit presque complètement les variétés indigènes, elles furent remplacées par des vignes américaines comme l’isabel, un hybride  résistant au phylloxera mais qui donnait des vins de piètre qualité. Le processus de réintroduction graduel des vignes indigènes aux Açores a commencé vers la fin des années 80. Les producteurs locaux ont été encouragés à remplacer les hybrides par des cépages traditionnels, principalement  le verdelho et arinto dos Açores.