BRULHOIS AOP

NB: revue par Jacqueline Uztarroz. Corrèze hors échelle)

L’APPELLATION

L’appellation Brulhois est réservée aux vins secs tranquilles rouges et rosés élaborés sur le territoire de  certaines communes des départements Gers et Lot-et-Garonne.

HISTOIRE

Brulhois vient d’un mot gaulois « Brogilo » qui signifie, talus, bordure, taillis, bord de rivière boisé.
La viticulture s’y est implantée à l’époque gallo-romaine lorsque la production s’est déplacée de la Narbonnaise vers le Bordelais.
Le plus ancien document attestant de la présence de la vigne en Brulhois date de 1049.
En 1306-1307, le Brulhois vend sur la place de Bordeaux 5542 tonneaux de vin, soit autant que le vignoble tarnais mais plus que le vignoble lotois.
Au Moyen-âge, le vignoble s’est développé autour des établissements religieux notamment autour des abbayes de Clairac, Moirax ou Layrac.
Dés le XIIème siècle, les vins sont très appréciés par les rois d’Angleterre à tel point qu’ils bénéficient au XIVème siècle d’un privilège pour l’exportation vers ce pays. En 1640, les vins d’Auvillar reçoivent pour leur commerce des privilèges royaux et sont protégés des contrefaçons.
A la révolution française, l’essentiel du revenu agricole provient toujours du vin. On ne compte pas moins de 40 bateliers actifs sur les ports de Layrac, Lamagistère et Auvillar ainsi que la présence de 9 tonneliers sur cette dernière commune.
Juste avant le phylloxéra, le vignoble représente 34 % des surfaces à Auvillar, 33 % à Dunes et jusqu’à 50 % à Donzac.
Après les crises du XXème siècle et les terribles gelées de l’hiver 1956, ce sont 4 vignerons qui en 1964 vont revendiquer cette dénomination délaissée au niveau commercial.
Deux syndicats se créent, un en Lot-et-Garonne et l’autre en Tarn-et-Garonne pour fusionner en 1974.
Avec l’appui technique et commercial des caves coopératives de Goulens et de Donzac, les disciplines de production que se sont imposées les producteurs permettent la reconnaissance en appellation d’origine vin délimité de qualité supérieure des vins des Côtes du Brulhois le 21 novembre 1984.
En 2010, cinq vignerons indépendants et la cave des vignerons du Brulhois, issue de la fusion des deux caves originelles, assurent la vinification de la production de 250 hectares de vigne.

CLIMAT ET SOLS

Au cœur du Sud-Ouest, entre Gascogne et Quercy, la zone géographique de production se répartit de par et d’autre de la vallée de la Garonne entre Agen et Valence d’Agen.
En rive droite, on trouve les plateaux calcaires qui constituent la partie inférieure du Quercy. Constitués par les calcaires aquitaniens, ces plateaux sont encadrés par la vallée de la Séoune au nord et de la Barguelonne au sud. Le réseau hydrographique a profondément ciselé le paysage pour donner des cuestas abruptes qui portaient autrefois des vignes et qui sont aujourd’hui vouées aux friches ou à l’urbanisation. En rive gauche, le socle est constitué par les calcaires et les molasses de l’Oligocène et du Miocène avec sur les premiers coteaux dominant la vallée de la Garonne, la présence de hautes terrasses graveleuses très favorables à la viticulture. Le relief est plus adouci avec des cuestas peu marquées dégageant ainsi de vastes versants aux expositions variées.

Trois grands types de sols sont identifiés. Les sols des plateaux calcaires portent des sols argilo-calcaires plus ou moins lessivés et allégés par des débris rocheux. Bien qu’adaptés à la viticulture, ces sols sont plutôt destinés à la céréaliculture. Les sols des croupes molassiques sont de type sols bruns calcaires peu lessivés et de bonne fertilité. Ils doivent avoir subi un lessivage important pour donner des boulbènes aptes à porter de la vigne. Enfin les sols sur alluvions garonnaises ont subi en surface une évolution de type podzolique et présentent en profondeur une accumulation d’argiles rubéfiées. Dans ce type de sol meuble et profond, l’alimentation hydrique permet un bon équilibre avec la faible fertilité du sol.

Par sa position à mi-distance entre Bordeaux et Toulouse, le Brulhois subit à la fois les influences maritimes de l’Atlantique et celles plus méridionales de la méditerranée. La pluviométrie est celle d’un climat océanique avec un pic en mai et des précipitations plus faibles en été. Les hivers sont relativement doux et la chaleur est rarement excessive en été.

Le vent d’autan à l’automne repousse les perturbations atlantiques vers le nord- est, dessèche l’atmosphère et est très favorable à une maturation saine des raisins en absence de pourriture.
Certains versants bénéficient d’expositions privilégiées et connaissent ainsi un méso-climat très favorable à la viticulture.

Les coteaux calcaires de la rive droite, avec leur relief presque tabulaire, présentent de vastes espaces ouverts propices à la culture céréalière dans lesquelles s’intercalent quelques cultures maraîchères ou spécialisées. Seules les fortes pentes sont incultes et portent des taillis. La vallée de la Garonne est aussi entièrement mise en valeur avec les céréales mais aussi les vergers (prunier, cerisier, pécher) et les cultures maraîchères. Les coteaux de la rive gauche ont un relief plus adouci par les terrasses graveleuses. Quelques petits massifs boisés couronnent les buttes les plus arides. Les versants sont consacrés à la céréaliculture associée aux vignes et aux vergers. Les vallées des petites rivières, soulignées par leur ripisylve, sont occupées par des prairies permanentes.

Source: https://www.tourisme-tarnetgaronne.fr/

DÉLIMITATION DE L’APPELLATION

La récolte des raisins, la vinification, l’élaboration et l’élevage des vins sont assurés sur le territoire des communes suivantes « sur la base du code officiel géographique de l’année 2018 »

:
Département du Gers : Gimbrède, Flamarens, Saint-Antoine, Département du Lot-et-Garonne : Astaffort, Aubiac, Caudecoste, Clermont-Soubiran, Cuq, Fals, Fieux, Laplume, Layrac, Moirax, Nomdieu, Saumont,

Département du Tarn-et-Garonne : Auvillar, Bardigues, Donzac, Dunes, Saint-Cirice, Saint-Loup, Sistels.

AIRE DE PROXIMITÉ

undefined

L’aire de proximité immédiate est constituée par le territoire des communes suivantes (sur la base du code officiel géographique en date du 26 février 2020) :

— Département de la Dordogne : Cause-de-Clérans, Saint-Géraud-de-Corps. – Département de la Gironde : Caplong, Castillon-la-Bataille, Francs, Gardegan-et-Tourtirac, Gensac, Les Lèves-et-Thoumeyragues, Margueron, Pineuilh, Puisseguin, Saint-Avit-Saint-Nazaire, Saint-Cibard, Saint-Emilion.

— Département de Lot-et-Garonne : Duras, Loubès-Bernac et Saint-Jean-de-Duras.

CÉPAGES PRINCIPAUX

Les vins rouges et rosés sont issus des cépages suivants :

cépages principaux : cabernet-franc N, merlot N, tannat N,
cépages complémentaires : cabernet-sauvignon N, cot N, fer-servadou N, – cépage accessoire : abouriou N.

Les vins rosés proviennent de l’assemblage de raisins ou de vins issus d’au moins deux des cépages prévus au 1° du point V.
Les vins rouges proviennent de l’assemblage de raisins ou de vins issus d’au moins trois des cépages prévus au 1° du point V, dont au minimum un cépage principal.

    RENDEMENTS MAXIMAUX

    Vin rouge : 63 hectolitres par hectare

    Vin rosé : 66 hectolitres par hectare

    VINS ET CARACTÉRITIQUES ŒNOLOGIQUES

    Pour l’élaboration des vins rosés, l’utilisation des charbons à usage œnologique est autorisée pour les moûts et vins nouveaux encore en fermentation, dans la limite de 20% du volume de vins rosés élaborés par le vinificateur concerné, pour la récolte considérée. Les vins ne dépassent pas, après enrichissement, un titre alcoométrique volumique total de 13 p.100. pour les vins rouges et de 12,5 p.100 pour les vins rosés. Outre les dispositions ci-dessus, les vins doivent respecter, en matière de pratiques oenologiques, les obligations figurant au niveau communautaire et dans le code rural.

    CARACTÉRISTIQUES VITICOLES

    Les vignes présentent une densité minimale à la plantation de 4 000 pieds par hectare. Elles ne peuvent présenter un écartement entre rangs supérieur à 2,50 mètres et l’écartement entre pieds sur un même rang doit être compris entre 0,90 mètre et 1,10 mètre.

    Les vignes sont conduites en taille guyot ou en taille à cots. Le nombre maximal d’yeux francs par pied est fixé à 12.

    L’irrigation peut être autorisée.

    AUTRES CARACTÉRISTIQUES

    L’étiquetage des vins bénéficiant de l’appellation d’origine contrôlée « Brulhois » peut préciser l’unité géographique plus grande « Sud-Ouest ». Cette unité géographique plus grande peut également figurer sur les prospectus et récipients quelconques. Les dimensions des caractères de l’unité géographique plus grande ne sont pas supérieures, aussi bien en hauteur qu’en largeur, à celles des caractères composant le nom de l’appellation d’origine contrôlée.

    Dernière modification du cahier des charges : 02 juin   2019