Retour à la mappemonde
Canada

CÉPAGES CANADA

0
L’Acadie blanc est un cépage canadien bien adapté aux climats froids de la Nouvelle-Écosse et du Québec. C’est un croisement de Cascade et de Seyve-Villard 14-287 conçu en 1953 par...
Lire plus
0
Vandal-Cliche est un cépage hybride canadien blanc, complexe, utilisé pour une large gamme de styles de vin. C’est un croisement de Vandal 63 × Vandal 163 conçu en 1946 par...
Lire plus
0
Le Vidal est, bien sûr, un hybride français blanc qui semble avoir trouvé son terroir de prédilection au Canada pour l’élaboration de vin de glace. Il a été obtenu par...
Lire plus
0
Le cépage Vincent est un hybride rouge résistant d'Amérique du Nord élevé au Canada pour les climats froids. C’est un croisement de Vineland 370628 et de chelois obtenu en 1947...
Lire plus

PRÉAMBULE

Il existe un large éventail de conditions viticoles au Canada, depuis le climat chaud et la région désertique au sud de la vallée de l’Okanagan en Colombie-Britannique au territoire ensoleillé mais plus frais de la rive nord du lac Érié en Ontario, en passant par l’environnement frais de La péninsule du Niagara en Ontario et les conditions climatiques froides et les courtes saisons de croissance des provinces de l’Atlantique. La diversité du climat s’accompagne d’une diversité d’expositions et avec la diversité sols viticoles, ils permettent la culture d’une large gamme de cépages: environ 80 cépages différents sont cultivés en Colombie-Britannique et 50 en Ontario. Dans ces provinces, la grande majorité des raisins cultivés sont des Vitis vinifera, bien que quelques hybrides tels que le Vidal, le Baco noir et maréchal Foch soient aussi utilisés par certaines exploitations vinicoles. Le Vidal est cultivé principalement pour le vin de glace, mais certains producteurs l’utilisent aussi pour faire des vins de table de qualité honnête. Au Québec et dans les provinces de l’Atlantique, les Vitis vinifera sont moins répandues et la majeure partie des vins sont issus d’hybrides français et américains, notamment l’Acadie blanc, Seyval blanc, Léon Millot et le muscat de New York.

ONTARIO

Les vignerons ontariens qui souhaitent que leurs vins soient certifiés par la Vintners Quality Alliance (VQA) doivent utiliser des raisins d’une liste de variétés approuvées (liste en fichier attaché). Celles-ci comprennent environ 80 variétés de Vitis vinifera, dont beaucoup ne seront probablement jamais plantées dans la province, et huit variétés hybrides. Le cépage le plus populaire utilisé dans les vins de cépage certifiés VQA (la variété indiquée doit représenter au moins 85% du contenu) est le chardonnay. Il représente une bouteille de vin ontarien certifié VQA sur huit. Parmi les cépages blancs, il est suivi de près par le riesling, le pinot gris (le plus souvent appelé pinot grigio) est à la troisième place avec le sauvignon blanc en quatrième position. Le chardonnay de l’Ontario n’a pas la reconnaissance qu’il mérite, en partie parce qu’il s’agit du chardonnay mais probablement aussi parce qu’il existe trop de vins quelconques élaborés avec cette variété en Ontario. Mais, on trouve de très beaux exemples de chardonnays boisés et non boisés en particulier dans la péninsule du Niagara et dans le comté de Prince Edward.
C’est le riesling qui semble être la variété d’avenir et qui devrait probablement dès aujourd’hui être considéré comme la variété blanche emblématique de l’Ontario. Il est élaboré dans les styles secs et demi-secs, et même les entrées de gamme sont de bonne qualité et pour les meilleurs la qualité est excellente. Certains des meilleurs rieslings proviennent de vignobles plantés sur les terrasses de la péninsule du Niagara, en particulier à Beamsville Bench. Les cépages rouges les plus populaires sont le cabernet franc, le merlot et le pinot noir (dans cet ordre) suivis du Baco noir, le seul hybride des vins de l’Ontario à jouir d’une certaine notoriété en monocépage. Bien que près de la moitié du vin produit en Ontario soient rouges, la saison de croissance se termine trop souvent avant que certaines variétés rouges mûrissent complètement, et dans les millésimes plus frais, de nombreux vins rouges peuvent montrer des notes verdeur et de pyrazine qui dépassent un niveau largement acceptable. Les producteurs continuent de penser que les établissements vinicoles de l’Ontario devraient produire une gamme complète de vins de cépages et, dans certains millésimes, ils se heurtent à la réalité du climat. Les variétés rouges les plus réussies sont le cabernet franc, le pinot noir et le gamay. Le pinot noir a bénéficié de la notoriété de la variété et il est élaboré avec succès dans un style simple et unidimensionnel dans la péninsule du Niagara et le comté de Prince Edward. Le cabernet franc et le gamay n’ont pas encore la reconnaissance qu’ils méritent, peut-être parce que les consommateurs les connaissent moins mais les deux produisent des vins élégants et parfois non dénués de complexité. Bien que la majeure partie des raisins utilisés pour l’élaboration des vins ontariens certifiés VQA soient des Vitis vinifera, deux hybrides font partie des dix variétés les plus populaires: le Vidal qui représente 7,5% de tout le vin (dont la plupart est utilisé pour le vin de glace), tandis que le Baco noir, qui est utilisé pour faire du vin de table, représente 3,5% du total.

Francois Baco Source: non identifiée

COLOMBIE-BRITANNIQUE

La part des hybrides est beaucoup moins importante en Colombie-Britannique qu’en Ontario. Le maréchal Foch occupe 2,7% de la superficie des vignobles de la Colombie-Britannique et le pourcentage total d’hybrides représentent moins de 5%. La Colombie-Britannique, contrairement à l’Ontario, autorise tous le Vitis vinifera dans la Province mais seulement une liste restreinte d’hybrides interspécifiques et intraspécifiques (en fichier attaché) Dans l’ensemble, les vignobles de la Colombie-Britannique sont plantés presque également en cépages rouges et blancs, les cépages rouges ayant un léger avantage avec 51%. Le merlot occupe la plus grande superficie viticole (30%), suivi du pinot noir (21%), du cabernet sauvignon et du cabernet franc. Les merlots de la Colombie-Britannique (qui sont souvent assemblés à des cabernets) ont tendance à être plus amples et plus tanniques que de nombreux merlots d’autres parties du monde. Le pinot noir, cultivé dans les régions plus fraîches de la Colombie-Britannique, offre généralement des profils précis et une acidité vive. Le cabernet sauvignon est cultivé dans des régions plus chaudes et donne des vins gorgés de fruit mais bien structurés, et qui possèdent l’acidité et les tanins nécessaires pour le vieillissement en bouteilles. Bien qu’elle ne soit pas aussi largement plantée (c’est la cinquième variété noire le plus plantée), la syrah s’est fait un nom en Colombie-Britannique, où elle est élaborée dans des styles assez amples avec les caractéristiques habituelles du cépage, le parfum et la violette. Les critiques placent généralement le style de la Colombie-Britannique quelque part entre le riche Shiraz australien et les syrahs de la vallée du Rhône. Bien que le chardonnay ait été pendant de nombreuses années le cépage blanc le plus populaire, il a récemment cédé la première place au pinot gris (pinot grigio) qui représente aujourd’hui 22% des cépages blancs plantés. Quelques producteurs de la Colombie-Britannique étiquettent leurs vins pinot grigio, mais beaucoup optent pour les termes pinot gris, et la plupart des vins élaborés à partir de cette variété se situent quelque part entre les styles que ces noms désignent généralement: le style léger et sec du pinot grigio du nord de l’Italie et le style plus riche et le plus fruité des vins d’Alsace. Le chardonnay n’est pas loin derrière avec 20%, suivi du gewürztraminer et du riesling. Les chardonnays sont élaborés dans tous les styles et vont des vins non boisés à ceux fermentés et élevés en barrique. Les gewürztraminers de la Colombie-Britannique atteignent le niveau qualitatif de ceux de l’Alsace, mais ils ont tendance à avoir des acidités plus tranchantes.

QUÉBEC

Le Québec est une région viticole de climat froid avec une saison de croissance relativement courte et des hivers très froids et les températures nocturnes peuvent descendre jusqu’à -40 °C. La saison de croissance limite la viticulture aux cépages à maturation précoce et la rigueur de l’hiver conduit les producteurs à privilégier les variétés résistantes au froid extrême qui sont principalement des hybrides conçus pour leur résistance. Même avec ces cépages, il est habituel d’enfouir les vignes après les vendanges pour que la terre (et éventuellement la neige) assure une isolation contre les températures extrêmes de l’hiver. Des pieds de vignes enfouis sous terre et recouverts de 30 centimètres de neige peuvent maintenir les parties enfouies à environ -5 °C à -10 °C, même lorsque la température dans le vignoble est de 20 ou 30 degrés plus froide. Il existe des variations entre les régions viticoles du Québec, mais les producteurs travaillent tous dans des conditions climatiques similaires. Ils cultivent une large gamme de variétés hybrides françaises et américaines, dont certaines (maréchal Foch, Vidal et Baco noir) sont bien connues, et d’autres (comme St Pepin, Sabrevois et Éona) qui le sont moins. Il existe également des plantations de certaines variétés de Vitis vinifera, dont le chardonnay, le riesling, le gewürztraminer et le gamay, mais elles représentent un très faible pourcentage de vignes. Les hybrides représentent 94,5% de la viticulture québécoise. Les principaux cépages sont: Vidal (41,3%), Seyval blanc (40,4%), Frontenac gris: (29,7%), Frontenac blanc (22,2%) et St. Pépin (14,2%).

NOUVELLE-ÉCOSSE

La Nouvelle-Écosse est une région au climat froid et est plus adaptée aux variétés hybrides à maturation précoce compte tenu de la durée courte de la saison de croissance et pour résister à ses températures hivernales. Les blancs les plus largement plantés sont L’Acadie blanc (un hybride développé en Ontario), le muscat de New York M, Seyval blanc et Vidal blanc. L’Acadie Blanc est devenue la variété phare de la Nouvelle-Écosse, largement utilisée comme vin de cépage et également dans les assemblages de vins blancs tranquilles et de vins mousseux. En monocépage, il offre des saveurs de fruits frais et une acidité vive, et il apporte ces qualités aux assemblages et aux vins mousseux. Les hybrides rouges les plus populaires sont le maréchal Foch, Léon Millot, Baco noir et De Chaunac. Le maréchal Foch et le Baco noir peuvent faire de beaux vins dans un style rustique, et ils tolèrent un élevage en barrique. Mais les producteurs sont bien conscients que le futur de la viticulture se fera avec les Vitis vinifera et certaines variétés de Vitis vinifera qui sont raisonnablement tolérantes au froid sont cultivées en Nouvelle-Écosse en particulier le chardonnay, le cabernet franc, le pinot noir, l’ortega et le riesling mais elles n’arrivent souvent à maturité que fin octobre ou début novembre.

CÉPAGES AUTOCTONES DU CANADA

Jancis Robinson et. al. recensent quatre cépages authentiquement canadiens, deux variétés blanches, le blanc Vandal-Cliche et L’Acadie blanc et deux variétés rouges, le Vincent et le dragon bleu. Si les Vincent et L’Acadie blanc figurent bien dans la liste des cépages autorisés en Ontario et en Colombie-Britannique (il n’y a pas de cépages autorisés au Québec ou en Nouvelle-Écosse), le dragon bleu et le Vandal-Cliche le n’y figurent pas. Le Vandal-Cliche est cependant utilisé au Québec. Quant au Vandal-Cliche il n’existe pas de références qui indiquent qu’il soit utilisé au Canada ou peut-être d »une manière sporadique en Nouvelle-Écosse.

LES CÉPAGES LES PLUS PLANTÉS

En bleu: les hybrides

LES CÉPAGES CANADIENS

FORMAT DES DONNÉES

Pour consulter le fichier Excel avec les encépagements et le parentage des cépages, cliquez sur le liens suivant: https://www.terroirsdumondeeducation.com/product/canada-cepages/

Téléchargez aussi le chier Excel (Instructions) pour vous faciliter le traitement des données: https://www.terroirsdumondeeducation.com/product/excel-instructions/

FORMAT DES DONNÉES