Retour à la mappemonde
NORVÈGE

DESCRIPTION DU PAYS

Source: wikipedia.org

Source: wikipedia.org

LA NORVÈGE VUE D’AILLEURS

Située en Europe du Nord, dans l’ouest-nord-ouest de la péninsule scandinave qu’elle partage avec la Suède, elle a des frontières avec la Finlande et la Russie au nord-est. Possède l’île Bouvet dans l’Atlantique sud et revendique l’île Pierre-Ier et la Terre de la Reine-Maud en Antarctique. Avec 5, 7 millions d’habitants, c’est après l’Islande et la Russie le pays le moins densément peuplé d’Europe. Son territoire de 385 155 km² est un peu plus étendu que l’Allemagne. Très accidenté, il regorge d’îles (50 000), de plusieurs centaines de fjords creusés par les glaciers, (le plus long est le Sognefjord), de montagnes, de glaciers, de chutes d’eau.  Les littoraux mesurent plus de 2 500 km. Le climat est tempéré, surtout sur le littoral grâce à la douceur apportée par le Gulf Stream et les pluies amenées par les vents de l’ouest, permettant la navigation toute l’année jusqu’à Kirkenes, alors que la mer Baltique, plus au sud est prise par les glaces. Mais à l’intérieur le climat est rude.  

Fjords creusés par les glaciers. Source: https://pxhere.com/

       Les 5,7  millions d’habitants peuvent s’enorgueillir d’un palmarès  hétéroclite et brillant :   leur pays  est l’un des plus riches du monde, depuis 1945 il  a connu une expansion économique très rapide  qui s’explique en partie par la découverte et l’exploitation de grandes réserves de pétrole et de gaz naturel sur sa côte ;  il  est   classé premier pour l’indice de développement humain (IDH), avec une politique sociale très développée ;  il est le  pays le plus démocratique,  le plus pacifique au monde ( selon Global Peace Index.)  Il est souvent le meilleur aux Jeux olympiques d’hiver ;  le meilleur joueur d’échec du monde est norvégien ; le point  culminant (2 469 m d’altitude)  de toute la Scandinavie  est situé dans le pays ;  il a le record du monde du « soleil de minuit aussi ; étant le  pays le plus septentrional le très officiel cap Nord  est  situé dans  l’île Magerøya ; il est le second exportateur  des produits de la mer ; et il détient un record original, plus ou moins envié, c’est selon : celui du nombre de fonctionnaires par habitant  dans l’OCDE. II a fourni en 1946 le premier secrétaire général de l’ONU (5 ans, prolongé de 3  ans). (En 1952, il dut démissionner sous la pression soviétique  à cause  de son attitude pendant la guerre de Corée ; ministre de la Justice lors de l’exil norvégien de Léon Trotsky,  il autorisa l’enfermement sans jugement du révolutionnaire et son expulsion vers le Mexique) 

Magnus Carlsen. Par Andreas Kontokanis from Piraeus, Greece — CC BY-SA 2.0, https://commons.wikimedia.org/

          Le pays et sa zone économique exclusive regorgent de ressources naturelles (pétrole, hydroélectricité, minéraux, forêts, poissons.). Le système est prospère, le capitalisme social associe liberté des marchés et intervention de l’État qui par le biais de grandes entreprises publiques, contrôle quelques domaines stratégiques, comme une partie du secteur pétrolier. Mais une vague de privatisations a débuté en 2000. Mais malgré un niveau de vie parmi les plus élevés au monde, les Norvégiens s’inquiètent de l’épuisement de leurs réserves de gaz et de pétrole. La prospérité est en effet très dépendante des revenus tirés de  l’exploitation du pétrole. Seules l’Arabie saoudite et la Russie exportent davantage que la Norvège, laquelle ne fait pas partie de l’OPEP. Le pays était proche du plein emploi en 2014. C’est pourquoi prudemment, depuis 1990, la totalité de ses revenus pétroliers est placée dans le fonds souverain pétrolier, dont le capital obtenu est investi à l’étranger.

     Pendant la Première Guerre mondiale : neutralité. Pendant la Seconde :  invasion, occupation, malgré la résistance armée, alors le roi et le gouvernement s’exilent pour continuer la lutte depuis Londres. Le chef du parti pronazi local, V.Quisling, forme  à partir de 1942 un gouvernement collaborationniste, sous supervision allemande. Après l’intervention des Alliés au sud et au nord — notamment de l’Armée Rouge au nord — les forces allemandes capitulent le 8 mai 1945. L’épisode de l’occupation allemande a rendu les Norvégiens plus sceptiques vis-à-vis du concept de neutralité, le pays adopte donc la sécurité collective. Il est l’un des membres fondateurs de l’OTAN en 1949, et de l’ONU.  Et est aussi membre du Conseil de l’Europe, de l’AELE, de l’OCDE et de l’OSCE, comme l’Islande de l’Espace économique européen (EEE), ainsi que de l’espace Schengen depuis 2001. La Norvège a participé à des   négociations de paix internationales, comme les accords d’Oslo dans le conflit israélo-palestinien.  Comme l’Islande, le Liechtenstein et la Norvège sont les seuls membres de l’EEE qui ne font pas partie de l’UE. Mais les Norvégiens ont refusé à deux reprises par référendum en 1972 et en 1994 de rejoindre l’Union Européenne. Le débat européen reste ouvert, avec environ 50 % de la population dans chaque camp. La monnaie est la couronne norvégienne (NOK).

        Au point de vue ethnique, les Norvégiens sont d’origine germanique. Et il y a deux minorités :  les Saami dans les régions centrales et septentrionales du pays et les Kvène descendant d’un peuple parlant le finnois ayant migré au nord de la Norvège aux XVI° et XIX° siècles. Furent l’objet d’une politique forcée d’assimilation de la part du gouvernement depuis le XIX ° siècle jusqu’aux années 1970. Parmi les autres minorités reconnues, on trouve les juifs, les Skogfinns ( « peuples des forêts ») et les Roms. Langues officielles :  deux formes du norvégien, le bokmål et le nynorsk. L’immigration, ces dernières années, a assuré plus de la moitié de la croissance démographique. Les nationalités les plus représentées parmi la population d’origine immigrée sont Polonais, Pakistanais, Suédois, Irakiens, Somaliens, Allemands, Vietnamiens et Danois. Depuis quelques années les Polonais sont les plus représentés, suivis des Lituaniens. Oslo plus grande ville et capitale en 2020, compte plus de 690 000 habitants, dont ¼ d’immigrants. La population est passée sous le seuil de renouvellement de sa population en 1975. À l’instar de nombreux pays européens, le pays a un important problème d’emploi avec sa population vieillissante.

          Le 22 juillet 2011, sur l’île d’Utoya, en Norvège, il tira à l’arme automatique durant plus d’une heure sur les jeunes qui participaient à l’université d’été du Parti travailliste, il en tua 69, en blessa 33 ; il les pourchassa dans la petite île où ils étaient bloqués, certains s’enfuirent à la nage car le ferry reliant Utoya  étant reparti. Plus tôt, un premier attentat avait eu lieu à Oslo, dans le quartier des ministères, avec une voiture piégée (8 morts et plus de 200 blessés.) Le meurtrier est arrêté. Militant d’extrême droite, trente-deux ans, ancien membre du parti du Progrès, reconnaît les deux attaques, explique à la justice avoir voulu détruire le Parti travailliste, tuer la dirigeante travailliste qui a dirigé à trois reprises le gouvernement entre 1981 et 1996. Il voulait « sauver la Norvège et l’Europe de l’Ouest du marxisme culturel et de l’invasion musulmane ». II avait déjà mis en ligne un manifeste de quelque 1 500 pages !

           Des Norvégiens sont illustres. A tout seigneur tout honneur ! Le troll, qui a 803 ans, apparut à partir du Moyen Âge comme une créature surnaturelle de la mythologie nordique, incarnant les forces naturelles ou la magie, il s’opposait surtout aux hommes et aux dieux ; il est lié aux milieux naturels hostiles (mers, montagnes, forêts). Diabolisée par le christianisme, la croyance du troll, parfois confondu avec les elfes perdura cependant dans le folklore scandinave jusqu’au XIXe siècle. Et au XXI° siècle, il gagne une nouvelle vie, en effet nous le rencontrons  aujourd’hui dans nos ordinateurs et nos téléphones, il y  embrouille méchamment   les débats  et  les forums des réseaux sociaux.

Troll. Par Nasjonalbiblioteket from Norway — https://www.flickr.com/photos/national_library_of_norway/6995182110/, Domaine public, https://commons.wikimedia.org/

      Knud Pedersen, plus connu sous son nom de plume Knut Hamsun (1885),1859 – 1952, écrivain,  fut lauréat du prix Nobel de littérature en 1920.  Ecrivit La faim.

     Henrik Johan Ibsen, né le 20 mars 1828- 1906, était un dramaturge norvégien (Une maison de poupée).

     Edvard Munch -1863-1944-, peintre et graveur expressionniste, pionnier de l’expressionnisme dans la peinture moderne.  (son tableau le plus célèbre : Le Cri).

    Thor Heyerdahl (1914 – 2002) anthropologue, archéologue, navigateur norvégien, célèbre en 1947 à la suite de l’expédition du Kon-Tiki, afin d’expliquer le peuplement de l’Océanie, il tente de rallier les îles polynésiennes sur un radeau partant des côtes d’Amérique du Sud démontrant qu’il est possible de naviguer en haute mer avec des embarcations en balsa, en papyrus et en roseaux.

     Fridtjof Wedel-Jarlsberg Nansen, né le 10 octobre 1861-1930, explorateur polaire, scientifique, homme d’État et diplomate, champion de ski et de patinage sur glace, dirige la première traversée de l’intérieur du Groenland. Célèbre dans le monde entier pour avoir atteint un record de latitude nord de 86°13′ lors de son expédition au pôle Nord.

     Erik le Rouge (950 -1003 ou v. 940- 1010), surnommé Rauði (« le Rouge ») en raison de la couleur rousse de ses cheveux et de sa barbe. Banni d’Islande pour meurtre, fonda la première colonie européenne au Groenland. Son fils, aurait peut-être installé une colonie l’actuelle Terre-Neuve.

     Magnus Carlsen (1990), joueur d’échecs norvégien, est grand maître international, numéro 1 mondial au classement Elo, et champion du monde entre 2013 et 2023.

      Une spécialité locale bien connue est l’eau-de-vie (aquavit), l’alcool norvégien par excellence, fabriqué à partir de pommes de terre et parfumé au cumin, à l’anis, à la coriandre… Il  doit être servi glacé et accompagne très bien un poisson gras comme le saumon. (Hélas, l’image du saumon d’élevage norvégien fut ternie en 2011-2012 par la controverse écologique du diflubenzuron, des polluants organiques persistants (comme la dioxine, les pesticides ou les PCB) et de l’éthoxyquine).

 Leboncoin (gare aux punaises de lit, la dernière psychose en date, quand on achète de la seconde main) est un site web français de petites annonces, fondé en 2006 par le conglomérat norvégien Schibsted.

Les Portugais et aussi les Brésiliens dont  le mets du réveillon de fin d’année est la morue  aiment bien la Norvège qui leur  en vend.

Depuis 1810, c’est le prince héritier de Suède, Jean-Baptiste Bernadotte, un ancien maréchal d’Empire de Napoléon,  prit fait et cause pour son nouveau royaume et mena une brève campagne en Norvège pour réunir les deux couronnes. Il devient roi en 1818 sous le titre de Charles XIV Jean.L’union personnelle Suède-Norvège, fut dissoute pacifiquement en 1905. Enfin un héritage  génétique maléfique   nous viendrait des Vikings : la maladie qui recourbe des doigts (maladie de Dupuytren)


Knut Hamsun. Domain Public

PRÉSENTATION DU PAYS VITICOLE

La Norvège se situe entre 57° et 72° N de latitude Nord, mais le climat y est beaucoup plus clément que sa latitude ne l’indique car la Norvège est l’une des plus grandes anomalies thermiques au monde. Elle possède le vignoble le plus septentrional du monde à la latitude de 61° 9′ N. Le Guinness Book des records attribue officiellement cette distinction au vignoble de la Colline de Sabile (57o 04’) au nord de la Lettonie.  

Selon Danilo Costamagna, Italien, viticulteur installé près du fjord d’Oslo, il n’y a que 10 projets commerciaux en phase de croissance et une centaine de producteurs en mars 2021. Il estime le total de plants de vigne à 40 000, soit environ 15 hectares. La production se situe entre 650 et 750 hectolitres. De nombreuses entreprises sont encore au niveau amateur avec une moyenne de 200 pieds de vignes.

En 2021, la Norvège a exporté pour 4,67 millions d’Euros [1]  de vin vers la Suède (1,98 millions d’Euros), le Danemark (1,11 million d’Euros), le Royaume-Uni (0,98 million d’Euros), les Pays-Bas (556 000 Euros) et l’Allemagne (290 000 Euros). En 2021, la Norvège a importé pour 466 millions d’Euros principalement d’Italie (132 millions d’Euros), des Pays-Bas (73,9 millions d’Euros), de France (66,7 millions d’Euros), d’Allemagne (51,97 millions d’Euros) et d’Espagne (37,33 millions d’Euros).

La consommation de vin par habitant en Norvège était de 19,4 litres par an en 2020 et la consommation d’alcool pur de 7,23 litres par habitant par an la même année.


[1] Ces exportations ne sont pas , bien sûr, des vins norvégiens mais des vins importés puis réexportés

HISTOIRE

La Norvège a eu une relation complexe avec le vin et les boissons alcoolisées au cours des siècles. À différentes époques, l’alcool est considéré avant tout comme une substance rituelle, un produit commercialisable, une substance pécheresse d’un point de vue religieux, une extravagance inutile, une ressource nutritive et économique importante, une cause de problèmes sociaux et une préoccupation de santé publique.

La première description de la consommation d’alcool dans les pays nordiques provient du livre « Germania » de l’orateur et fonctionnaire romain Tacite (1901-1902), vers l’an 100. Tacite y décrit les terres situées au nord du Rhin, qui tracent les frontières de l’Empire Romain, et donne le nom de Suiones au peuple habitant la péninsule scandinave. Les habitudes alimentaires de ce peuple étaient à la fois simples et modestes. Mais boire, pour les Suiones était une tout autre affaire. La boisson en question était-elle leur propre bière ou le vin des Romains ? « Ils ne font pas preuve de la même réserve lorsqu’il s’agit d’étancher leur soif. Si l’on capitule et si on leur donne tout ce qu’ils désirent, la boisson les vaincra plus facilement que les armes et la force » (Tacite 1901-1902, 134). Il ne fait guère de doute que l’ivresse était plus la règle que l’exception lors de fêtes de ce genre, même si leur caractère rituel empêchait probablement les pires excès.

Tacite. Source: Par Auteur inconnu. Published by the Grolier Society. — Domaine public, https://commons.wikimedia.org/

Diverses sources historiques et archéologiques montrent que le vin est importé en Norvège dès le XIIe siècle. Mais la vie nocturne, faite de débauches à cause de l’excès d’alcool, était devenue un problème dans les nouvelles villes qui voient le jour à cette époque. Et à mesure que l’État-Nation commence à prendre forme, le Régent, aux côtés de la noblesse, veut peser sur les mesures législatives. L’objectif des lois les plus anciennes est en grande partie de réglementer l’usage rituel de l’alcool, mais à partir de la fin du XIIIe siècle, un objectif totalement nouveau est apparu. il s’agit désormais d’assurer l’afflux de revenus vers les caisses publiques sous forme d’impôts et de taxes et de sauvegarder le commerce pour les habitants du pays. Cependant, dès le XIIIe siècle, l’activité commerciale en Europe du Nord est dominée par la ville de Lübeck, à la tête d’autres communautés marchandes d’Allemagne du Nord qui vont former la Ligue Hanséatique, l’association de villes et leurs marchands née fin XII°, elle gère  l’importation et l’exportation des marchandises et possède les navires qui les transportent. La Ligue est à bien des égards une sorte de mini-État à part entière et, grâce aux atouts économiques considérables dont elle dispose, elle est en mesure d’exercer une pression sur les autorités nationales. Les conflits entre le roi et la Ligue font également partie intégrante de l’administration quotidienne de la Norvège, et de nombreuses lois sont promulguées pour freiner l’essor commercial de la Ligue.  Mais la Ligue Hnséatique ouvre un monde de nouveaux goûts au XIIIe siècle et la Norvège va importer une gamme plus large de vins sélectionnés en provenance de plusieurs régions de France, d’Allemagne et de Grèce. La découverte de belles cruches à vin en céramique importées au  Haut Moyen Âge et de verres à vin très travaillés prouve que le vin était particulièrement apprécié. Au début du XIVe siècle, il y avait tellement de vin dans les villes que la vie nocturne doit être réglementée par la loi à Trondheim, Bergen et Oslo. La loi stipule clairement que les licences d’alcool ne doivent être accordées qu’à des caves à vin sélectionnées et contrôlées par les autorités.

Portrait par Hans Holbein le Jeune de Georg Giese de Danzig, marchand allemand de 34 ans au comptoir londonien de la Hanse (le Steelyard).

Source: Hans Holbein le Jeune — Source inconnue, Domaine public, https://commons.wikimedia.org/

Mais le fil conducteur qui traverse la législation médiévale – à la fois celle qui fait référence aux pratiques rituelles qui se sont poursuivies jusqu’au Haut Moyen Âge ainsi que celles qui réglementent le commerce à la fin du Moyen Âge – c’est que la consommation d’alcool et le comportement des habitants en état d’ivressee n’étaient pas perçus comme posant un problème.

Avec le nouveau système économique – le mercantilisme et l’appât du gain – qui prévalent en Norvège tout au long du XVI° siècle,  des restrictions sont introduites concernant la consommation d’alcool. Une loi de 1618 interdit les tavernes et la vente d’alcool dans les zones rurales, et il est interdit d’organiser des fêtes plus de trois fois par an parce que « les hommes ordinaires sont non seulement tenus à l’écart de leur travail et de leurs affaires, mais ont également la possibilité de dilapider leur fortune, ce qui provoque le même type de désordre et de dégâts que les tavernes ».

La réglementation mercantiliste de l’alcool a atteint son apogée avec une ordonnance de 1757 qui promulgue l’ interdiction générale de la distillation de l’alcool. Mais l’ordonnance allait bien plus loin que cela. En réalité, il s’agit de la première législation générale en matière d’alcool en Norvège. Elle introduit un système de licences pour la vente et le service d’alcool dans les districts ruraux et impose une interdiction de l’importation d’alcool en dehors du Danemark, des duchés de Schleswig-Holstein et des Antilles danoises (« Les Indes occidentales danoises, ou Antilles danoises, sont une ancienne colonie du Danemark dans les Antilles, connue aujourd’hui sous le nom des Îles Vierges des États-Unis »). Des contrôles  sont introduits sur la consommation d’alcool à des fins festives dans les zones rurales de Norvège. Il est interdit de servir, d’apporter ou de boire autre chose que de la bière lors de « toute forme d’événements sociaux organisés ou d’occasions telles que mariages, accouchements, funérailles ou autres rassemblements ».

Le distallation: Source: https://www.herodote.net/

Vers la fin du XVIIIe siècle, le mercantilisme cède la place au libéralisme économique des Lumières. La législation sur les produits de luxe et les restrictions à l’importation sont levées et les échanges commerciaux déréglementés. Dès lors, en Norvège, la terre va être considérée comme la principale source de richesse d’un pays, il est donc important de renforcer le secteur agricole et la déréglementation du commerce des distilleries va dans ce sens . L’opinion commune considère que les produits distillés sont une denrée alimentaire importante ainsi qu’une utilisation judicieuse des céréales et des pommes de terre. De plus, les restes du processus de distillation peuvent être valorisés comme aliments pour animaux, garantissant ainsi que rien n’est gaspillé. La déréglementation du commerce des distilleries profite donc aux agriculteurs et la nécessité d’importer de l’alcool de l’étranger devient inutile – et l’alcool peut même peut-être devenir un produit d’exportation clé. En outre, la consommation d’alcool présente un certain nombre d’avantages : non seulement c’était un remède contre toutes sortes de maladies, mais c’était aussi un moyen efficace de se réchauffer pendant les mois d’hiver.

En 1816, tous les propriétaires fonciers et utilisateurs obtiennent le droit de distiller de l’alcool, tandis que les citoyens des villes sont autorisés à distiller de l’alcool si les alambics contiennent au moins 200 litres. Le résultat est que de nombreux agriculteurs ainsi que des citadins commencent à exploiter leurs propres distilleries ( alambics ?) et le secteur se développe jusqu’à devenir l’activité industrielle la plus importante du pays. La raison en était notamment que la pomme de terre – introduite à la fin du XVIIIe siècle – était une matière première de bonne qualité et bon marché.

Le droit de vendre de l’alcool est également libéralisé. Les agriculteurs sont autorisés à vendre librement leur propre production, et toute personne impliquée dans l’achat et la vente a désormais la possibilité d’inclure de l’alcool parmi ses marchandises. L’alcool peut être servi par quiconque gère une taverne ou une maison d’hôtes. Comme le service d’alcool gratuit n’est pas réglementé par la loi souvent les commerçants offrent un verre ou deux à leurs clients, à la fois pour les attirer dans le magasin et pour augmenter leur satisfaction quant à leurs achats.

Distillation de patates douces. Source: https://www.distillerytrail.com/

La consommation d’alcool et l’ivresse augmentait à la suite de la libéralisation – notamment parmi les plus pauvres dans les zones rurales. À partir de la fin des années 1830, une opposition organisée émergea sous la forme des sociétés de tempérance. Un large éventail de personnalités de l’époque, appartenant au gouvernement, aux milieux politiques et culturels sont actives dans ce mouvement.  La voie est  ouverte à l’introduction de mesures contre l’alcool. On utilise d’abord les taxes qui pénalisent les petits distillateurs. En 1948, la réglementation selon laquelle la distillation ne peut se faire que pour des quantités de 200 litres abroge de fait le droit de distiller. En 1845, la vente d’alcool nécessite un permis et des taxes sont imposées sur les ventes, ce qui entraîna la disparition de nombreux petits points de vente, notamment dans les zones rurales. Et puis le mouvement de tempérance est supplanté par le mouvement d’abstinence totale. Contrairement au mouvement de tempérance, dont les membres se recrutaient surtout parmi les classes supérieures, cette position radicale gagne en popularité parmi la population en général et  en particulier parmi les croyants. Au sein du mouvement ouvrier naissant aussi la sobriété est considérée comme une condition préalable à l’amélioration de leur sort, la boisson condamnat les travailleurs à la pauvreté et à la misère. L’alcoolisme est un fléau.

Sous la pression du mouvement d’abstinence des années 1850 et 1860, la vente de bière et de vin va nécessiter une licence. Elles sont délivrées par le conseil local. Dans le même temps, les impôts sont augmentés. Inspirés par le système suédois – connu sous le nom de « système de Göteborg » – des monopoles municipaux sur l’alcool sont instaurés pour s’occuper de la vente des boissons alcoolisées. Au début, il s’agit d’une mesure volontaire, mais elle devient obligatoire à partir de 1894. La raison sous-jacente était l’espoir de supprimer la recherche du profit dans la vente d’alcool et il fallait garantir que tout surplus soit reversé à de bonnes causes dans la commune. Dans les années 1870, une loi est adoptée autorisant également l’instauration de monopoles municipaux pour la vente de bière et de vin.

Le mouvement d’abstinence exige que la vente d’alcool soit limitée aux bourgs, ce qui est adopté en 1894.  Des référendums locaux sont organisés pour décider si l’alcool a sa place ou non dans la vie de la communauté. Cette politique d’interdiction partielle fait place en 1917 à une interdiction totale de la vente d’alcools et de vins fortifiés. La prohibition a duré jusqu’en 1926, date à laquelle les boissons alcoolisées retrouvent leur place dans les rayons des points de vente. Cependant, un nouveau monopole d’État sur le vin (et les spiritueux) prend progressivement le pas sur les monopoles municipaux et, à partir de 1939, le monopole d’État est le seul négociant en spiritueux et en vins en Norvège.

Source: Erling Jensen – Skudenshavn, Norway

En 1996, la nouvelle loi sur l’alcool accorde aux particuliers et aux entreprises la possibilité d’obtenir une licence pour importer ou exporter des boissons alcoolisées et pour les vendre en gros dans le pays. Les grossistes agréés ne peuvent toutefois vendre que des spiritueux distillés, du vin et de la bière forte dans le réseau de magasins du monopole.

Dans ce contexte, toute tentative d’établir de la viticulture et de faire du vin dans ce pays à la latitude aussi septentrionale (57° à 72° nord) est une gageuse. Pourtant, certains viticulteurs s’y attelèrent dès 1992. Le site « Wein Plus »  attribue à Svein Hansen  la création « Hallingstad Gård » près de la ville d’Horten (Vestfold, 59°47 ’48 N ) à environ 100 km au sud d’Oslo, près de la côte du Skagerrak. Il plante 2 000 pieds de vignes d’un clone canadien de pinot noir. Entre 1995 et 1999, environ 75 caisses de vin « L’Esprit d’Edvard Munch » sont produites chaque année, il est baptisé ainsi en hommage au peintre expressionniste norvégien Edvard Munch (1863-1944). Chaque année, une photos différente orne l’étiquette. Munch était un buveur invétéré qui aborda également le thème du vin dans ses œuvres, par exemple avec les tableaux « Autoportrait avec une bouteille de vin » et « Vin rouge sauvage ».. Nous n’avons trouvé aucune autre référence sur le domaine ou son créateur.

En 2007,  le vignoble Lerkekåsa est créé, c’est  est un projet de Joar Saettem et de sa femme Wenche Hvattum. La propriété produisait avant 2008, des fraises, des légumes et des céréales et était également réputée pour la production de vins de fruits (principalement des fruits rouges). Évidemment le joyau du lieu est la pomme de Gvarv, la capitale régionale. On y produit aussi un excellent cidre.

En 2014, Bjørn & Halldis Bergum créent le vignoble commercial le plus septentrional du monde, Slinde Vineyard à Sognefjord (61° 9′ N). Il truste les médailles dans les concours des vins norvegiens avec son blanc élaboré avec le cépage Solaris.

Le piémontais, Danilo Costamagna, avait créé la cave Norsk Vin en 2007 et devint le président de L’association « Norske Druedyrkere Foreningen,.

La viticulture norvégienne semble sur une courbe dynamique, compte tenu de sa latitude. Des lot limités de vins norvégiens sont mis régulièrement sur le marché via Vinmonopolets  et certains des  vins ont même été revues par Jancis Robinson.

L’association « Norske Druedyrkere Foreningen, » promeut la culture du raisin norvégien et la production de vin de raisin norvégien. Norske Druedyrkere est une organisation d’intérêt public et industriel pour les producteurs amateurs et commerciaux de raisins et de vins de raisin. L’association est une source d’information et d’inspiration pour tous les viticulteurs, quelle que soit leur taille.

Edvard Munch. Autoportrait avec une bouteille de vinSource: https://fr.m.wikipedia.org/

CLIMAT

Bien qu’elle occupe presque une latitude semblable à celle de l’Alaska, la Norvège bénéficie d’un climat plus chaud , elle le doit au courant norvégien (l’extension nord-est du Gulf Stream), qui transporte quatre à cinq millions de tonnes d’eau tropicale par seconde dans les mers environnantes. Ce courant empêche généralement les fjords de geler, même dans la région arctique du Finnmark. Les courants d’air du sud amenés au-dessus de ces eaux chaudes, surtout en hiver, sont encore plus importants.

La température annuelle moyenne sur la côte ouest est de 7 °C (45 °F), soit 30 °C (54 °F) au-dessus de la moyenne pour la latitude. Dans les îles Lofoten, au nord du cercle polaire arctique, la moyenne de janvier est de 24 °C (43 °F) au-dessus de la moyenne mondiale pour cette latitude et constitue l’une des plus grandes anomalies thermiques au monde. La Norvège se trouve directement sur la trajectoire des cyclones de l’Atlantique Nord, qui provoquent de fréquents coups de vent et des changements météorologiques. L’ouest de la Norvège a un climat marin maritime avec des étés relativement frais, des hivers doux et près de 2 250 mm (90 pouces) de précipitations annuelles moyennes. L’est de la Norvège, abrité par les montagnes, a un climat intérieur avec des étés chauds, des hivers froids et moins de 760 mm (30 pouces) de précipitations annuelles moyennes.

Actuel

Climat futur

SOLS

La glaciation et d’autres phénomènes ont usé la surface et créé d’épais dépôts de grès, de conglomérats et de calcaire connus sous le nom de sparagmite. De nombreuses zones étendues appelées pénéplaines, dont le relief a été largement érodé, ont également formées. Au cours de périodes répétées de glaciation au cours de la grande période glaciaire du quaternaire (environ les 2,6 derniers millions d’années), l’action de récurage des glaciers descendant dans les vallées en forme de V qui faisaient alors partie du paysage a créé le magnifique paysage des vallées au profil en forme de U, ce sont les les fjords, ennoyés lors de la dernière montée des océans, qui ornent désormais la côte ouest de la Norvège. D’énormes masses de terre, de gravier et de pierre ont également été transportées par l’action glaciaire jusqu’au Danemark et au nord de l’Allemagne actuels. Le substrat rocheux, exposé sur environ 40 pour cent de la superficie, a été récuré et poli par les mouvements de ces matériaux. Durant les périodes de fonte entre les périodes glaciaires, de vastes zones ont été inondées par la mer parce que l’énorme poids de la glace avait affaissé la terre. D’épaisses couches d’argile, de limon et de sable se sont déposées le long de la côte actuelle et dans de vastes zones des régions d’Oslo et de Trondheim, qui s’élèvent aujourd’hui jusqu’à 200 mètres. Certains sols très riches se trouvent sous ces anciennes régions côtières marines. Dans les vastes zones couvertes de forêts, le sol principal a été dépouillé d’une grande partie de sa teneur en minéraux, ce qui a créé des sols utiles pour l’agriculture .

RÉGIONS VITICOLES

La Norvège n’a pas de régions viticoles officielles mais la viticulture se concentre dans les comtés du sud : Rogaland et le Vestland et Innlandet. Pour en savoir plus sur les régions viticoles de la Norvège, cliquez sur le lien suivant : NORVÈGE RÉGIONS VITICOLES

CÉPAGES

Compte tenu des conditions climatiques, les cépages hybrides résistants au froid dominent, mais les viticulteurs tentent quelques expériences avec les Vitis vinifera. Pour en savoir plus sur les cépages de la Norvège, cliquez sur le lien suivant : NORVÈGE CÉPAGES

LÉGISLATION ET RÈGLEMENTATION

Le marché norvégien de détail des boissons alcoolisées est contrôlé par un monopole d’État : Vinmonopolet. Pour en savoir plus sur la législation et la réglementation des vins et des alcools de Norvège, cliquez sur le lien suivant : NORVÈGE LÉGISLATION ET RÈGLEMENTATION