C’est un cépage d’origine portugaise que l’on utilise en mono-cépages ou en assemblages dans la DO de Vinhô Verde. En Espagne on le trouve surtout à Ribeiro et à Monterrei et dans certaines parties de Rías Baixas.
Il produit des vins de belle qualité avec des arômes et des saveurs de pêche et de fleurs.

C’est une variété à maturation tardive, sensible au botrytis, elle peut être à haut rendement. Les vins issus de ce cépage ont en général une acidité vive.

Il possède une relation étroite avec l’alvarinho sous le nom d’albarino et des analyses ADN ont suggéré une relation parentale avec le cépage amiral. On en comptait 584 hectares en Galice en Espagne. 

Le prieto picudo serait originaire du sud de la région de Castille-et-Léon, dans le nord-ouest de l’Espagne et il  est autorisé notamment dans la DO de Tierras de León, et dans la VC de Valles de Benavente. 

Ce cépage donne des vins rouges profondément colorés, ainsi que des rosados (rosés), et il est souvent assemblé  avec du tempranillo ou du mencía. Il est aromatique, avec de beaux tanins et une belle acidité, et il peut faire un rosado vineux bien structuré, aux antipodes des rosés légers qui envahissent le marché aujourd’hui. 

Les vins élaborés avec ce cépage ont une bonne affinité avec le chêne et possèdent un bon potentiel de vieillissement. Des analyses génétiques récentes ont montré qu’il est frère du cépage portugais alfrocheiro. Son alter ego, le  prieto picudo blanco n’est pas une mutation génétique de la version rouge mais il est identique au godello. 

C’est une variété qui possède de petites grappes compactes avec des petits grains  à la peau fine. Son bourgeonnement et sa maturation sont précoces. Sa vigueur et ses rendements sont faibles. Il n’aime pas la sécheresse et convient mieux aux sols frais et aux climats doux. Il est sensible aux coups de soleil et modérément sensible à l’oïdium. Son encépagement est de 4 587  hectares très majoritairement en Castille-et-Léon.