Retour à la mappemonde
ÉGYPTE

DESCRIPTION DU PAYS

https://commons.wikimedia.org/

Le Caire, la capita. Source: https://commons.wikimedia.org/

L’ÉGYPTE VUE D’AILLEURS (En préparation)

PRÉSENTATION DU PAYS VITICOLE

La viticulture égyptienne a un passé glorieux d’abord en tant qu’exportateur de vin du Levant puis en tant que producteur.

Avec la domination islamique qui durera plusieurs siècles, la viticulture du pas s’est orientée principalement vers la production de raisins de table. L’encépagement varie entre 66 000 hectares et 78 000 hectares de vignes selon les sources.

Il n’existe que 2 centres de transformation des raisins en Égypte, Al-Ahram Beverages Company qui possède 4047 hectares de vignes (10 000 acres, les quantités de vin produites ne sont pas données) et Kouroum of the Nile qui produit 4 000 000 de bouteilles et possède 200 hectares de vignes dédiés au vin.

La grande majorité des raisins sont destinés à la table et environ 600  hectares sont réservés au vin dont la production se montait en 2013 à environ 28 350  hectolitres authentiquement égyptiens par an. Mais le pays produit des vins à partir de moûts concentrés (sans doute plus acceptables dans un pays musulman) mais les quantités produites avec ses moûts ne sont pas connues. Les deux sociétés de transformation affirment ne pas utiliser des moûts ou des concentrés. 95% des vins sont destinés aux touristes et 5% aux expatriés.  En 2020, l’Égypte a importé pour 952 000 Euros de vins de raisin, mousseux, devenant ainsi le 105e importateur de vins de raisin et mousseux au monde. L’Égypte importe des vins de raisin, mousseux principalement du : Royaume-Uni (647 000 Euros), de France (112 000 Euros),d’ Italie (96 800 Euros), de Émirats Arabes unis (28 700 Euros) e tde Pologne (22 000 Euro).

2018, le tarif moyen pour l’Égypte en Vins de raisin, mousseux était de 2780%, l’un des tarifs les plus exorbitants après l’Angola, le Bénin, le Burkina Faso, le Botswana, la République centrafricaine (3 000%). La production de vin dans le pays où les taxes d’importation sont aussi importantes, est donc particulièrement sensée d’un point de vue économique.

Les marchés d’exportation qui ont connu la croissance la plus rapide pour les vins de raisin et mousseux d’Égypte entre 2019 et 2020 ont été le Japon (2 840 Euros) et la Belgique (513 Euros), avec des montants faibles.

HISTOIRE

L’Égypte évoque la splendeur d’une des plus intéressantes civilisations de l’Antiquité y compris pour la viticulture et pour le vin. Pour autant, la domestication de la vigne a eu lieu loin du mythe égyptien dans les montagnes du Caucase, en Transcaucasie (Caucasie du Sud). La viticulture s’est ensuite étendue vers la Syrie et au Levant avant qu’elle n’atteigne le delta du Nil aux environs de 3 000 A.V.JC. Les premiers pharaons importaient du vin du Levant, le territoire actuel de la Palestine et d’Israël. Au cours de la dynastie 0, vers 3 150 av. J.-C., l’un des premiers rois d’Égypte, Scorpion I er, fut enterré dans une magnifique « maison funéraire » dans le désert d’Abydos, au milieu du delta du Nil. On doit à L’Institut allemand d’archéologie du Caire la découverte de 700 jarres ayant contenu 4 500 de liquide que le docteur Patrick McGovern a identifié comme du vin résiné déposées dans trois pièces, recouvertes ensuite d’un toit et d’un monticule de terre. En plus d’être du vin résiné à la résine de térébinthe, des fruits frais (raisins et figues) avaient été ajoutés.  Le vin avait également été mélangé à des variétés d’herbes, menthe, coriandre et sauge.

Le liquide contenu dans les bocaux avait bien été fermenté car des analyses ADN  sur des résidus ont révélé  la présence de la levure de vin, Saccharomyces cerevisiae essentielles à la fermentation  et le précurseur probable des levures de pain et de bière.

Scorpion I er. Source: http://dominiquecardinal.free.fr/

Une fois établi dans la culture et l’économie du pays et généralement intégrée dans les rituels religieux et les coutumes sociales, la prochaine étape logique était de transplanter la vigne elle-même et de commencer à produire du vin localement pour assurer un approvisionnement plus régulier, à moindre coût et qui correspondait aux goûts locaux. Le delta du Nil avec ses vastes étendues de terres irriguées, ses journées ensoleillées et sa courte saison des pluies était idéal et devint le centre d’une industrie vinicole royale au cours des deux premières dynasties (entre 3100 et 2650 av. J.C).

Des scènes de viticulture et de vinification ont été représentées sur les murs des tombes privées en Égypte de la période de l’Ancien Empire (2575-2150 avant J.C.) à l’époque gréco-romaine (332 avant JC-395 après JC).

Dans les scènes de viticulture, sont représentés : la vigne, le soin de la vigne, les vendanges et le comptage des paniers.

Dans les scènes de vinification, les scènes représentées sont : le transport des raisins vers un pressoir, le pressurage des raisins, la chauffe et la filtration, le pressurage des restes dans un pressoir à sac, le remplissage des jarres à vin, la fermentation, les offrandes à la déesse Rénénutet, une déesse agraire de la mythologie égyptienne, la dégustation des vins, le bouchage des jarres à vin, l’étiquetage des bocaux de vin, le comptage,  le transport du vin dans une cave et  la réfrigération  pendant la fermentation et le stockage  du  vin dans une cave.

la déesse Rénénutet. Source: Par Rowanwindwhistler — Travail personnel, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/

Les vignobles étaient généralement plantés sur un plan élevé, qu’il soit naturel (comme les collines) ou artificiel. Les peintures murales montrent que les vignobles étaient entourés de murs de pierre ou d’argile, et possédaient souvent un grand bassin d’eau. Les vignes étaient conduites sur des treillis qui reposaient souvent sur des rangées de grandes colonnes décorées placées suffisamment éloignées les unes des autres pour permettre le passage facile des ouvriers, mais suffisamment proches pour empêcher l’entrée de beaucoup de soleil, menaçant l’humidité des cultures. Un grand soin était apporté pour protéger les raisins des oiseaux, les ouvriers les faisant souvent fuir.

Les meilleurs vignobles se trouvaient dans le Delta, suivi de Fayoum, de Memphis, puis du sud de l’Égypte et dans des oasis. Les principales sources d’information sur la production de vin sont les peintures murales et les reliefs des tombes de l’Ancien Empire (Saqqarah) et du Nouvel Empire (à Thèbes). Les commentaires et les recommandations des auteurs classiques donnent un aperçu des qualités et des types des différents vins, vignobles et types.

Scènes de viticulture et de vinification présentées sur le site. © Projet ‘Irepen Kemet’ 2016. Source : An Interdisciplinary Study on the Ancient Egyptian Wines.  

Les vignobles étaient généralement plantés sur un plan élevé, qu’il soit naturel (comme les collines) ou artificiel. Les peintures murales montrent que les vignobles étaient entourés de murs de pierre ou d’argile, et possédaient souvent un grand bassin d’eau. Les vignes étaient conduites sur des treillis qui reposaient souvent sur des rangées de grandes colonnes décorées placées suffisamment éloignées les unes des autres pour permettre le passage facile des ouvriers, mais suffisamment proches pour empêcher l’entrée de beaucoup de soleil, menaçant l’humidité des cultures. Un grand soin a été apporté pour protéger les raisins des oiseaux, les ouvriers les faisant souvent fuir.

Les meilleurs vignobles se trouvaient dans le Delta, suivi de Fayoum, de Memphis, puis du sud de l’Égypte et dans des oasis. Les principales sources d’information sur la production de vin sont les peintures murales et les reliefs des tombes de l’Ancien Empire (Saqqarah) et du Nouvel Empire (à Thèbes). Les commentaires et les recommandations des auteurs classiques donnent un aperçu des qualités et des types des différents vins, vignobles et types.

Vignoble en Pergola du Nil. Source: https://www.wikiwand.com/

Bientôt, les sépultures n’étaient plus considérées comme suffisamment préparées pour l’au-delà si au moins les cinq vins canoniques des différents domaines du Delta n’y étaient soit déposés soit illustrés. Les 26 amphores à vin du jeune roi Toutankhamon qui furent enterrées avec lui dans sa célèbre tombe vers 1330 av. J.C. à l’apogée du Nouvel Empire (1550-1070 av. J. C.) avaient été produites dans les vignobles du delta du Nil.

Deux composés ont été identifiés dans des échantillons de résidus archéologiques des amphores de Toutankhamon par la méthode LC/MS/MS[1] : l’acide tartrique, comme marqueur du raisin, et l’acide syringique dérivé de la malvidine ont été identifiés, ce dernier composant étant le principal composé responsable de la couleur rouge des raisins et des vins. Les résultats de l’analyse d’échantillons de résidus provenant des amphores de Toutankhamon ont révélé que dans l’Égypte ancienne, les vins rouges et blancs portaient le nom d’Irp.  Les résultats analytiques ont ajouté de nouvelles informations à l’inscription sur les amphores et sur le type de vin contenu. Il y avait un vin rouge dans l’amphore de Toutankhamon (JE) 62314 qui se trouve aujourd’hui au Musée égyptien du Caire, avec l’inscription « An 9, vin du Domaine d’Aton de la rivière de l’Ouest, vigneron en chef Khaa « .  Le vin blanc qui était contenu dans l’amphore de Toutankhamon JE 62316 portait l’inscription « An 5, vin du domaine de Toutankhamon, souverain de Thèbes dans le fleuve occidental, vigneron en chef Khaa ». Les résultats des analyses ont également confirmé qu’en Égypte, pendant la période du Nouvel Empire, trois sortes de produits du raisin étaient fabriqués : le vin rouge, le vin blanc et le shedeh[2], un vin rouge avec une préparation différente.

La tombe du jeune roi Toutankhamon . Source: By EditorfromMars – Own work, CC BY-SA 4.0, https://commons.wikimedia.org/

Contrairement à la bière brassée localement en Égypte, le vin était exclusivement destiné à la royauté et à l’élite, étant brassé dans des installations spéciales à grande échelle appartenant principalement à la famille royale. Au début de l’histoire égyptienne, les vignobles n’appartenaient qu’à la noblesse aisée.

Les classes inférieures recevaient leur part de vin lors de fêtes publiques telles que la fête de la déesse des moissons Rénénutet, la fête d’Hathor et la Fête de la Vallée. Le vin était également offert en récompense aux soldats.

Mais la domination hellénique au travers de La dynastie ptolémaïque (300 A.V.J.C. jusqu’en 30 A.V.J.C.) et la domination byzantine (30 A.V.J.C ET 640 A.P.J.C.) allaient faire du vin la boisson de la population aux dépens de la bière.  La conquête musulmane de l’Égypte, dirigée par l’armée d’Amr ibn al-‘As eut lieu entre 639 et 646 et fut supervisée par le califat de Rashidun. Après l’arrivée des Arabes, la production de vin s’est poursuivie principalement dans les monastères, où le vin était élaboré à des fins liturgiques et avec le temps, il cessa d’être une boisson de base de la population.

La domination sialique durera jusqu’au jusqu’auXIX e siècle avant que le pays passe sous protectorat britannique en 1882.  

La viticulture fut relancée en 1882, sous la direction de Nestor Gianaclis, un homme d’affaires grec. Il créa Gianaclis Wines, qui a atteint son apogée entre 1930 et 1945 – pendant l’âge d’or de l’Égypte.  

Source: https://briansvintagetobaccotins.com/

En 1897, la Crown Brewery Company s’est enregistrée dans le Royaume de Belgique pour commencer à opérer à Alexandrie.

Au XIXe et au milieu du XXe siècle, sous le protectorat anglais, l’alcool était fréquemment consommé par le public et l’industrie viticole égyptienne était en grande partie dirigée par des khawagas (étrangers).  

Avant l’avènement du président Gamal Abdel Nasser, l’industrie a commencé à se contracter à la fin du XXe siècle. Avec la fin du protectorat anglais en 1952 et l’avènement de Nasser en 1956 qui décida une vague de nationalisations en 1963.  Les autorités nationalisent Crown Brewery Company, changeant finalement son nom en Al Ahram Beverages Company et elle sera   privatisée en 1997.

L’industrie s’est encore contractée dans les années 1970 et, sous la présidence d’Anwar El Sadat, le gouvernement égyptien a commencé à limiter les lieux de consommation et les magasins d’alcool, interdisant la vente de boissons alcoolisées dans de nombreux magasins. La publicité a été interdite en 1977 jusqu’à l’assassinat du président Sadat en 1981. On postule que les restrictions étaient une tentative d’apaisement du mouvement islamiste en Égypte à l’époque. Au début des années 2 000, avec l’émergence du tourisme en Égypte, les sociétés de boissons alcoolisées ont cherché à développer l’industrie de l’alcool.

Depuis 2002 Gianaclis Wines, avec 120 hectares de vignes, appartient à Al- Ahram Beverages Company (groupe Heineken). En plus des vins du domaine de Gianaclis, la cave produit également des vins à partir de ses propres vignobles (4 045 hectares) ainsi qu’avec des raisins importés d’Afrique du Sud, de France et du Liban même si cette  partie de son activité n’est pas toujours rendue publique.

En 2013, l’Égypte a produit 4 500 tonnes de vin, se classant au 54e rang mondial, devant la Belgique et le Royaume-Uni.


[1]  Chromatographie liquide spectrométrie de masse en tandem (LC/MS/MS)

[2] Le shedeh est une boisson alcoolisée de l’Égypte antique.  On a longtemps pensé qu’elle était préparée à partir de grenades fermentées, mais des données récentes suggèrent qu’elle était préparée à partir de raisins. Les résultats révèlent définitivement que la boisson de grande valeur très appréciée des Égyptiens de l’antiquité qu’est le Shedeh est un produit à base de raisins, plus précisément des raisins rouges. Source : wikipedia.org

CLIMAT

L’Égypte a essentiellement un climat désertique chaud (classification climatique de Köppen BWh ). Le climat est généralement extrêmement sec dans tout le pays sauf sur la côte de la Méditerranée au nord qui reçoit des précipitations en hiver. En plus de la rareté des pluies, la chaleur extrême pendant les mois d’été est également une caractéristique climatique générale de l’Égypte, bien que les températures diurnes soient plus modérées le long de la côte nord.

Le vent dominant du nord-ouest de la mer Méditerranée souffle en permanence sur la côte nord sans l’interposition d’une éventuelle chaîne de montagnes et modère donc considérablement les températures tout au long de l’année. En raison de cet effet, les basses températures moyennes varient de 9,5 °C (49,1 °F) en hiver à 23 °C (73,4 °F) en été et les températures moyennes élevées varient de 17 °C (62,6 °F) en hiver à 32 °C (89,6 °F) en été. Bien que les températures soient modérées le long des côtes, la situation change à l’intérieur, loin des vents modérateurs du nord. Ainsi, dans le centre et le sud, les températures nocturnes sont très chaudes, surtout en été où les températures moyennes élevées peuvent dépasser 40 °C (104 °F) comme à Assouan, Louxor, Asyut ou Sohag qui sont situées dans les déserts de l’Égypte. Le pays reçoit entre 20 mm (0,79 po) et 200 mm (7,87 po) de précipitations moyennes annuelles le long de l’étroite côte méditerranéenne, mais au sud du Caire, la moyenne tombe à près de 0 millimètre (0,00 pouce) dans le centre et la partie sud de le pays. Les endroits les plus nuageux et les plus pluvieux se trouvent dans et autour d’Alexandrie et de Rafah. La durée d’ensoleillement est élevée dans toute l’Égypte, allant d’un minimum de 3 300 heures le long de la partie la plus septentrionale dans des endroits comme Alexandrie pour atteindre un maximum de plus de 4 000 heures plus loin à l’intérieur, dans la majeure partie du pays.

Chaque année, de mars à mai, un vent extrêmement chaud, sec et poussiéreux souffle du sud ou du sud-ouest. Ce vent est appelé khamasīn. Lorsque le flux d’air sec souffle en permanence sur de vastes régions désertiques, il ramasse des particules fines de sable et de poussière, il devient un vent poussiéreux qui se fait généralement sentir à la périphérie du désert. Lorsque ce vent souffle sur l’Égypte, il fait monter temporairement les températures élevées à des niveaux dangereux, généralement supérieurs à 45 ° C (113 ° F), les niveaux d’humidité relative tombant en dessous de 5%. Le khamasīn provoque des vagues de chaleur soudaines et précoces et les records absolus de température les plus élevés en Égypte.

Source; Reseachgate.net

TOPOGRAPHIE ET SOLS

L’Égypte a une superficie totale d’environ un million de km², dans des conditions climatiques arides et hyperarides, dont seule une petite partie (8 % de la superficie totale) est constituée de terres arables, le reste de la superficie est un désert aride. Près de pour cent des terres arables sont occupées par plus de 100 millions d’habitants, qui sont principalement concentrés dans la vallée du Nil et le delta ainsi que dans la zone côtière au nord le long de la mer Méditerranée. L’Égypte contient cinq zones physiographiques ayant des attributs spécifiques: des ressources, des caractéristiques climatiques, des caractéristiques pédologiques et géomorphologiques de la couverture terrestre et de la situation d’utilisation des terres, et des implications socio-économiques. Par conséquent, il est jugé approprié de formuler des programmes comprenant des sous-composantes visant à répondre aux attributs spécifiques de chacune des zones physiographiques distinguées comme suit : Désert oriental, Désert occidental, côte nord-ouest, péninsule du Sinaï et vallée et delta du Nil. Les types de sols de l’Égypte sont les sols alluviaux du delta et de la vallée, les sols calcaires le long du littoral côtier de l’Égypte, les sols des déserts oriental et occidental ainsi que les sols de la péninsule du Sinaï. Les principaux sols alluviaux ont été formés à partir des matières solides en suspension du Nil et des oueds secs du désert, qui se sont déposés pendant la saison des crues.

Reseachgate.net

RÉGIONS VITICOLES

On ne peut pas à proprement parler de régions viticoles en Égypte tellement la viticulture est spartiate dans le pays.

Traditionnellement, la viticulture se pratiquait dans le delta du Nil dans l’Antiquité. Aujourd’hui, il n’existe que deux centres de transformation des produits viticoles qui élaborent entre autres des vins qui sont parfois faits pavec des concentrés en provenance d’autres pays.

Les principaux vignobles se trouvent dans le delta du Nil, dans les oueds de Al Fayyum, Al Minya et Luxor.

Pour en savoir plus sur les régions viticoles et les vins égyptiens, cliquez sur le lien suivant: ÉGYPTE RÉGIONS VITICOLES

CÉPAGES

L’Egypte possède des cépages indigènes mais principalement pour la table. Les principaux cépages plantés sont des cépages internationaux mais un domaine viticole cultive le banti banti abigad pour élaborer du vin.

Pour en savoir plus sur les cépages égyptiens, cliquez sur le lien suivant: ÉGYPTE CÉPAGES

LÉGISLATION ET RÈGLEMENTATION

La législation égyptienne sur l’élaboration des vins est minimaliste voire inexistante et elle concerne uniquement la consommation, toujours problématique dans les pays d’obédience musulmane.

Pour en savoir plus sur la législation et la règlementation sur les vins et les alcools égyptiens, cliquez sur le lien suivant: ÉGYPTE LÉGISLATION ET RÈGLEMENTATION