Retour à la mappemonde
ARMENIE

DESCRIPTION DU PAYS

Flag Armenia
SOURCE: https://en.wikipedia.org/wiki/Armenia

LE PAYS VITICOLE

L’Arménie est un pays viticole largement méconnu bien qu’il soit sans doute avec la Géorgie l’un des plus anciens pays viticoles du monde. En effet, il se situe dans l’épicentre historique de la viticulture dans les montagnes du Caucase qui entourent le biblique Mont Ararat considéré comme l’un des berceaux de la viticulture mondiale. Selon la Bible, Noé aurait planté la première vigne à la fin du Déluge se serait saoulé avec son propre vin.

La vigne a proliféré dans ces régions à l’état sauvage sous la forme Vitis Vinifera Silvestris ou Lambrusque (l’ancêtre de la vigne cultivée aujourd’hui) pendant plus d’un million années avant d’être domestiquée. Au huitième siècle, l’Arménie était nommée le pays des vignobles. Le pays se situe entre la mer Noire et la mer Caspienne, cependant le climat est sec et la majorité des vignobles sont coincés entre les déserts dans le sud et les grandes plaines dans le nord. Le climat est continental avec des hivers particulièrement rigoureux et des étés très chauds si bien que la viticulture de qualité se fait en altitude (90% du pays se trouvent à une altitude au-dessus de 1 000 mètres). Cela permet au cycle végétatif de la vigne de s’effectuer dans de bonnes conditions car les écarts de températures sont importants. La quantité des précipitations est faible entre 250 et 300 mm par an mais l’eau qui provient des montages et des méthodes d’irrigation efficaces ont grandement facilité l’agriculture et la culture de la vigne. L’Arménie qui a longtemps fait partie de l’URSS (1922-1991) qui était son principal débouché commercial.
Depuis l’implosion du bloc communiste elle connaît un renouveau avec une consommation en baisse des « Brandys » et une hausse de la consommation des vins et une ouverture sur les marchés internationaux. Pendant toute la période soviétique l’Arménie était le centre de production du « Brandy ». Le « Cognac » armenien était particulièrement réputé pour sa qualité et Winston Churchill en était un consommateur assidu. C’est l’indépendance de l’Arménie qui a été le moteur du renouveau de l’industrie vini-viticole avec le retour au pays de nombreux Arméniens de la diaspora. La spécialisation de l’Arménie dans la distillation a favorisé les cépages blancs aux dépens des cépages rouges et on compte aujourd’hui 12 variétés de blancs et seulement 3 de rouges. L’Arménie vini-viticole se repartit sur l’ensemble des provinces du pays mais les grandes régions de production sont: Kotayk, Aragatsotn, Amavir, Ararat, Vayots Dzor et Yerevan.

Photo
SOURCE: Wikipedia.org

STATISTIQUES

En 2009, la superficie viticole de l’Arménie était de 16 480 hectares, une baisse spectaculaire par rapport à 1990 où l’encépagement s’étendait sur 29 175 hectares. La privatisation des terres en 1990 est responsable de cette baisse et les statistiques ne donnent pas la proportion des raisins de cuves, de table et de raisins secs. La production se montait à 43 720 hectolitres en 2009.

LES CÉPAGES

Il existe trois cépages principaux cultivés en Arménie: areni, khndoghni et voskehatse qui se repartissent sur les régions suivantes:

Photo

Areni: un cépage rouge qui tire son nom d’une ville éponyme dans le sud du pays. C’est un cépage qui pousse sur des vignes franches de pied et tolère particulièrement bien les conditions climatiques continentales en raison de sa peau épaisse. C’est un cépage dont on décrit parfois les caractéristiques organoleptiques comme un croisement entre le pinot noir et le sangiovese.

Photo
Source: non identifiée

Khndoghni: tire son nom du mot arménien “khond” qui veut dire rire. C’est un cépage de la région de Nagorno-Karabakh que se disputent l’Arménie et l’Azerbaïdjan. C’est un cépage tannique d’un grand potentiel de garde. Il est souvent élevé en barriques du Caucase qui proviennent de la même région.

Voskehat: Si l’areni est le cépage phare rouge de l’Arménie alors le voskehat est son alter ego en blanc. C’est un cépage résistant avec une peau épaisse qui est bien adaptée aux chaleurs de l’été et aux hivers rigoureux des plateaux arméniens. Presque tous les viticulteurs arméniens qui font du blanc utilisent ce cépage soit en monovariétal soit en assemblage.

Photo