TARRAGONA DO

SOURCE: Jacqueline Uztarroz, collaboratrice de Terroirs du Monde Education terroirsdumondeeducation.com
Photo
SOURCE: Wikipedia.org
Photo
SOURCE: Non connue

L’APPELLATION

L’appellation Tarragone  est une appellation de vin blanc, rosé, rouge,  de Mistelle blanc et rouge, de vin de liqueur  (Moscatel, Garnacha, Rancio et Vimblanc),  de vin pétillant et de vin mousseux de qualité et de Vin de raisins passerillés: «Vimblanc»

. L’ appellation se situe dans la Communauté  Autonome de  Catalogne. ​

RÉSUMÉ

Tarragona DO  est une sous-région viticole de la Catalogne  au nord de l’Espagne et elle est sous-divisée en deux sections. La plus large, Tarragona Camp ( Alt Camp et Baix Camp) s’étend le long de la Méditerranée au sud de Penédes  à l’ouest de la ville de Tarragone,  alors que la plus petite portion (Ribera d’Ebre) se trouve plus à l’intérieur des terres. Cette division date de 2001 quand une partie de la  géographie viticole de  Tarragone fut redéfinie pour former la DO de Montsant. La DO avait  été démarquée dès 1947 pour ses vins mutés et 1960 pour les vins secs.
La région s’étend sur 4 560 hectares de vignes qui produisent 18 375 hectolitres de vin. L’origine de la viticulture n’est pas connue avec certitude mais si on suppose  qu’elle est probablement grecque, par contre on est certain que les Romains la développèrent avec intensité et que ensuite  l’Eglise en fut pendant longtemps son moteur principal.
Le terroir de Tarragone est majoritairement uniforme et grimpe en pente douce   de la mer jusqu’à la Serra del Montsant. L’altitude  des vignobles varie de 40  mètres sur des sols d’origine alluvionnaire  à forte proportion de calcaire dans la partie la plus large jusqu’à 400 mètres  dans la Ribera d’Ebre sur des sols colluviaux devenant granitiques dans sa partie la plus élevée.
Le climat varie d’une manière significative entre les deux parties de la région. Tarragona Campo au bord de la mer jouit d’un climat méditerranéen alors que le climat  de la Ribera d’Ebre est influencé par son altitude, plus élevée et sa proximité avec la chaîne montagneuse de la Serra del Montalt.
C’est une région importante de production de Cava  avec les cépages macabeu, parellada et xerel-lo. On y trouve aussi des grenache, carignan, tempranillo, cabernet sauvignon et du sumoll, un cépage autochtone qui sur des vieilles vignes produit des jolis rouges qui ne sont pas sans ressembler aux dolcettos italiennes.
​La région  s’étend sur 4 560 hectares (2016, source: Food & Wine from Spain ) et elle borde la DO Costers del Segre, une mosaïque  de régions viticoles qui se situent au nord de la DO Tarragone.
Cette région est aussi connue pour ses magnifiques Chartreuses élaborées par  les moines qui vécurent au monastère de Tarragona de 1903 à 1989 et dont une fête annuelle, la Santa Tecla, qui dure une semaine  est un hommage vibrant et respectueux aux moines qui continuent à l’élaborer dans le plus grand secret,  mais aujourd’hui  à Voiron en France.

HISTOIRE

L’histoire des vins de Tarragone est millénaire. Des vestiges historiques indiquent que le vignoble était déjà cultivé à Tarragone à l’époque grecque. Cependant, la viticulture de Tarragone s’est développée de manière très importante à l’époque romaine. Des structures de traitement et de stockage ont été développées. L’Empire Romain a été le véritable promoteur des vins de Tarragone, tant pour son travail de commercialisation que pour avoir été  les initiateurs de l’appellation « Tarragone ». Cette dénomination indiquait la zone de production du vin, qui était appréciée d’un côté à l’autre de l’Empire, comme en témoignent les écrits d’auteurs latins du 1er siècle, tels que Silvio Italico, Marcial et Pline le Jeune, qui les nommèrent « Vins de Tarraconensis. ». L’amphore qui apparaît dans le logo de la DOP Tarragone synthétise la présence millénaire de la viticulture dans cette région, en même temps qu’elle illustre la vocation d’exportation qu’elle a toujours eue. À partir du 1er siècle après J.C., Tarraco, est la capitale et  le centre politique d’une vaste province d’Hispánia, et un port de commerce de premier ordre. De nombreux navires chargés d’amphores remplies de vin ont mis le cap vers la capitale de l’Empire, mais il y en avait aussi beaucoup qui allaient à « Gália », en Germanie ou en « Britannia », peut-être les mêmes destinations où, des siècles plus tard, arriveraient les vins et spiritueux fabriqués sur ce territoire.
Ainsi, à partir du milieu du XVIIe siècle, des marchands anglais et hollandais se sont installés dans le Campo de Tarragona – parfois en partenariat avec des marchands catalans – pour garantir les expéditions, en particulier le brandy, vers leurs pays d’où ils étaient acheminés vers les ports de la  Baltique, en Scandinavie, en Allemagne, en Pologne et  en Russie. Sans surprise, Reus était au XVIII° siècle le marché de référence européen pour établir le prix de l’eau-de-vie, d’où la célèbre expression «Reus, Paris, Londres»  qui est, en fait, l’ordre hiérarchique dans lequel le prix de la distillation du vin  était déterminé  sur le  continent européen. ​

Photo
PLINE LE JEUNE. SOURCE: Par Daniela Manili Pessina — https://commons.wikimedia.org/

De même, dans la seconde moitié du XIXe siècle, d’énormes quantités de vin ont quitté la région de Tarragone pour répondre à la demande française croissante à un moment où les vignobles du pays voisin avaient   été détruits par le  phylloxéra. Avec cette continuité d’exportation, la renommée des vins – et plus tard aussi des spiritueux – de Tarragone est restée intacte jusqu’à aujourd’hui. Des auteurs de l’époque de l’empire, tels que Pline l’Ancien, Silius Itálico ou Marcial, en plus de souligner que la culture et la production de vin étaient bien là avant la présence romaine dans la région et ils ont encensé les vertus des vins de Tarraco. Compte tenu de ces précédents romains, il n’est pas surprenant que, dans les siècles suivants, les vins de messe produits  dans la région aient été maintes fois loués par le Vatican et exportés sur les cinq continents.
Mais maintenir cette position privilégiée sur les marchés internationaux ne peut être atteint que par une innovation constante dans la culture de la vigne et la production de vin. Ainsi, par exemple, lorsque, au milieu du XIXe siècle, l’ancienne peste – l’oïdium – fait son apparition sur la côte et le  pré-littoral de Tarragone et détruit une partie importante du vignoble, les vignerons décident de ne consacrer les terres  qu’aux domaines les plus importants pour la culture de la vigne et dans les autres, ils plantaient des noisetiers. De même, lorsque, à partir de la fin du XIXe siècle, la replantation de vignobles phylloxérés exigea un grand effort des paysans de la région, dans pratiquement toutes les localités et  des coopératives vinicoles émergèrent, certaines, comme Vila-rodona (1919), avec la valeur ajoutée d’avoir été conçu par l’architecte Cèsar Martinell.

Photo
VILA RODONA. SOURCE: https://commons.wikimedia.org/

De plus, fut instaurée la Station Œnologique de Reus en 1910, la deuxième créée en Catalogne et l’une des premières de tout l’État. Une bonne preuve de la dynamique de modernisation avec laquelle cette institution a émergé réside dans le fait que, deux ans plus tard, la Station Œnologique de Reus a accueilli la première École d’Oenologie de Catalogne. Ce centre de formation scientifique et technique destiné aux agriculteurs et aux producteurs a été, sans aucun doute, l’antécédent de l’actuelle Faculté d’œnologie créée en 1997 dans le cadre de l’Université Rovira i Virgili (URV), un établissement d’enseignement avec un campus distribué, essentiellement, entre les villes de Tarragone et de Reus. Cette faculté, qui a pour précédent immédiat l’École d’œnologie de Tarragone, instituée en 1988 et qui jusqu’à la création, en 1991, de l’URV était liée à l’Université de Barcelone, est devenue la première faculté d’œnologie de tout l’État espagnol. L’AOP Tarragone avait  été reconnue en 1942. C’est l’une des dénominations historiques d’origine de la Catalogne.
​La région de l’AOP Tarragone comprend actuellement les régions de Tarragonès, Alt i Baix Camp, une partie de la Ribera d’Ebre et une commune -Masllorenç- du Baix Penedès. En d’autres termes, c’est une région dans laquelle deux zones bien différenciées peuvent être distinguées: une zone côtière et une zone intérieure. D’une part, il y  le paysage plat et légèrement vallonné qui s’étend de la côte à Valls -au nord- et aux terres fertiles de Reus, Montbrió del Camp et Montroig del Camp, à l’ouest. C’est une plaine ouverte sur la mer avec un paysage fortement peuplé et chromatiquement riche, comme en témoigne Joan Miró, l’un des plus  grands artistes catalans de tous les temps, dans ses toiles de 1919-22 -Viñas y Olivos, Montroig, Iglesia y Pueblo et La masía- inspirés de la maison familiale de Montroig del Camp.
L’autre grande superficie qui compose l’AOP Tarragone correspond à la région de Ribera d’Ebre où les vignes poussent dans la vallée, entre Vinebre et le massif du Cardó, soit sur les sols calcaires et caillouteux des zones côtières, soit sur les terres alluviales. le long du plus grand fleuve de la péninsule ibérique. Naturellement, cette zone a également reçu l’influence romaine, une bonne preuve en est l’atelier de céramique découvert à Tivissa dans lequel des amphores étaient fabriquées pour le transport du vin et de l’huile. Cependant, l’histoire de la Ribera d’Ebre est également très marquée par lesquatre siècles de la présence musulmane.

Photo
HIRONDELLE AMOUR DE MIRO. SOURCE: flickr.com

TOPOGRAPHIE ET SOLS

L’AOP Tarragone couvre la partie viticole catalane des régions du Camp de Tarragone (Alt Camp, Baix Camp et Tarragonés) et une partie de la région de la Ribera d’Ebre. A Campo de Tarragona, les sols viticoles à faible fertilité occupent des superficies relativement importantes.  la fertilité est limitée par la faible teneur en phosphore. Le potassium, comme cela est général dans les sols viticoles, a de bons niveaux, ce qui favorise le métabolisme des sucres et, par conséquent, la graduation alcoolique.
Les matériaux argileux d’origine sont accompagnés d’une croûte zonale calcaire qui empêche la culture des secteurs les plus exposés à l’érosion, favorisant les concaves qui, enrichis par l’apport latéral, sont occupés par les vignobles. En tout cas, il n’y a pas beaucoup de terrasses, bien que les surfaces d’origine aient été transformées par un léger nivellement.
La Ribera dispose d’un vignoble réparti en terrasses nécessaires pour atténuer les inégalités du terrain. Les sols viticoles sont issus de matériaux calcaires: argiles, marnes, calcaires, grès et conglomérats. Dans cette zone, il y a un déficit hydrique plus important qui expliquerait un volume de récolte plus faible par hectare et une graduation plus élevée dans les zones intérieures. La caractéristique géomorphologique la plus importante de la région est déterminée par l’existence de glacis provenant des reliefs de la Sierra de Tivissa qui présentent une direction générale d’est en ouest. L’existence des reliefs de cette chaîne de montagnes, conduit à un réseau hydrique abondant. Les matériaux jurassiques existants présentent une rupture évidente, donnant lieu au phénomène de karstification (gouffres, grottes…) qui favorise l’existence d’altérations physiques, donnant naissance à des éboulis qui se trouvent sous les falaises calcaires. Les matériaux qui forment la chaîne pré-littorale sont essentiellement mésozoïques. Au nord-ouest de la chaîne, ils se développent près du relief tertiaire de la dépression de l’Èbre. La dépression pré-littorale a des dépôts quaternaires au-dessus du remplissage continental et marin du Miocène. Il y a des sédiments du Miocène qui sont concentrés dans le sud du Camp de Tarragone, avec les limites marines qui alternent avec une intercalation détritique, du calcaire avec de la mélasse et de la marne et du calcaire détritique marin. Les sols de l’AOP ont une teneur normale en chaux active comprise entre 2,5% et 27,75%. La valeur du pH complète la signification de la chaux active puisqu’elle se situe entre 7,11 et 8,63 (pH dans l’eau), elles sont légèrement basiques. La quantité de matière organique dans les sols est comprise entre 0,7% et 1,3%, ce sont des terres à teneur relativement faible en matière organique. Le type de terrain dominant, en référence à la texture, est le limon.

Photo
VIGNOBLE DU DOMAINE DE LA FARINERA. SOURCE: ​https://lafarineravins.com/

CLIMAT

L’existence de la Cordillère pré-littorale freine les influences climatiques de type homogène, ayant des répercussions agraires en raison de la création de nombreux microclimats au sein d’une même région avec  principalement la division du secteur côtier, à influence maritime, et le secteur intérieur, avec une  influence continentale. Les caractéristiques climatiques présentent des asymétries sur tout le territoire de Tarragone en raison de la disposition du relief et de l’exposition aux influences de l’intérieur de la péninsule ou de la Méditerranée. Les différents types de météorologie sont configurés, par l’action de la circulation zonale, avec laquelle les secteurs intérieurs montrent l’influence des courants à un plus grand degré que dans le secteur côtier. De même, l’action des courants de circulation méridienne, ou d’origine continentale, implique une aggravation des caractéristiques thermiques dans les terres situées sur les versants nord et ouest de la Cordillère pré-littorale.
L’ensemble du territoire de Campo de Tarragone est sous la domination du climat méditerranéen. Ce fait n’implique cependant pas que le comportement des éléments climatiques soit exactement le même dans toutes les parties du territoire. La configuration du relief et la distance de la mer, entre autres, déterminent les différentes variables climatiques. La combinaison de différents types de sols et de climats au Camp de Tarragone et dans la région de La Ribera d’Ebre se traduit par des vins clairement différents.

DÉLIMITATION DE L’APPELLATION

Les communes de:

Élargissement de la zone délimitée

La possibilité d’élargir la zone délimitée a été examinée à la demande de certains groupes intéressés par cette idée. Des comptes rendus sur les sols, l’agronomie, le climat et l’environnement ont été élaborés pour déterminer si les zones concernées concordent avec le profil du territoire de l’AOP. Le conseil de l’AOP a étudié ces questions et a décidé d’élargir la zone de production.

Les nouvelles communes qui y sont intégrées sont les suivantes: Prades, Mont-ral, La Febró, Capafonts, El Perelló et Salou.

Certaines de ces communes qui chevauchent le territoire d’une AOP et celui d’une autre AOP ont également fait l’objet d’une définition précise. Modifications du 5.10.2021

RENDEMENTS

La production maximale autorisée par hectare est de 10 000 kilogrammes par hectare pour les variétés blanches et de 9000 kilogrammes par hectare pour les variétés rouges. Des pressions appropriées seront appliquées pour extraire le moût ou le vin et sa séparation de la brise, de sorte que son rendement ne dépasse pas 70 litres de moût ou de vin par 100 kg de récolte et que le rendement maximal soit de 70 hl / ha pour les cépages rouges et 84 hl / ha pour les variétés blanches.

CÉPAGES

Blancs
chardonnay, garnacha blanca, moscatel de grano menudo o de frontignan,  moscatel de alejandría , parellada, montonenc, montonega,  sauvignon blanco, subirant pariente o malvasía,  macabeo , xarel.lo  Xarel·lo rosado et trepat. 

Rouges
cabernet sauvignon, garnacha, merlot , monestrell o garrut,  pinot noir
samsó o carignane sumoll, syrah et ull de llebre.

Ajout de nouveaux cépages (secondaires)

Le conseil de l’AOP «Tarragona» s’attache notamment à préserver, dynamiser et promouvoir l’utilisation des cépages traditionnels de la région afin de protéger la diversité des variétés employées dans la production des vins de l’AOP.

Grâce à cette modification du cahier des charges, les exploitations viticoles pourront mentionner les cépages secondaires sur les étiquettes, ce qui permettra de rétablir leur utilisation et de les faire connaître. Les cépages concernés sont les suivants:

Cartoixà, aussi connu sous le nom de «Xarel lo» Sumoll blanc
Vinyater
Malvasia de Sitges ou Malvasia Grossa. Modifications du 5.10.2021.

CARACTÉRISTIQUES OENOLOGIQUES

Vino de misa et «Clásico

Les produits «Vino de misa» (vin de messe) et «Clásico» ont été  ajoutés à la liste des vins de liqueur.

Motif :

Le vin de messe est traditionnellement produit sur le territoire de l’AOP «Tarragona». Une des exploitations viticoles de cette région approvisionnait le Vatican en vin de messe.

La mention traditionnelle «Classico» est depuis longtemps utilisée conjointement avec l’AOP «Tarragona». En réalité, le premier règlement sur l’AOP «Tarragona», adopté en 1945, n’offrait de protection que pour les vins de liqueur, aussi appelés «Tarragona Clásicos».Modifications du 5.10.2021

 

«Vimblanc»

La mention «Vimblanc» est supprimée de la liste des vins de liqueur et incluse dans la catégorie des «vins de raisins passerillés». Les motifs de cette modification sont exposés ci-dessous.

La catégorie des «vins de raisins passerillés», est introduite  et elle comprend le sous-type «Vimblanc», est ajoutée

Le produit « Vimblanc» est traditionnellement élaboré dans la commune de Vinebre, dans la zone des rives de l’Èbre; l’objectif consiste à ce qu’il puisse être produit et embouteillé en bénéficiant de la protection conférée par l’AOP «Tarragona».  Modifications du 5.10.2021.

Vin Clásico

«Clásico»: le vin peut être élaboré à partir de moûts, de moûts partiellement fermentés, de vin ou de moûts concentrés des variétés blanches ou rouges autorisées pour produire un vin de liqueur avec la mention traditionnelle «Clásico de Tarragona». Les variétés de raisin utilisées, dont les fruits doivent être parfaitement sains, ont un titre alcoométrique naturel minimal de 12 % vol. Aux fins de l’élaboration du produit, de l’alcool vinique de première qualité est ajouté.

Le vin de liqueur obtenu doit avoir un titre alcoométrique acquis minimal de 15 % vol., un titre alcoométrique acquis maximal de 22 % vol. et une teneur en sucre résiduel supérieure à 50 g/l. Modifications du 5.10.2021.

Ajout de la mention «vino de guarda» (vin de garde)

Il s’agit d’un processus d’élaboration couramment utilisé, l’objectif consistant à fournir autant d’informations que possible au consommateur final.

«Vino de guarda» (vin de garde): pour pouvoir employer la mention «vino de guarda», le produit doit avoir vieilli en fûts de chêne pendant au moins 12 mois. Lorsque le processus de vieillissement est terminé, le produit doit être embouteillé et commercialisé. Modifications du 5.10.2021.

Ajout de la mention traditionnelle «vino de misa» (vin de messe).

 

Le vin de messe est traditionnellement produit sur le territoire de l’AOP «Tarragona» et est mentionné dans le premier règlement. L’utilisation d’une mention traditionnelle a pour objectif de valoriser le produit.

«Vino de misa» (vin de messe): le vin de liqueur traditionnel appelé «vino de misa de Tarragona» (vin de messe de Tarragone) est élaboré à partir de moûts de cépages blancs ou rouges ayant un titre alcoométrique naturel minimal de 12 % et qui doivent être parfaitement sains. De l’alcool vinique de première qualité est ajouté au cours du processus d’élaboration. Le vin de liqueur obtenu a un titre alcoométrique acquis compris entre 15 % vol. et 20 % vol.Modifications du 5.10.2021.

Vins tranquilles

Crianza,  Reserva, Gran reserva: Les informations concernant les termes liés à l’élevage des vins, à savoir les dénominations «Crianza», «Reserva» et «Gran Reserva», sont mises à jour pour tenir compte des pratiques actuelles, qui sont conformes à la législation de l’UE. Modifications du 5.10.2021.

Vin nouveau: (Vino nuevo)

Les vins désignés par la mention « vin nouveau » ne peuvent être commercialisés qu’avec l’indication de l’année de récolte sur l’étiquette, et seront mis en bouteille à partir du 11 novembre de l’année de culture du raisin.

Vin jeune (Vino joven):

Les vins désignés avec la mention vin jeune ne peuvent être commercialisés qu’avec l’indication sur l’étiquette de l’année de récolte.  ils seront mis en bouteille au cours de l’année ou à partir de la date préconisée en fonction de la récolte, de la vinification et  de la qualité.

Fermenté en barrique  (Fermentado en barrica):

L’expression fermenté en barrique peut être utilisé à condition que la fermentation du vin ait été réalisée dans des récipients en bois d’une capacité maximale de 600 l.

Barrique (Barrica)
L’indication barrique peut être utilisée à condition qu’elle soit indiquée dans les informations concernant le vin en question, la période en mois et en années, le type de contenant en bois dans lequel il est resté. La capacité maximale  de la barrique doit être de 330 l.

Vin de liqueur

-Mistela:
Le vin de liqueur traditionnel appelé mistela sera élaboré à partir de cépages blancs et rouges autorisés, qui doivent avoir un titre alcoométrique naturel minimum de 12%. Pendant la production, il y aura un temps pour la macération de la peau du raisin avec le moût et le processus de fermentation sera arrété par l’ajout d’alcool vinique de qualité supérieure. Le vin de liqueur obtenu aura un titre alcoométrique volumique acquis d’un minimum de 15% vol et d’un maximum de 20% vol et sa teneur en sucres résiduels  ne sera pas inférieure à 100 grammes par litre. Ces vins de liqueur recevront la dénomination de vieillissement lorsque la période de vieillissement est de deux ans, dont l’un sera  en fûts  de chêne.

– Moscatel:
Il sera obtenu à partir des cépages muscat d’Alexandrie et muscat de Frontignan, qui doivent avoir un titre alcoométrique naturel minimum de 12% vol. La fermentation est arrêtée par l’ajout d’alcool vinique de première qualité pour obtenir le sucré désiré. Le vin de liqueur obtenu aura un titre alcoométrique volumique acquis d’un minimum de 15% vol et d’un maximum de 20% vol, et sa teneur en matières réductrices ne sera pas inférieure à 100 grammes par litre. Ces vins de liqueur peuvent être commercialisés dès la première année de leur production.

– Garnacha:
pour sa production, des variétés de Grenache blanc et rouge seront utilisées exclusivement , et un maximum de 10% d’autres variétés sont acceptées, qui doivent atteindre au minimum 14o de Baumé naturel et être en parfaite santé. Lors de sa production, le processus de fermentation sera arrêté par l’ajout d’alcool vinique  de première qualité ou de mistelas de la même variété et origine. Les vins de liqueur, pour être commercialisés sous le nom de Garnacha, doivent avoir au moins un temps de maturation ou de vieillissement de deux ans. Pour les vins   qui veulent spécifier vieillissement, cette période de vieillissement sera de trois ans, l’un d’eux dans des  fûts de chêne. Le vin de liqueur obtenu aura une graduation alcoolique volumétrique acquise minimale de 15% vol et un maximum de 20% vol, et sa teneur en matières réductrices ne sera pas inférieure à 50 grammes par litre.

– Rancio:
l’élaboration du vin de liqueur traditionnel appelé vin de rancio sera réalisée à partir des cépages blancs et rouges autorisés, qui doivent avoir une richesse en sucre d’au moins 14o Baumé. La vinification implique un vieillissement oxydatif au soleil et un minimum d’un an en fûts de chêne. Les vins rancio destinés à être commercialisés avec  l’appellation de vieillissement doivent avoir quatre ans de vieillissement, dont au minimum trois dans des fûts de chêne. Au cours de la production, si nécessaire, l’alcool vinique de qualité souhaitée peut être ajouté pour obtenir un titre entre 15% et 20% vol. La couleur caractéristique du vin est le vieil or.

– Vin blanc:
vin de liqueur traditionnel élaboré avec des raisins surmûris ayant un titre alcoométrique volumique naturel minimal de 11% vol et un titre alcoométrique volumique acquis d’au moins 15% vol et de 18% au maximum vol.

Vin mousseux de qualité et vin pétillant

Vin mousseux de qualité:
obtenu à partir de variétés autorisées, avec un degré naturel minimum de 9,5% vol., élaboré selon la méthode traditionnelle avec une 2ème fermentation en bouteille, qui lors du dégorgement  libère du dioxyde de carbone exclusivement de la fermentation en bouteilles et que, lorsqu’il est stocké à une température de 20 ° C dans des conteneurs fermés, il atteint une surpression égale ou supérieure à 3,5 bars. Les vins mousseux  doivent rester en cave pendant au moins neuf mois.

Vin pétillants :

obtenu à partir de vin ayant un titre alcoométrique volumique total d’au moins 9% vol, d’un titre alcoométrique acquis d’au moins 7% vol; qui, lorsqu’il est stocké à une température de 20 ° C dans des récipients fermés, atteint une surpression, due au dioxyde de carbone endogène dissous, d’au moins 1 bar et d’au plus 2,5 bars.

Vin élaboré par la méthode ancestrale

Elle est autorisée dans l’appellation depuis le 09/02/2021

Suppression de la densité de plantation et modifications des règles en matière d’irrigation

Suppression de la densité de plantation:

ce paramètre ne confère aucune caractéristique particulière au produit et n’améliore pas non plus la qualité du vin. Le potentiel de production est déjà limité par le rendement maximal autorisé, exprimé en kilogrammes par hectare.

Modifications des règles en matière d’irrigation:

ces règles sont modifiées pour les rendre plus efficaces, les mettre à jour et les adapter aux besoins des viticulteurs, afin que ceux-ci puissent utiliser l’irrigation pour améliorer la qualité des cépages.

En outre, l’irrigation est un outil qui ne peut être employé que dans certaines circonstances, en fonction de la qualité du raisin.

La nouvelle rédaction est la suivante: l’irrigation n’est pratiquée qu’à la seule fin d’améliorer la qualité du raisin dans les cas où l’approvisionnement en eau des parcelles et les conditions écologiques de la vigne ne permettent pas d’atteindre le niveau de qualité optimal. Il convient de s’assurer que la production et les rendements obtenus sont conformes aux dispositions du cahier des charges. L’organe de gestion de l’appellation d’origine protégée peut interdire la pratique de l’irrigation sur une parcelle donnée s’il estime qu’elle peut avoir une incidence négative sur la qualité du raisin ou qu’elle constitue une infraction aux règles applicables.

Suppression de l’obligation d’embouteiller le produit à la source

Il a été décidé de supprimer l’obligation d’embouteiller le produit à la source: en effet, ce procédé n’est pas considéré comme un facteur contribuant à la qualité du produit fini ou la préservant. La qualité du produit n’est donc pas affectée par l’absence de ce procédé.

Les vins protégés par l’AOP «Tarragona» doivent être conditionnés de façon à garantir leurs nature, caractéristiques et qualité essentielles, et ils ne doivent jamais être transportés d’une manière qui risquerait de nuire à la qualité du produit fini. Si les produits doivent être conditionnés en dehors de la zone de production, l’organisme de gestion de l’AOP doit en être averti au préalable de manière à pouvoir superviser le conditionnement et garantir la qualité des produits. Modifications du 5.10.2021.

Dernière modification du cahier des charges : 09/02/2021