BOUZERON AOP

Vins de Bourgogne

L’APPELLATION

L’appellation Bouzeron est réservée aux vins secs tranquilles blancs. La récolte des raisins, la vinification, l’élaboration et l’élevage des vins sont assurés sur le territoire des communes suivantes du département de Saône-et-Loire : Bouzeron et Chassey-le-Camp en Bourgogne.

HISTOIRE

L’histoire viticole de « Bouzeron » est liée à celle de la « Côte chalonnaise » et à celle de Chagny, la ville voisine et centre économique local. Il semble que les vins blancs de « Bouzeron » bénéficient d’une réputation flatteuse dès le XVIIIème siècle. Courtépée les cite dans sa « Description générale et particulière du Duché de Bourgogne », en 1775.

Il faut cependant attendre la fin du XIXème siècle pour voir mentionner explicitement l’existence du cépage aligoté B à « Bouzeron ».
Au XXème siècle, « Bouzeron » affirme sa spécificité et le cépage aligoté B devient le cépage essentiel des vins blancs qui font sa réputation.

Parmi les différentes origines évoquées pour ce cépage, celle de MERLET en 1667, parlant du « Beaunié » comme un « raisin tirant sur le Gouais blanc, mais

meilleur et chargeant beaucoup, fort commun et en estime à Beaune», semble confirmer qu’il est vraisemblablement d’origine bourguignonne. Traditionnellement en Bourgogne, le cépage aligoté B était planté sur de nombreux coteaux. En effet, il est bien adapté aux conditions locales et tire son parti de situations relativement fraîches, et les vignerons ont su maîtriser sa vigueur en l’installant sur des coteaux. Le contexte pédo-climatique de la zone géographique de « Bouzeron » s’est ainsi révélé particulièrement propice à l’implantation de ce cépage, pour une production de vins blancs secs.

A partir de 1936, cette production bénéficie de l’appellation d’origine contrôlée « Bourgogne aligoté ». Par décret du 7 mars 1979, les producteurs, regroupés au sein d’un syndicat de défense depuis le 7 janvier 1907, obtiennent la possibilité d’adjoindre la dénomination géographique complémentaire « Bouzeron » au nom de l’appellation d’origine contrôlée, pour les vins issus du cépage aligoté B produits sur cette commune. La spécificité de la zone géographique est ainsi reconnue.

Dès 1979, la production de vins bénéficiant de l’appellation d’origine contrôlée « Bourgogne aligoté » complétée par la dénomination géographique complémentaire « Bouzeron » se développe. La superficie en production double entre cette date et les années 1990. La notoriété de leur produit s’accroissant, les producteurs obtiennent alors la reconnaissance en appellation d’origine contrôlée « Bouzeron » par décret du 17 février 1998.

En 2010, la superficie en production couvre 43 hectares, pour une récolte moyenne de 2600 hectolitres. Les vignes sont exploitées par une quinzaine de producteurs, dont les exploitations sont de taille très variable.

CLIMAT ET SOLS

La zone géographique s’étend sur la terminaison nord de la « Côte chalonnaise »,

en Bourgogne. Elle est située à une dizaine de kilomètres au nord-ouest de Chalon-sur-Saône, dans le département de Saône-et-Loire.

La « Côte chalonnaise » est un relief calcaire allongé selon une direction nord/sud, orienté généralement vers l’est. Elle forme la limite entre, à l’ouest, les contreforts calcaires du massif granitique du Mont-Saint-Vincent et, à l’est, la plaine de la Saône.

La zone géographique s’étend ainsi sur le territoire des communes de Bouzeron et Chassey-le-Camp.

Le territoire forme une entité bien délimitée topographiquement et géologiquement. Il s’agit d’une petite vallée sèche s’ouvrant vers le nord-est. Les flancs des coteaux sont ainsi exposés à l’est et à l’ouest, entre 250 mètres et 350 mètres d’altitude. Les substrats sont principalement des marnes de l’Oxfordien (Jurassique supérieur), et localement, en bas de versant, des calcaires du Jurassique moyen, plus ou moins recouverts d’éboulis calcaires provenant des crêtes de calcaire dur oxfordien. Les sols sont généralement très calcaires, superficiels et très pierreux.

Les parcelles délimitées pour la récolte des raisins occupent les deux versants de la vallée, principalement sur les substrats de marne et les colluvions pierreuses de bas de versant. Elles n’atteignent jamais les crêtes calcaires où les sols sont squelettiques.

Le climat est océanique dégradé subissant des influences méridionales et continentales. La douceur méridionale pénètre par la vallée de la Saône, atténuant les influences océaniques et offrant des mois estivaux très ensoleillés et des précipitations annuelles moyennes inférieures à 800 millimètres. Les précipitations se répartissent régulièrement sur l’année, sans sécheresse estivale.

L’ouverture générale vers le nord-est, en accentuant les influences continentales, génère un méso-climat frais très spécifique de ce secteur de la « Côte chalonnaise ».

DÉLIMITATION DE L’APPELLATION

sur le territoire des communes suivantes du département de Saône-et- Loire : Bouzeron et Chassey-le-Camp.

DÉROGATION SUR LA DÉLIMITATION DE L’APPELLATION

Aucune

CÉPAGE

Áligoté

RENDEMENTX MAXIMAUX

65 hectolitres par hectare

VINS ET CARACTÉRITIQUES ŒNOLOGIQUES

– L’utilisation de morceaux de bois est interdite.
– Après enrichissement, les vins ne dépassent pas le titre alcoométrique volumique total de 12,5 %.
Outre les dispositions ci-dessus, les vins doivent respecter, en matière de pratiques œnologiques, les obligations figurant au niveau communautaire et dans le code rural et de la pêche maritime.

CARACTÉRISTIQUES VITICOLES

a) – Densité de plantation
Les vignes présentent une densité minimale à la plantation de 8000 pieds par hectare, avec un écartement, entre les rangs, inférieur ou égal à 1,40 mètre et un écartement, entre les pieds sur un même rang, supérieur ou égal à 0,80 mètre.

b) – Règles de taille

Les vins proviennent des vignes taillées selon les dispositions suivante

Vignes conduites en cordon de Royat

Les vignes sont taillées avec un

maximum de 10 yeux francs par pied ;

– Chaque pied porte un maximum de 5  coursons taillés chacun à 2 yeux francs maximum.

Vignes conduites en gobelet ou éventail

– Les vignes sont taillées avec un maximum de 8 yeux francs par pied ;
– Chaque pied porte au maximum 3 coursons avec 1 courson portant au maximum 2 yeux francs et les 2 autres coursons portant au maximum 2 ou 3 yeux francs.

Vignes taillées en Guyot simple

Les vignes sont taillées avec un maximum de 10 yeux francs par pied ; chaque pied porte :
– soit un seul long bois portant au maximum 6 yeux francs et 2 coursons taillés chacun à 2 yeux francs au maximum ;
– soit un seul long bois portant au maximum 8 yeux francs et un seul courson taillé à 2 yeux francs maximum.

Lors du rajeunissement des cordons, les vignes sont taillées avec un maximum de 10 yeux francs par pied.

La taille Guyot simple peut être adaptée avec un 2ème courson permettant d’alterner d’une année à l’autre la position de la baguette.

Quel que soit le mode de taille, les vignes peuvent être taillées avec des yeux francs supplémentaires sous réserve qu’au stade phénologique correspondant à 11 ou 12 feuilles le nombre de rameaux fructifères de l’année par pied soit inférieur ou égal au nombre d’yeux francs défini pour les règles de taille.

AUTRES CARACTÉRISTIQUES

a) – L’étiquetage des vins bénéficiant de l’appellation d’origine contrôlée peut préciser le nom d’une unité géographique plus petite, sous réserve :
– qu’il s’agisse du nom d’un lieu-dit cadastré ;
– que celui-ci figure sur la déclaration de récolte.

Le nom du lieu-dit cadastré est imprimé en caractères dont les dimensions ne sont pas supérieures, aussi bien en hauteur qu’en largeur, à la moitié de celles des caractères composant le nom de l’appellation d’origine contrôlée.

b) – Lorsque l’indication du cépage est précisée sur l’étiquetage, cette indication ne figure pas dans le même champ visuel que les indications obligatoires, et est imprimée en caractères dont les dimensions ne dépassent pas 2 millimètres.

Dernière modification du cahier des charges : 13   décembre  2011