Retour à la mappemonde
NOUVELLE ZELANDE

DESCRIPTION DU PAYS

SOURCE: https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Flag_of_New_Zealand.svg
Wellington. SOURCE: https://pixabay.com/photos/wellington-mount-victoria-2151564/

Avec une superficie de 320 000 km² (la moitié de la France), répartie sur deux îles (île du nord et île du sud) sur une distance nord-sud de 1600 km) et 38 600 hectares de vignes plantées (2109) et 3,1 millions d’hectolitres produits (2016, source OIV), la Nouvelle- Zélande ne se classe qu’au 20e rang de la production viticole mondiale. L’aspect particulièrement vallonné du pays, propice à l’élevage des moutons, ne permet pas de développer des vignobles sur de larges superficies viticoles. C’est une des viticultures les plus australes du monde,elle se situe entre les 34° et 45° 52′ degrés de latitude sud et les vignobles de Central Otago sont parmi les plus australs au monde. La proximité de l’océan agit comme un régulateur thermique et fonctionne comme un large ventilateur sur le pays et permet une viticulture de qualité.

Photo

HISTOIRE

Le premier vignoble fut établi à Kerikeri, par un missionnaire protestant Samuel Marsden (1765-1838) en 1819 au nord d’Auckland et les premiers vins commercialisés en 1836. Le premier vignoble d’importance, qui existe toujours, Mission Estate, vit le jour en 1851 dans la région d’Hawkes Bay.
On doit sans doute à Romeo Bragato d’avoir porté la viticulture de Nouvelle-Zélande sur les fonts baptismaux entre 1995 et 1909. Né en 1858 en Croatie, il fit ses études œnologiques à Conegliano, épicentre aujourd’hui de la région Prosecco. Alors qu’il travaillait pour le ministère de l’Agriculture à Victoria en Australie, il fut invité par le gouvernement de Nouvelle-Zélande pour donner son avis sur les possibilités de développer la viticulture du pays. Il identifia Cromwell et Bannockburn en Central Otago comme des régions viticoles parfaitement adaptées à la viticulture. S’il passa à côté de Marlborough, la plus importante région viticole de Nouvelle-Zélande, il identifia Nelson, Hawkes Bay et Wairarapa (y compris Martinborough) comme des régions viticoles de prime importance et il fut recruté en 1902 comme directeur de la viticulture du pays, position qu’il occupa jusqu’en 1909 avant d’être forcé à quitter la Nouvelle-Zélande pour le Canada en 1912 sous la pression des mouvements pro-abstinence et il se suicida en 1913.
La culture puritaine du pays, qui imposa une quasi-prohibition jusqu’à la fin des années 60, était peu propice au développement d’une industrie viticole. Mais l’entrée du Royaume-Uni dans la Communauté Européenne (avant qu’elle devienne l’Union Européenne), qui mit fin en 1973 aux accords privilégiés sur la viande et les produits laitiers entre les deux pays allait changer la donne. Le gouvernement néo-zélandais dut reconsidérer de fond en comble sa politique agricole. La viticulture apparut comme la solution idoine à la reconversion des prairies aux sols pauvres laissés en jachère. L’abrogation des lois anti-alcool draconiennes à la fin des années 1960 allait permettre un développement rapide de la viticulture et la consommation des vins se développa avec la pratique, toujours existante, connue sous le nom de BYO (bring your ownapportez la vôtre). Elle permet à tout client d’un restaurant d’apporter sa bouteille et de la consommer sur place.

Photo

L’ouverture des pays riches vers le reste du monde grâce au développement de l’aviation commerciale allait aussi faciliter l’essor de la consommation du vin dans ce pays situé aux antipodes des pays occidentaux. La superficie totale du vignoble et la production sont en progression spectaculaire depuis une quinzaine d’années. En 2002, le vignoble ne couvrait que 13 787 hectares et produisait 136 000 tonnes, alors qu’aujourd’hui, les chiffres sont de 39 000 hectares (2016, source: OIV) pour 3,1 millions d’hectolitres de production et les revenus à l’exportation se montent à près d’un milliard d’euros.
C’est le sauvignon blanc de la région de Marlborough qui installa la Nouvelle- Zélande sur la carte viticole mondiale avec la création du domaine de Cloudy Bay en 1984 par deux Australiens (David Hohnen et Kevin Judd), elle apporta l’image qualitative à la région et au pays. Et c’est la création du géant viticole Montana (aujourd’hui détenu par Pernod Ricard) qui apporta la puissance de feu pour le marketing et la promotion.

CLIMAT ET SOLS

Les vignobles sont majoritairement plantés sur des sols pauvres d’anciens lits de fleuves et de rivières avec une forte proportion de galets appelés ‘Greywacke’ (Hawkes Bay, Martinborough, Nelson, Marlborough). Le sol de la région de Wairarapa contient aussi beaucoup de ‘Greywacke’ mais aussi une forte proportion de calcaire, ce qui a incité les producteurs à planter du pinot noir. Les vignobles de L’île de Waiheke sont principalement plantés sur des sols argileux à forte proportion d’oxyde de fer et de manganèse et recouverts de poussière éolienne.
La région de Central Otago possède des sols plus hétérogènes de poussière de limon, de schistes décomposés, de galets de rivières et des sables. Le pays jouit d’un climat maritime car aucun vignoble n’est à plus de 140 km de la mer. Le climat de la région de Central Otago est cependant plus proche d’ un climat continental mais avec des influences océaniques. La pluviométrie se situe entre 600 mm et 1 600 mm par an et les vignobles sont majoritairement irrigués car la pluie tombe principalement en hiver.
Les vignobles sont le plus souvent situés dans la partie est du pays car elle est protégée des vents d’ouest et des pluies par une chaîne de montagnes dont certains sommets peuvent atteindre 3 000 mètres d’altitude.

CÉPAGES

La Nouvelle-Zélande est majoritairement une pays de production de variétés blanches qui couvrent 30 921 hectares contre 7 758 hectares aux variétés rouges (2019).
Les principaux cépages plantés sont le sauvignon blanc (24 037 hectares soit 62% de la production totale), le chardonnay (3 106 hectares), le pinot gris (2 471 hectares), le riesling (679 hectares), le pinot noir (5 582 hectares et le merlot (1 133 hectares). Contrairement à ce qu’on pourrait penser, le cabernet sauvignon ne représente que 0, 3% de l’encepagement et la syrah, 0,4% elle a fait une apparition remarquée ces dix dernières années en particulier à Hawkes Bay et à Martinborough.

Photo

Photo

LES RÉGIONS VITICOLES (GEOGRAPHICAL INDICATIONS OU GIs)

Photo

La législation sur les régions viticoles de la Nouvelle-Zélande a finalement été votée en novembre 2016 après des nombreux atermoiements. Elle s’articule autour de celle de pays du Nouveau Monde et elle porte le même nom, Geographical Indication ou GI. 18 régions viticoles officielle (GIs) ont été créées ou sont en cours de création et sont les suivantes:

1. Northland  2. Auckland  3. Matakana  4. Kumeu  5. Waiheke Island  6. Gisborne  7. Hawke’s Bay  8. Central Hawke’s Bay  9. Wairarapa  10. Gladstone  11. Martinborough  12. Nelson  13. Marlborough  14. Canterbury  15. North Canterbury (1) 16. Waipara Valley  17. Waitaki Valley North Otago  18. Central Otago
Non encore approuvée (octobre 2019)

La dernière carte officielle des régions viticoles de la Nouvelle-Zélande (ci-dessus) demande des précisions mais elle est utile pour situer les GIs. La région de Canterbury/ Waipara est divisée en 3 régions: Canterbury, North Canterbury, et Waipara Valley. La région de Wairarapa/Martinborough est divisée en 3 régions: Wairarapa, Martinborough et Gladstone. La région d’Hawkes Bay est divisée en 2 régions, Hawke’s (Hawkes) Bay et Central Hawke’s( Hawkes) Bay. La région de Waikato/ Bay of Plenty n’est pas une GI dans la nouvelle législation. La région de Waitaki est classée dans le North Otago plutôt que dans la région de Canterbury/Waipara.

LES SUPERFICIES VITICOLES

Photo

LA CROISSANCE RAPIDE DE L’INDUSTRIE VITICOLE DE NOUVELLE-ZÉLANDE

Photo

Photo

Photo
RIPPON VINEYARD: LE PLUS BEAU VIGNOBLE DU MONDE

DOUBLE-CLIQUER SUR LE LIEN POUR LIRE L’ARTICLE DE CLAUDE GILOIS SUR CE VIGNOBLE:
voyagesvinsdumonde.20minutes-blogs.fr/archive/2015/02/28/rippon-vineyard.html

QUELQUES STATISTIQUES

Photo

Photo