ISLAS CANARIAS DO

SOURCE: Jacqueline Uztarroz, collaboratrice de Terroirs du Monde Education terroirsdumondeeducation.com

 

Photo
SOURCE: wikipedia.org

 

SOURCE: https://www.icex.es/ (Institut du commerce extérieur espagnol)

L’APPELLATION

L’appellation  Islas Canarias  DO est une appellation de vins blancs secs, de vendanges tardives et de vins doux, de vins rosés, rouges, de vin rouge de  macération carbonique, de vins de vendanges tardives, de vins de liqueur de vins mousseux de qualité et de  vins mousseux pétillants. 

NB:La DO est officiellement désignée Islas Canaria, Las Islas Canarias étant une erreur. Modification du du 24.2.2022

RÉSUMÉ

Denominación de Origen Protegida (DOP) de « Islas Canarias » est une dénomination qui couvre l’ensemble des îles Canaries  et dont la délimitation dépend du nombre de cépages dans une région déterminée, ils doivent être de 80 au minimum et  peuvent inclure des cépages internationaux bien que l’archipel des Canaries, n’ayant pas connu le phylloxéra, les cépages y  sont majoritairement autochtones.

Cette dénomination relativement récente puisque seulement  promulguée en 2012   a pour but de mettre en avant les vins de l’archipel et d’accroître leur visibilité internationale et elle permet aux DOs de coexister d’une manière indépendante. Les producteurs  peuvent donc soit utiliser la DO  soit la DOP.
​Le but inavoué est sans doute aussi d’unifier à terme les cinq DOs de l’île de Tenerife qui brouillent un peu l’image de ses vins largement méconnus à l’étranger. Dans la législation viticole espagnole,  « Islas Canarias »   n’est pas une DO et son statut correspond  à une VCIG (Vino de Calidad con Indicació Geográfica)  qui n’est pas reconnue comme une catégorie en tant que telle par l’Union Européenne mais classifiée automatiquement en DOP.

Photo
LA PALMA. SOURCE: https://commons.wikimedia.org/

RÉSUMÉ

Au lancement de la DOP, 600 tonnes furent classifiées dans cette catégorie et ils provenaient de 130 viticulteurs en  20 domaines couvrant une superficie de 220 hectares. La DOP s’étend aujourd’hui  sur approximativement 500 hectares à une altitude qui varie entre 50 et 1500 mètres sur des sols hétérogènes mais principalement d’origine volcanique avec des proportions variables de craie, de sable et d’argile.
Le climat est subtropical avec des influences océaniques ou méditerranéennes.  La pluviométrie varie de 100 mm à 600 mm et l’ensoleillement est entre 2 000 et ​2 950 heures par an.

Photo
L’AUDITORIUM DE TENERIFE. SOURCE: par  Thomas Wolf-https://commons.wikimedia.org/

DÉLIMITATION DE L’APPELLATION

La zone de production des vins couverts par cette dénomination est constituée de l’ensemble du territoire des îles Canaries.

Intégration d’unités géographiques plus petites

Description:
Les unités géographiques plus petites suivantes sont intégrées:
a. Îles:Tenerife etFuerteventura.
b. Communes:
De l’île El Hierro: El Pinar, La Frontera et Valverde.
De l’île Fuerteventura: Antigua, Betancuria, La Oliva, Pájara, Puerto del Rosario et Tuineje.

De l’île Gran Canaria: Agaete, Agüimes, Artenara, Arucas, Firgas, Gáldar, Ingenio, La Aldea de San Nicolás, Mogán, Moya, San Bartolomé de Tirajana, Santa Brígida, Santa Lucía de Tirajana, Santa María de Guía, Valleseco, Valsequillo, Tejeda, Telde, Teror et Vega de San Mateo.

De l’île La Gomera: Agulo, Alajeró, Hermigua, Vallehermoso et Valle Gran Rey. De l’île Lanzarote: Arrecife, Haría, San Bartolomé, Teguise, Tías, Tinajo et Yaiza.

De l’île La Palma: Barlovento, Breña Alta, Breña Baja, El Paso, Fuencaliente, Garafía, Los Llanos de Aridane, Puntagorda, Puntallana, San Andrés y Sauces, Tazacorte, Tijarafe et Villa del Mazo.

De l’île Tenerife: Adeje, Arafo, Arico, Arona, Buenavista del Norte, Candelaria, Fasnia, Garachico, La Guancha, Los Silos, Icod de los Vinos, Puerto de la Cruz, Los Realejos, El Rosario, El Sauzal, El Tanque, San Cristóbal de la Laguna, San Juan de la Rambla, Santa Úrsula, Santiago del Teide, Tegueste et Vilaflor.

Pour pouvoir utiliser le nom d’une unité géographique plus petite sur son étiquetage (île ou commune), le vin doit provenir exclusivement de raisin produit dans l’unité géographique plus petite en question et son élaboration, le cas échéant son élevage, et son embouteillage doivent être réalisés à l’intérieur de cette unité.

Les caractères des mentions relatives à l’unité géographique plus petite doivent figurer sur l’étiquetage, dans des caractères dont la taille ne peut être supérieure à celle des caractères utilisés pour indiquer l’appellation d’origine protégée «Islas Canarias».

Motif: 

Cette modification vise à répondre aux attentes des consommateurs, qui souhaitent connaître le lieu d’origine précis des vins. Elle a également pour objectif de veiller aux intérêts et de satisfaire les demandes des producteurs, des viticulteurs et des caves, concernant leur besoin de se différencier et de mettre en valeur leurs productions.

Les noms des îles et des communes qui consistent ou contiennent les noms géographiques protégés par d’autres AOP vitivinicoles des Canaries ont été exclus,

CÉPAGES

1) Variétés recommandées et autorisées: bermejuela, marmajuelo, castellana negra,  doradilla, forastera blanca, güal (bual), listán negro, almuñeco,  malvasia aromatica,  malvasía rosada,  malvasía volcánica, muscat d’alexandrie,  negramoll, sabro,  tintilla,  verdello, vijariego blanco, diego.

2) Variétés autorisées et autorisées:  bâtard blanc, slime blanc, black bastardo, breval, . burrablanca, cabernet sauvignon, listán blanco de canarias,  listán prieto,  merlot,  moscatel negro, pedro ximénez, pinot noir, ruby cabernet, syrah,   tempranillo,  torrontés, vijariego negro.

La distinction entre les variétés recommandées et les variétés autorisées est supprimée. Tous les cépages sont ainsi autorisés et listés par ordre alphabétique, en séparant les variétés blanches des rouges. C’est pourquoi il est également nécessaire de faire apparaître toutes les variétés, dans le document unique, comme étant des cépages principaux.

Il est procédé à l’ajout de la variété blanche «Albillo Criollo».

Motif:

Mise en conformité avec le classement établi par le Real Decreto 1338/2018, de 29 de octubre, por el que se regula el potencial de producción vitícola, modificado por el Real Decreto 558/2020, Anexo XXI, apartado 5, qui supprime la distinction entre les cépages recommandés et ceux autorisés, toutes les variétés devenant ainsi des cépages autorisés. La distinction dans la liste entre les variétés blanches et rouges facilite la lecture.

Concernant la variété Albillo Criollo, c’est un cépage traditionnel de l’AOP «Islas Canarias» qui figurait déjà dans la Orden de 2 de mayo de 2011, por la que se reconoce el Vino de Calidad de las Islas Canarias y se aprueba su Reglamento, en son article 6 «Cépages». Il y figurait sous le nom de «Albillo». Néanmoins, la Orden de 21 de octubre de 2011 est venue modifier la première, à des fins de mise en conformité avec le Real Decreto 461/2011, de 1 de abril, portant notamment modification du Real Decreto 1244/2008, de 18 de julio, por el que se regula el potencial de producción vitícola, qui avait supprimé la variété Albillo de la liste des cépages autorisés aux Canaries. La Orden AAA/580/2014, de 7 de abril, a permis de modifier l’annexe XXI dudit Real Decreto 1244/2008 et a ainsi réintroduit cette variété pour les Canaries, bien qu’elle soit désormais dénommée «Albillo Criollo». Par conséquent, un retour aux origines de cette AOP s’impose et il y a lieu de réintroduire ce cépage dans le cahier des charges. Modifications du: 24.2.2022 

RENDEMENTS

15 tonnes/ ha ou 111 hectos/ha

Le rendement maximal en kilogrammes de raisins par hectare est augmenté et, par conséquent, le nombre d’hectolitres de produit final par hectare est revu à la hausse. Le rendement passe ainsi de 10 000 à 15 000 kg/ha et de 74 à 111 hl/ha.

Motif:

Il existe des variétés qui sont plus productives que d’autres certaines années, lorsqu’elles peuvent se développer dans des conditions climatiques favorables. Cette situation entraîne pour elles des problèmes liés à un rendement excessif, interdisant leur récolte pour les destiner à l’élaboration d’un vin couvert par l’AOP «Islas Canarias».

Cette augmentation des rendements maximaux est un facteur dont la modification au cahier des charges est réclamée par les techniciens des caves enregistrées de manière répétée. Ils invoquent l’absence de diminution des paramètres de qualité du raisin, ces derniers n’étant pas affectés par de tels rendements.

En outre, le SIGPAC (système d’information géographique des parcelles agricoles) ne définit pas de cadre périphérique pour des vignobles utilisant un système de conduite autre qu’en espalier, ce qui entraîne une réduction de la surface de culture. Ainsi, même si la décision est adoptée avant le début des vendanges, afin de permettre d’atteindre jusqu’à 25 % de la limite établie au cahier des charges, c’est insuffisant.Modifications du: 24.2.2022 

CARACTÉRISTIQUES VITICOLES OENOLOGIQUES 

Motif des changements:

Les facteurs naturels décrits montrent que, bien que l’archipel des Canaries soit situé en pleine zone désertique, en face de la côte nord-ouest de l’Afrique, les îles présentent une grande variété de climats due à l’influence de divers facteurs, parmi lesquels il convient de souligner les vents alizés chargés d’humidité, qui soufflent pratiquement toute l’année et adoucissent les températures, les faibles précipitations moyennes annuelles, «de l’ordre de 350 litres au mètre carré, bien qu’avec d’importantes disparités, depuis des territoires recevant moins de 100 l/m2 à d’autres avec près de 1 000 l/m2». 

La description de ce facteur naturel relatif à la faible pluviométrie et aux variations importantes d’un territoire à l’autre est observée depuis le siècle dernier, dans les années 80 au moins, avec une augmentation de la durée et de l’intensité des épisodes de sécheresse, des températures extrêmes et la rareté de l’eau d’irrigation.

Les effets du changement climatique sur la durée et l’intensité des épisodes de sécheresse provoquent une augmentation naturelle de l’acidité dans les raisins à forte teneur en sucre, qui produisent naturellement des vins dont le titre alcoométrique est élevé, et dans les raisins surmûris sur pied. Modifications du: 24.2.2022 

-Le rapport litres de vin/100 kg de raisins ne doit pas dépasser 74 litres de vin pour 100 kilogrammes de raisins. La mention « fermenté en barrique » ne sera utilisée que lorsque la fermentation a eu lieu dans des récipients en chêne d’une capacité maximale de 330 litres, et s’ils y sont restés au moins 3 mois. Le terme « tonneau » ou « chêne » sera utilisé lorsque la période de vieillissement est d’au moins 3 mois et dans des conteneurs en chêne d’une capacité maximale de 330 litres. Dans ces cas, la durée de séjour dans ces conteneurs doit être indiquée sur l’étiquette.

NB: La limitation du rendement de transformation de 74 litres pour 100 kg de raisin passe du paragraphe «Pratiques œnologiques» au paragraphe «Restrictions».

Pour élaborer les vins rouges des différentes catégories de l’AOP «Islas Canarias», il convient d’utiliser au moins 85 % d’une ou plusieurs des variétés suivantes, voire de toutes celles-ci:

Bastardo negro-baboso negro, cabernet sauvignon, castellana negra, listán negro-almuñeco, listán prieto, malvasía rosada, merlot, moscatel negro, negramoll, pinot noir, ruby cabernet, syrah, tempranillo, tintilla, vijariego negro.

Motif:

Le déplacement du texte relatif à la limitation du rendement d’extraction provient du fait qu’il s’agit d’une restriction. Elle doit donc figurer dans ce paragraphe.

Quant à la limitation de la teneur minimale des cépages rouges pour les vins rouges, il s’agit de préserver leur intensité de coloration, qui est un facteur de la qualité organoleptique de la robe. Cette modification n’entraîne aucun changement de la description du produit. Modifications du: 24.2.2022 

– La densité minimale de plantation sera de 800 plants/Ha, à l’exception des exploitations traditionnelles de Lanzarote où elle peut descendre à 400 pieds/ha. Les systèmes de conduite utilisés s’adaptent aux conditions édaphoclimatiques et recherchent la plus haute qualité ; les méthodes traditionnels sont appliqués : gobelet corde, vigne traditionnelle, vigne basse et ses variantes ; et conduites en treillis.

– L’utilisation de l’irrigation est réglementée par l’arrêté du 17 mai 1999, qui réglemente l’irrigation des vignobles dont la production est destinée à la production de vins de qualité produits dans des régions spécifiques, sur le territoire de la Communauté autonome des îles Canaries.

Le rapport litres de vin/100 kg de raisins ne doit pas dépasser 74 litres de vin pour 100 kilogrammes de raisins. 

– La densité minimale de plantation sera de 800 plants/Ha, à l’exception des exploitations traditionnelles de Lanzarote où elle peut descendre à 400 pieds/ha. Les systèmes de conduite utilisés s’adaptent aux conditions édaphoclimatiques et recherchent la plus haute qualité ; les méthodes traditionnels sont appliqués : gobelet corde, vigne traditionnelle, vigne basse et ses variantes ; et conduites en treillis.

Définition des systèmes de conduite et introduction d’un nouveau système

Chacune des formations traditionnelles du cep citées dans le cahier des charges est définie et il est précisé en quoi elle consiste (en gobelet, en cordon, en treille traditionnelle, en treille basse). La formation traditionnelle en treilles horizontales est introduite et fait l’objet d’une définition.

– L’utilisation de l’irrigation est réglementée par l’arrêté du 17 mai 1999, qui réglemente l’irrigation des vignobles dont la production est destinée à la production de vins de qualité produits dans des régions spécifiques, sur le territoire de la Communauté autonome des îles Canaries.

Motif:

Il est précisé en quoi consiste chacune des formations traditionnelles du cep listées au cahier des charges, afin d’éviter toute équivoque due à une homonymie, comme c’est le cas de la conduite «en cordon» qui, dans d’autres zones viticoles, fait référence à un type de formation conduite sur des fils métalliques, différente de la conduite traditionnelle canarienne. Il en va de même pour la formation «en gobelet» qui, aux Canaries et à la différence d’autres zones viticoles, a traditionnellement recours à l’emploi de tuteurs. Pour des raisons de cohérence de l’exposé, la définition de ces deux formations traditionnelles est accompagnée de celle des autres types de conduite. La formation traditionnelle en treilles horizontales est introduite et définie. Dans la partie relative au lien, elle est citée en tant que formation fondamentale au point 7, paragraphe a), point «Facteurs humains» du cahier des charges, mais ensuite elle n’apparaît pas parmi les pratiques culturales. Il convient donc de corriger cette omission.Modifications du: 24.2.2022 

Le titre alcoométrique naturel minimal des lots unitaires de récolte sera de 10,00 % vol.Pour les vins blancs et rosés ; 11,50 % vol. Pour les rouges ; 15,00 % vol. pour les vins de liqueur ; 17,00 % vol. pour les vins de raisin surmûris; et 10,00 % vol. pour des vins effervescents de qualité et vin pétillant gazéifié.

Modification des règles en matière d’étiquetage

Description

La limitation de la taille des caractères utilisés pour faire apparaître la dénomination de l’AOP sur l’étiquetage (entre 4 et 10 mm) est supprimée.

Les paragraphes relatifs à l’indication de l’année de récolte et à l’indication du ou des cépages sont supprimés. Il s’agit en effet de mentions facultatives définies par la réglementation européenne, pour lesquelles le cahier des charges n’introduit aucune condition plus stricte.

Les paragraphes relatifs aux mentions facultatives «Fermentado en barrica» (Fermenté en fût), «Barrica» (Fût) et «Roble» (Chêne) sont supprimées. Ainsi, les conditions plus strictes qui étaient imposées par le cahier des charges, par rapport à la réglementation nationale, pour ces mentions, portant sur la capacité minimale des conditionnements (330 litres) et l’exigence d’un séjour d’une durée minimale de 3 mois dans ces contenants disparaissent.

Concernant la variété Albillo Criollo, c’est un cépage traditionnel de l’AOP «Islas Canarias» qui figurait déjà dans la Orden de 2 de mayo de 2011, por la que se reconoce el Vino de Calidad de las Islas Canarias y se aprueba su Reglamento, en son article 6 «Cépages». Il y figurait sous le nom de «Albillo». Néanmoins, la Orden de 21 de octubre de 2011 est venue modifier la première, à des fins de mise en conformité avec le Real Decreto 461/2011, de 1 de abril, portant notamment modification du Real Decreto 1244/2008, de 18 de julio, por el que se regula el potencial de producción vitícola, qui avait supprimé la variété Albillo de la liste des cépages autorisés aux Canaries. La Orden AAA/580/2014, de 7 de abril, a permis de modifier l’annexe XXI dudit Real Decreto 1244/2008 et a ainsi réintroduit cette variété pour les Canaries, bien qu’elle soit désormais dénommée «Albillo Criollo». Par conséquent, un retour aux origines de cette AOP s’impose et il y a lieu de réintroduire ce cépage dans le cahier des charges. Cette modification n’entraîne aucun changement au niveau de la description du produit.

Motif:

Concernant la taille des caractères, il ne semble pas nécessaire d’introduire d’autres limites que celles établies par la règlementation en général.

Il n’est pas nécessaire que les mentions facultatives définies par la réglementation européenne figurent au cahier des charges, comme c’est le cas du millésime et du cépage, qui s’appliquent d’une manière générale à tous les opérateurs, indépendamment de l’AOP/IGP en question, le cahier des charges ne prévoyant pas de conditions d’utilisation plus strictes.

Quant aux mentions facultatives «Fermentado en barrica», «Barrica» et «Roble», déjà régies au niveau national, leurs conditions d’utilisation sont assimilées à celles établies en Espagne d’une manière générale. Cela n’a aucun sens que, pour utiliser les termes traditionnels «Noble» et «Añejo», que peuvent utiliser les vins avec une AOP ou une IGP, la capacité maximale des récipients en bois de chêne utilisés soit légalement fixée à 600 litres alors que, pour utiliser les mentions facultatives «Fermentado en barrica», «Barrica» ou «Roble», auxquelles peuvent également avoir recours les vins avec une AOP ou une IGP, la capacité maximale de ces contenants soit limitée à 300 litres, quand le Real Decreto 1363/2011, de 7 de octubre, por el que se desarrolla la reglamentación comunitaria en materia de etiquetado, presentación e identificación de determinados productos vitivinícolas, fixe cette limite à 600 litres. En supprimant les conditions plus strictes, relativement à la capacité des fûts et au temps minimum de séjour dans ces contenants (ledit Real Decreto n’établit pas de temps minimum), les conditions sont les mêmes que celles établies d’une manière générale par le Real Decreto 1363/2011. Par conséquent, elles n’ont pas à figurer au cahier des charges. Modifications du: 24.2.2022 

Amélioration de la description des contrôles

Les méthodes à utiliser par l’organe de contrôle sont ajoutées:

Motif:

Satisfaire aux exigences établies à l’article 25, paragraphe 2, du règlement délégué (UE) 2019/33, qui exige que la vérification annuelle soit réalisée dans le respect du cahier des charges, au moyen de contrôles aléatoires basés sur une analyse des risques, par échantillonnage, ou systématiquement. Les contrôles aléatoires peuvent être associés à des contrôles par échantillonnage.Modifications du: 24.2.2022 

Dernière modification du cahier des charges: 24.2.2022