Retour à la mappemonde
ALBANIE

DESCRIPTION DU PAYS

Photo
SOURCE: par  Sadik Kaceli Domaine  Public. https://commons.wikimedia.org/

 

Palace de la Culture à Tirana. Source: Par Diego Delso, https://commons.wikimedia.org/

DIVISION ADMINISTRATIVE DU PAYS

Depuis la réforme administrative du 31 juillet 2014, l’Albanie est subdivisée administrativement au premier niveau en 12 préfectures1 (ou régions ou comtés selon les traducteurs), officiellement nommées qark. 

SOURCE: By Josh (talk)Albania_Counties_Gray.svg: Joshbaumgartner. https://commons.wikimedia.org/

L’ALBANIE VUE DE D’AILLEURS

L’Albanie est un pays,   « celui des aigles », petit, 28 748 km², montagneux  pour les 2/3, le relief y est  accidenté et difficilement accessible, il culmine à 2 753 m au mont Korab. Plus d’un tiers du territoire est couvert de forêts.
En 1939, le pays fut  annexé par l’Italie : la couronne du Royaume albanais passe alors au roi d’Italie Victor-Emmanuel III.
Depuis 1946 jusque dans les années 80, l’Albanie devint un pays mystérieux, car personne n‘ y entrait, sauf  quelques  communistes patentés. Zéro touriste. C’était « une  démocratie populaire »,  autrement dit un régime stalinien, dirigé par  Enver Hoxha, premier secrétaire du Parti communiste. Ce gouvernement  fut le seul  des pays communistes à refuser la déstalinisation en 1956,  il  rompit avec l’URSS et  se rapprocha de la Chine puis rompit.
L’Albanie fut  ainsi isolée du reste du monde jusqu’à la chute du régime en 1991 et sans doute la dictature la plus sévère d’Europe. Quatre Etats occidentaux seulement (France, Italie, Autriche, Suisse)  entretenaient des relations diplomatiques avec l’Albanie. De leur côté, le MI6 et la CIA  tentèrent en 1949-1951, en pleine Guerre Froide, de renverser le gouvernement en infiltrant des commandos de réfugiés politiques albanais. Leur projet nommé Valuable Project, échoua car Kim Philby, officier  anglais de liaison (= espion) entre le MI6 et la CIA de 1949 à 1951, avait prévenu les  Soviétiques.
Dans ce pays, (occupé pendant des siècles par l’Empire Ottoman) la religion majoritaire est l’islam, essentiellement sunnite. Les musulmans  y seraient  entre 40 %   et 79,9 % ( !) de  la population.
95 % de la population est composée d’Albanais de souche, répartis en deux groupes : les Guègues (au nord) et les Tosques (au sud). Quelques groupes minoritaires : des Grecs 200 à 300 000 dans le sud du pays, des Aroumains (romanophones), des Tziganes, des Serbes, des Macédoniens.
L’Albanie est le pays d’Europe qui connaît la plus forte émigration, plus d’un tiers des Albanais vivent à l’étranger, surtout  en Grèce et  en Italie. Car le  niveau de vie est un des plus bas d’Europe,  avec un salaire minimum moyen  en janvier 2017 de 155 euros par mois. Le taux de chômage des jeunes dépassait les 33% en 2017 selon la Banque Mondiale. En conséquence, la population du pays a diminué de 100 000 habitants entre 1991 et 2001. L’émigration continue même si les données officielles semblent le sous-estimer. L’Albanie est le premier pays d’origine des demandeurs d’asile en France en 2017. La population de l’Albanie était de 2,86 millions d’habitants en 2019.  Le pays est candidat à l’entrée dans l’Union Européenne.

Photo
LA TOMBE DE KIM PHILBY À MOUSCOU. SOURCE: Wikimedia Commons

Et à la rubrique culturelle : les tintinophiles savent bien sûr que   la Syldavie, pays imaginaire des Balkans, mêlant des éléments de nombreux pays d’Europe fut inspirée à Hergé par  la situation historique  de l’Albanie dans les années 1930. Comme l’atteste sa lettre écrite le 12 juin 1939 à son éditeur, à propos de la parution de l’épisode Le Sceptre d’Ottokar (publié entre 1938 et 1939) en album : ….. La Syldavie, c’est l’Albanie. Il se prépare une annexion en règle.. ». Le drapeau albanais  possède des similitudes avec celui de la Syldavie. Enfin, selon des spécialistes,  le roi Muskar XII, qui dirige le pays dans cette histoire, serait physiquement inspiré du roi Zog Ier.

PRÉSENTATION DU PAYS VITICOLE

En 2018, on recensait  11 373 hectares  de vignobles, soit 1,63% du total des terres agricoles. L’Albanie appartient à la zone subtropicale et subit l’impact d’un climat méditerranéen tempéré. Au cours des années 1990 (1990-1994), on a observé une réduction spectaculaire de la superficie totale du vignoble, de 20 000 hectares (1990) à 4 300 hectares (1994), et, après les années 2000, une légère augmentation à 79 94 hectares (2005) et 10 533 ha en 2016. En 2016, 205 286 tonnes de raisin ont été vendangées et  118 744hectolitres  de vin élaborés, dont 97 980 hectolitres  par les petites caves familiales et 20 764 hectolitres  par les grandes exploitations viticoles. On dénombre 426 établissements vinicoles avec différentes capacités de production  qui élaborent  des vins secs, des vins doux et du raki pour la consommation locale, et du jus de raisin, du brandy et du raki pour l’exportation. En 2016, la superficie plantée en  cépages autochtones albanais était de 3 150 hectares soit 30% de la superficie totale du vignoble. La taille moyenne des vignobles est  1,14 hectare.
L’exportation de vins était de 256 hectolitres en 2016 (aux États-Unis et au Kosovo), tandis que l’importation était de 27 975 hectolitres.
La consommation de vin par habitant était très faible (146 463 hl ou 4,18 litres / habitant). Conformément à la stratégie nationale générale de développement de la viticulture (2007), il était prévu que la superficie totale du vignoble soit d’environ 20 000 ha en 2030.

HISTOIRE

On estime que la région où se situe l’Albanie aujourd’hui est  peuplée depuis au moins 100 000 ans. C’est au tournant du troisième millénaire avant notre ère qu’une population indo-européenne s’installa sur le territoire de l’Albanie actuelle. Il s’en est suivi un brasage de  populations incorporant les caractéristiques culturelles et linguistiques uniques de toute la péninsule balkanique. Sur la base de cette population ancienne, le peuple illyrien s’est développé au cours du deuxième millénaire jusqu’à sa chute au premier siècle avant JC. Le géographe de l’Antiquité, Strabon (63 avant JC – 20 après JC) a écrit sur l’Albanie: … les habitants de la côte orientale de l’Adriatique exportent du vin à Rome qui le conserve dans des barriques en bois … . Johan Wilkes (2005), a écrit que: … pour le monde hellénique, les Illyriens ressemblent à des amateurs de vin, car les Ardiaeans (une tribu illyrienne) organisent des compétitions pour désigner qui peut boire le plus et les femmes, qui participent également à ces compétitions, ramènent  leurs hommes ivres à la maison.  Les  rois illyriens,     Agron et Gentuis, étaient aussi de grands buveurs de vin … ». Wilkes poursuit que … les Helléniques ont appris par  les Taulants (une autre tribu illyrienne) une excellente recette d’hydromel », préparée par fermentation de miel, de vin et d’eau, une boisson célèbre utilisée par les Illyriens de Pannonie à l’époque d’Attila …».

Photo
LE ROIS GENTUIS. SOURCE: https://www.albanopedia.com/

Lors de fouilles archéologiques de 2005-2008, dans l’ancienne ville de Bylis, construite en 400 avant J.C., ont été découvertes des cuves en céramique utilisées pour le broyage du raisin et la décantation du vin, d’une taille de 165 cm x 145 cm, divisées par des murs de 35 cm d’épaisseur. On a trouvé 16 amphores, isolées intérieurement  avec de la cire d’abeille et de la résine de pin. À Apollonia, une autre ville antique illyrienne, près de Fier, on a trouvé et conservé 1 500 amphores sur quatre rangées, qui forment un mur de 21 m de long, 6 m de large et 2 m de haut. Le volume de chaque amphore était de 22 à 26 litres. Dans le même temps, dans le golfe de Saranda, à 2 km du bord de mer, on a trouvé 6 amphores. Toutes ces amphores datent de 300 ans avant JC.
Après sa chute en l’an 30 av. J.-C., l’Illyrie passa sous le contrôle de l’Empire romain. Les empires romain et byzantin stimulèrent  la culture de la vigne en Illyrie à Arbëria ou à Shqipëria. Les écritures et les chroniques du 10e au  14e siècle témoignent des exportations de vin, d’huile d’olive, de soie et de poisson séché salé de l’Albanie vers l’Italie. Dans le registre ottoman de 1431, il était écrit que des 1 123 villages, de la rivière Mati à Konispol, 158 villages ou 14% cultivaient la vigne et payaient régulièrement la taxe sur le vin. La chroniqueuse (historienne) turque Elvija Çelepia, en 1660-1670, écrivait: Elbasan a 2 000 ha de vignobles, Shkodra 2300 ha et Desartia (district de Berat et Skrapar aujourd’hui) 7000 ha.

Photo
BYLIS. SOURCE: par  ShkelzenRexha . https://commons.wikimedia.org/

Avec la division de l’Empire romain (395 après JC), l’Illyrie est devenue une partie de l’Empire byzantin. Le pays a subi des invasions continues au cours des 1 000 dernières années qui suivirent  et  le   25 janvier 1479, l’Albanie succomba à l’Empire ottoman.
L’Albanie revendique l’une des plus longues histoires de viticulture d’Europe. Le géographe français Henri Enjalbert (1910-1983),  professeur à l’université de Bordeaux, éminent spécialiste de la géologie du vin, a considéré que l’Albanie, les îles ioniennes grecques et le sud de la Dalmatie (partie de l’Illyrie à l’époque antique) pourraient avoir été le dernier refuge européen de la vigne après la période glaciaire.
Les efforts ultérieurs et les insurrections pour l’indépendance conduisirent   finalement à la proclamation de l’indépendance de l’Albanie en 1912. Entre la mise en place du premier gouvernement albanais en 1912 et 1944, la viticulture augmentait rapidement, mais le phylloxéra  dévasta une vaste superficie du vignoble. Les premiers cas de phylloxéra avaient été découverts en 1933, mais   en raison du retard dans le diagnostic et du manque de capacités scientifiques, plus de la moitié de la superficie du vignoble fut dévastée, de sorte qu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale, il n’y avait plus que 2 737 hectares  de vignobles. Le rétablissement de la viticulture albanaise commença en 1945, avec l’instauration du régime communiste, il se traduisit par  l’implantation  de nouveaux vignobles avec des plants greffés importés d’Italie, de France, de Hongrie et de Bulgarie

Photo
SOURCE: https://www.babelio.com/

En 1957, fut initiée  la production de plants greffés sur souches américaines  par 9 pépinières publiques et il y avait  eu 24 établissements vinicoles dans toutes les régions, produisant des vins secs et du raki (un distillat de raisin) pour la consommation locale, et des vins doux, du jus de raisin et du brandy pour l’exportation. En 1965, il y avait 10 000 hectares  de vignes. Au cours de la période 1970-1990, la superficie totale du vignoble  passa  à 20 000 ha, dont 14 000 ha pour la production de vin.
​La production de vin en Albanie communiste  atteignit  son apogée en 1972. À cette époque, il y avait 23 établissements vinicoles en activité et 47 sites de production de raisin. Jusqu’en 1990, toutes les terres  étaient propriété de l’État de par la loi. Pendant cette période, 700 000 ha de terres agricoles ont été gérés par 77 fermes d’État et 415 par des coopératives agricoles. De 1990 à 2004, 564 000 ha de terres agricoles ont été privatisés et, par conséquent, environ 450 000 exploitations privées ont été créées avec une superficie moyenne de 1,1 hectare.

Photo
LA CHUTE DU COMMUNISME EN ALBANIE. SOURCE:@Armand Babani. https://balkaninsight.com/

CLIMAT ET SOLS

Au nord, l’Albanie rejoint la frontière avec le Monténégro et le Kosovo, à l’est avec la Macédoine, au sud avec la Grèce, et au sud-ouest avec la mer Ionienne et à l’ouest avec la mer Adriatique.
​L’Albanie a une variété de systèmes climatiques  et  il existe un grand nombre de régions climatiques pour une si petite superficie avec son littoral faisant face aux mers Adriatique et Ionienne dans la mer Méditerranée, ses hautes terres adossées à la masse continentale élevée des Balkans. Les basses terres côtières ont un climat typiquement méditerranéen tandis que les hautes terres ont un climat continental. Dans les basses terres comme à l’intérieur, le temps varie considérablement du nord au sud. La quantité annelle  moyenne  des précipitations est de 800-1300 mm, dont 75%  tombent en hiver et au début du printemps, en dehors de la période végétative de la vigne. L’irrigation du vignoble est donc nécessaire en particulier dans les zones vallonnées.
​Le rayonnement solaire varie de 2 730 heures  à Saranda à 2 035 à Kukësi   donc compatible avec la viticulture,  sauf dans les hautes zones montagneuses. Les basses terres ont des hivers doux, avec une moyenne d’environ 7°C (45°F). Les températures estivales sont en moyenne de 32°C (90°F), l’humidité est faible. Dans les basses terres du sud, les températures moyennes sont d’environ 5°C (41°F) en hiver et 30°C (86 °F) en été. Les extrêmes de la culture de la vigne sont entre 1 100 et 1 300 mètres  d’altitude au sud et 400-700 m d’altitude dans la partie nord. Selon la classification de l’UE, l’Albanie appartient  à la zone climatique C, avec trois sous-zones: C III B, C III A et C II.  (Répartition des groupes de référence WRB en Albanie).

Selon la classification du « World Reference Base for Soil Resources (WRB) »,   les sols albanais  sont des cambisols, des luvisols, des régosols, des leptosols, phaeozems et dans les zones côtières occidentales des fluvisols. D’un point de vue textural, les sols sont limoneux, 50%,  argileux, 30% et  sableux 20%. Les sols profonds dominent les zones côtières plates; les sols peu profonds dominent sur les zones vallonnées et montagneuses.

Source: https://esdac.jrc.ec.europa.eu/

RÉGIONS VITICOLES

L’Albanie est divisée en quatre régions viticoles principalement basées sur l’altitude et la latitude.

1. Les plaines côtières (basses terres occidentales) qui  s’élèvent à 300 mètres (990 pieds)  et englobent les villes de Tirana, Kavaja, Durres, Shkodra, Lezha, Lushnje, Fier, Vlora, Puka  et Delvina.2. La région vallonnée centrale varie entre 300 et 600 mètres  (985- 1970 pieds)  d’altitude et comprend les villes de : Elbasan, Krujë, Gramsh, Berat, Përmet, Librazhd et Mirditë.3. La région sub-montagneuse orientale se situe entre 600 et 800 mètres  et entoure les villes de : Pogradec, Korçë, Leskovik et Peshkopi.4. Les vignes des montagnes (Highlands, hautes terres) sont également cultivées jusqu’à 1 000 m (3300 pieds). Les sols sont généralement de la silice argileuse de profondeurs et d’expositions variables.Le 28 avril 2009, l’Albanie signa avec l’Union Européenne un traité de libre-échange commercial par lequel l’Albanie reconnaissait toutes les appellations de l’Union en échange de la reconnaissance par l’Union de trois zones viticoles. Le pays était découpé transversalement en 3 zones viticoles et l’UE reconnaissant 34 Geographical Indications (GIs) albanaises. Pour plus de détails sur les régions viticoles d’Albanie, cliquez sur le lien suivant: ALBANIE – Régions viticoles

CÉPAGES

La longue histoire viticole de la région lui a conféré une bonne diversité variétale et on recense 7 cépages autochtones en Albanie mais ils ne représentent que 30%  de l’encépagement total du pays.  Les principaux cépages plantés sont : shesh i bardhë (shesh blanc ), pulës, debinë e bardhë ( debinë blanc), serina i bardhë (serina blanc), cëruja et quelques écotypes locaux appelés brasten i bardhë (brasten blanc), ujcek, et kallmet i bardhë (kallmet blanc).
​Les cépages internationaux se taillent la part du lion dans le paysage viticole albanais.
Pour plus de détails sur les cépages albanais, cliquez sur le lien suivant : ALBANIE – Cepages

LÉGISLATION RÉGLEMENTATION

Le texte fondateur de la viticulture moderne date de 1999 et il établissait le cadre juridique de l’élaboration des boissons alcoolisées et de la viticulture et de la vinification en particulier. En mars 2009, l’Albanie signa un accord de libre-échange avec l’Union Européenne qui reconnaissait l’existence de 3 grandes zones viticoles dans le pays et qui définissait 34 Indication Géographiques (IGs) ou Geographical Indications (GIs). Pour en savoir plus sur la législation et la règlementation albanaise, cliquez sur le lien suivant. ALBANIE – Législation