JUMILLA DO

SOURCE: Jacqueline Uztarroz, collaboratrice de Terroirs du Monde Education terroirsdumondeeducation.com

 

Photo
SOURCE: Jacqueline Uztarroz, collaboratrice de Terroirs du Monde Education terroirsdumondeeducation.com

 

SOURCE: Consejo Regulador.

L’APPELLATION

L’appellation Jumilla DO est une appellation de vin Jumilla Monastrell rosé et rouge, de vin Jumilla blanc, rosé et rouge, de Jumilla  vin doux, blanc, rosé et rouge et de vin de liqueur (tinto Monastrell). La DO se situe en partie dans la Communauté  Autonome de Castille-la-Manche et en partie dans celle de Murcie. 

RÉSUMÉ

La Denominación de Origen (DO) de Jumilla délimitée en 1966, se situe à cheval sur deux  provinces. 45% du vignoble se trouve sur celle de Murcie alors que 55% se trouve sur la province  d’ Albacete  et se situe tout au sud-est de la Castille-la-Manche. Le terroir de Jumilla se caractérise par ses successions de vallées et de plaines créées par la chaîne de montagne  la Serranía qui traverse la région depuis la mer jusqu’au plateau central appelé  la Meseta.

Photo
LES VIEILLES VIGNES DE MONASTRELL DE JUMILLA. SOURCE: terroitsdumondeeducation.com

RÉSUMÉ

Elle s’étend sur 14 920 hectares de vignes qui produisent 79 606 tonnes de raisins (2020) cultivés par  environ 1 900 viticulteurs à une altitude qui varie entre 400 et 900m et dans des conditions arides. Pourtant, la viticulture de la région remonte aux Romains et elle s’est constituée une solide réputation pour ses vins denses mais de bonne qualité.
​Il faut dire que le cépage le plus planté, le monastrell, qui constitue 80% de l’encépagement, est beaucoup plus adapté que le cencibel (tempranillo) car la région est aride,  le climat est continental et les pluies sont parcimonieuses (250 à 300 mm par an). Mais, le sol contient une bonne proportion de calcaire qui conserve l’humidité et l’altitude apporte des bémols aux conditions climatiques extrêmes. La région jouit aussi d’un ensoleillement annuel de 3 000 heures par an et les températures peuvent atteindre les 42°C en été et – 5° C en hiver. Les pluies occasionnelles, mais qui peuvent être torrentielles, et le gel au printemps sont des risques additionnels pour la viticulture dans celte région. 

A part le monastrell ( mourvèdre), on y trouve du cabernet sauvignon et du merlot récemment plantés et qui se combinent  plutôt bien avec ce cépage pour peu qu’ils restent des composantes mineures.
​Pour les blancs, on trouve encore  les airén,  macabeu, pedro-ximenez et la malvasia ainsi qu’un peu de chardonnay. Jumilla est sans doute la DO la plus intéressante de la Castille-la-Manche et  de Murcie.

HISTOIRE

La découverte de pépins de raisin de Vitis vinifera, dans différentes zones de la commune de Jumilla, telles que la ville chalcolithique d’El Prado, la nécropole de Molar et la Cueva de los Tiestos, suffisamment éloignées les unes des autres et suffisamment précises en termes de datation pour indiquer que la vigne est connue depuis plus de 5 000 ans dans la zone délimitée de l’AOP Jumilla.
De nombreuses cultures ont habité les terres qui composent aujourd’hui l’AOP Jumilla, laissant leur empreinte au fil des siècles. La présence de marchands minoens, connaissant la culture de la vigne et la vinification et de Phéniciens est attestée. On leur attribue le développement de la vigne et du vin dans la péninsule ibérique, même si la culture de la vigne à Jumilla existait déjà avant leur arrivée. L’économie agraire de l’époque était basée sur la trilogie méditerranéenne classique de la céréale, de l’olive et du vin. Avec Rome et la stabilité politique et sociale qui s’est instaurée, l’activité vinicole s’est considérablement développée.
L’activité viticole du XVe au XVIIIe siècle était intense dans la région, comme en témoigne à la fois la prolifération des références documentaires sous forme d’ordonnances, règlements, etc., ainsi que les restes matériels de pressoirs et autres équipements de production de vin qui datent des XVe et XVIe siècles et qui sont encore conservés. 

CUEVA DE LOS TIESTO. SOURCE: https://es.wikiloc.com/

De plus, il y a des références de voyageurs européens de cette époque qui parlent de leurs vins, ce qui indique sans aucun doute l’existence d’une viticulture  développée.
Au XIXe siècle, l’influence du commerce du vin avec la France (victime du phylloxéra), en plus de favoriser un développement important de l’activité viticole dans la zone géographique de l’AOP Jumilla, a entraîné un développement technologique important dans les élaborations.
Au début du XX° siècle (1910), le Centre oenologique de Jumilla fut  créé pour donner des conseils sur les techniques de culture du vignoble, dans la production de vins et  pour mener des recherches pour l’amélioration de la vigne. 
Au milieu du siècle dernier, les efforts ont été redoublés pour améliorer la qualité des vins, en réalisant des études et des investissements. Ces efforts ont été récompensés lorsque Jumilla a obtenu, en 1961 La reconnaissance par le ministère de l’Agriculture en tant qu’Appellation d’Origine. À partir des années 90 du siècle dernier, le développement qualitatif des vins AOP Jumilla a été spectaculaire.
À l’heure actuelle, l’économie de l’aire géographique continue d’avoir pour principal soutien la culture de la vigne et la production et le commerce de vins, destinés à la fois au marché national et à l’exportation.

JUMILLA. SOURCE: Enrique Íñiguez Rodríguez (Qoan) – Trabajo propio, https://commons.wikimedia.org/

CLIMAT ET SOLS

Située au sud-est de la péninsule ibérique, dans le dénommé Altiplano ( plateau) du Levant, la région l’AOP Jumilla constitue un territoire de transition entre la plaine de La Manche et les douces terres méditerranéennes du Levant. La zone de production AOP comprend des territoires d’altitude notable, avec des plantations viticoles s’étendant de 320 à 900 mètres d’altitude, avec un relief constitué de chaînes de montagnes peu élevées (900 à 1 372 mètres d’altitude), de larges contreforts où apparaissent plaines, vallées et ondulations douces.
Les sols sont bruns et bruns rougeâtres, de nature calcaire; Ils présentent des textures limoneuses et sablo-limoneuses, ils sont lâches et caillouteux et pauvres en matière organique et en nutriments. Normalement, il s’agit de sols profonds, bien que parfois, pour leur utilisation, il soit nécessaire de casser mécaniquement la croûte calcaire affleurante ou semi affleurante, typique des sols calcaires dans les climats arides dans lesquels le lavage du profil par l’eau de pluie est incomplet. D’autre part, ce sont des sols allochtones qui se sont développés sur des dépôts de calcaire caillouteux emportés par les formations montagneuses environnantes du Tertiaire supérieur (Miocène – Pliocène) et du Quaternaire précoce (Pléistocène).
Ces sols présentent une réaction basique, avec une bonne aération, ainsi qu’une capacité de rétention d’eau notable et une perméabilité modérée. Ces conditions, ainsi que leur profondeur, sont très favorables pour les vignobles, en particulier en période de sécheresse prolongée car ils possèdent une bonne rétention d’eau.
Le climat, malgré la proximité relative de la Méditerranée, présente des caractéristiques clairement continentales; sec, avec à peine 300 litres par mètre carré de précipitations annuelles moyennes irrégulièrement réparties, avec un maximum correspondant à des averses, parfois torrentielles, en automne et  en avril mais à un degré moindre.  Les étés sont chauds, avec des sommets estivaux qui dépassent de loin parfois 40 degrés et le hivers froids, avec des températures négatives qui approchent parfois les -10 °C. La température annuelle moyenne est de 16 °C.
La période de gel s’étend normalement de novembre à mars, bien que certaines puissent se produire sporadiquement en octobre et avril. Une forte évaporation, une très forte luminosité, environ 3 000 heures d’ensoleillement par an et une forte rosée sont d’autre part des  caractéristiques climatiques principales de l’appellation.

SOURCE: https://vinosdejumilla.org

DONNÉES DE BASE

L’Appellation d’Origine Jumilla comprend plus de 15 000 hectares de vignobles, dont 40% sont situés sur la commune de Jumilla et regroupent plus de 1 900 vignerons. La désignation compte 39 établissements vinicoles enregistrés.

ZONE VIGNOBLE D.O. JUMILLA (2020):

Albatana: 395,58 ha.
Fuenteálamo: 2,097,57 ha.
Hellín: 1,017,43 ha.
Jumilla: 5,955,93 ha.
Montealegre: 2,857,89 ha.
Ontur: 732,65 ha.
Tobarra: 1 862,60 ha.
Total DOP Jumilla: 14,919,65 ha.
Nombre de vignerons inscrits: 1.900

Répartition approximative des zones: Jumilla (40%), Provincia Albacete (60%)

DÉLIMITATION DE L’APPELLATION

La zone de production des vins couverts par l’appellation d’origine protégée « Jumilla » est constituée des terres situées dans les communes de Jumilla (province de Murcie), Fuentealamo, Albatana, Ontur, Hellín, Tobarra et Montealegre del Castillo , ce dernier situé dans la province d’Albacete.

CÉPAGES

– La production de vins protégés est réalisée exclusivement avec des raisins des cépages suivants: 

Rouges :
 monastrell, garnacha tintorera, cencibel, cabernet sauvignon, garnacha, merlot, syrah et petit verdot.
Parmi ces variétés, le monastrell est considérée comme la principale.

Blancs:
airén, macabeo, pedro ximénez, malvasía, chardonnay, sauvignon blanc, muscat de petits grains et verdejo.

RENDEMENTS

Cépages rouges en culture extensive
5 000 kilogrammes de raisins par hectare Cépages rouges en culture extensive
37 hectolitres par hectare
Cépages blancs en culture extensive
5 625 kilogrammes de raisins par hectare Cépages blancs en culture extensive 41,62 hectolitres par hectare

En culture intensive
8 750 kilogrammes de raisins par hectare En culture intensive
64,75 hectolitres par hectare

CARACTÉRISTIQUES ŒNOLOGIQUES

NB: depuis le 16 décembre 2020, les titres alcoolométriques minimums  pour les vins SECS  ont été supprimés

NB: Les vins de liqueur:

– Ils  sont élaborés en ajoutant au moût de raisin partiellement fermenté ou au vin, exclusivement à partir du cépage rouge Monastrell, un alcool neutre d’origine viticole avec une teneur en alcool d’au moins 96% vol. Son degré alcoolique acquis est compris entre 15 et 22 % Vol. Et son titre alcoométrique volumique total ne peut être inférieur à 17,5% Vol., Comme indiqué dans le tableau ci-dessus.

a) Pratiques viticoles

– La culture du vignoble protégé par l’appellation d’origine protégée « Jumilla » peut être réalisée sous les régimes de culture extensive et de culture intensive.
– Les plantations en culture extensive sont considérées comme celles qui, en raison de l’orographie du terrain, de l’altitude, des précipitations et d’autres circonstances écologiques, s’adaptent, dans leurs caractéristiques agronomiques, aux paramètres suivants:
-La densité de plantation est comprise entre un maximum de 1 900 pieds par hectare et un minimum de 1 100 pieds par hectare.
– Les plantations en culture intensive sont considérées comme celles qui, conformément aux conditions environnementales, sont conformes, dans leurs caractéristiques agronomiques, aux paramètres suivants:
-La densité de plantation est comprise entre un maximum de 3 350 pieds par hectare et un minimum de 1 500 pieds par hectare4.

b) Pratiques œnologiques spécifiques:

-La récolte est effectuée de manière à ne pas nuire à la qualité du raisin, en consacrant exclusivement à la production de vins protégés des lots de raisins sains avec le degré de maturité nécessaire et une teneur en alcool naturelle minimale de 11% Vol.

-Les raisins du cépage Monastrell destinés à la production de vin de liqueur, doivent présenter au moment de la récolte un titre alcoolique naturel d’au moins 13% Vol.

-Lors de l’extraction du moût ou du vin, les pressions appliquées donnent un rendement maximal dans le processus de transformation qui ne dépasse pas 70 litres de vin pour 100 kilos de raisins.
Aux fins du calcul du début des processus de vieillissement, la date initiale de celui-ci est considérée comme le premier jour d’octobre de chaque année.

c) Restrictions

– Il est interdit dans la production de vins protégés par cette appellation d’origine protégée, l’utilisation de pressoirs dits « continus », dans lesquels la pression est exercée par une vis d’Archimède lors de son avance sur un contrepoids.

– Pour l’extraction du moût, seuls des systèmes mécaniques peuvent être utilisés qui n’endommagent ni ne dilatent les composants solides du cluster, en particulier l’utilisation de concasseurs centrifuges à grande vitesse est interdite.

– Dans l’élaboration de vins protégés, les pratiques de préchauffage des raisins ou de chauffage des moûts ou des vins tendant à forcer l’extraction de la matière colorante, ne peuvent être utilisées.

Pratiques œnologiques essentielles

Pratique culturale

La culture du vignoble couvert par l’appellation d’origine protégée «Jumilla» peut être réalisée selon les modes extensif et intensif.

  • —  Culture extensive: il s’agit des cultures dont, pour des raisons d’orographie du terrain, d’altitude, de pluviométrie et autres situations écologiques, la densité de plantation répond, par ses caractéristiques agronomiques, aux paramètres suivants:

    1 900 pieds de vigne/ha au maximum et 1 100 pieds de vigne/ha au minimum.

    —  Culture intensive: il s’agit des cultures dont, également pour des raisons liées à l’environnement, les caractéristiques agronomiques répondent aux paramètres suivants:

    densité de plantation comprise entre 1 500 et 3 350 pieds de vigne/ha.

    Pratique œnologique spécifique

    Les vendanges sont effectuées de manière à ne pas nuire à la qualité du raisin. Seuls sont consacrés à la production des vins couverts par l’AOP les lots de raisin sain, ayant atteint le niveau de maturité nécessaire et un titre alcoométrique minimal de 10,70 °B pour les cépages blancs et 11 °B pour les cépages rouges.

    Les raisins de la variété Monastrell destinés à l’élaboration du vin de liqueur doivent présenter, lors de la vendange, un titre alcoométrique minimal de 13 °B.

    Lors de l’extraction du moût ou du vin, les pressions appliquées permettent d’atteindre un rendement maximal, au cours du processus de transformation, n’excédant pas 74 litres de vin fini pour 100 kilogrammes de raisin.

    Afin de calculer le début des processus de vieillissement, la date à prendre en compte est le premier octobre de chaque année.

    Le Conditionnement des vins doit être fait dans la zone géographique délimitée et il est  désormais interdit de transférer du vin en vrac couvert par l’AOP vers des caves n’appartenant pas à l’AOP. Modification du 14 juin 2022

Dernière modification du cahier des charges : 14/05/2022

JUMILLA (ESPAGNOL)