Retour à la mappemonde
ALLEMAGNE

DESCRIPTION DU PAYS

Source: wikipedia.org
La capitale. Berlin. Source: wikipedia.org

L’ALLEMAGNE VUE D’AILLEURS

L’Allemagne est un pays de 357,022 km² (Royaume-Uni:242 545 km²). Adossé aux Alpes, ouvert sur la mer Baltique, relié directement à la mer du Nord par le Rhin, puissante artère navigable vers Rotterdam, longtemps 1er port du monde.

C’est une très grande puissance industrielle, derrière les EU, la Chine et le Japon. Elle bénéficia du plan Marshall pour sa reconstruction. N’avait plus d’Empire colonial, confisqué en 1918, donc pas de coûteuses guerres coloniales.

Le PIB est de 3 332 MM €, France 2 130. Le pays fabrique et exporte (3ième exportateur mondial, Hambourg 3° port européen, Duisbourg 1er port fluvial mondial) des produits de bonne qualité, à la bonne réputation, souvent de haut de gamme, industrie chimique, matériel de précision, optique.. est spécialiste de la production de machines-outils vendues dans le monde entier, organise plus de 150 foires et salons fort réputés et très courus. Après Fukushima, modifia l’origine de la production d’électricité, le nucléaire passant à 11,3% ( France 67 %) et le renouvelable à 45,7 % ( France 24 %).

Avec 83,2 M, c’est le pays le plus peuplé d’Europe occidentale. Le niveau de vie y est élevé : 8 ième rang pour l’IDH, RU est 18ième, la France est 22°. Il projette des touristes aisés vers toutes les grandes destinations du monde. Mais sa croissance naturelle est très faible, même négative, sans l’apport de l’immigration, apport nécessaire de main d’œuvre, la population diminuerait. Le vieillissement accéléré de sa population est directement lié à sa faible natalité. L’Allemagne est dans le trio de tête mondial des pays avec la plus petite proportion de jeunes. Les étrangers (11, 5 %) sont Turcs, Polonais, Syriens, Roumains, Italiens…

Une histoire tourmentée et tragique au XX° siècle. S’estimant humilié par les terribles châtiments du traité de Versailles, occupé par les troupes françaises, ruiné par une inflation catastrophique en 1924, puis replongeant dans la grande crise née à Wall Street, il remet son destin à un peintre autrichien ancien combattant en 14-18, qui l’accompagne dans la volonté de revanche. Il a fondé en 1920 un parti, le NSDAP, militarisé, anticapitaliste, xénophobe en général et antisémite en particulier. Echoue dans un premier coup d’état, quand Mussolini lui est déjà au pouvoir, il recrute en promettant l’ordre, la prospérité et la grandeur et séduit les classes moyennes ruinées. Devenu chancelier du Reich en 1933, il applique ce qu’il avait annoncé dans son livre-manifeste. Que les Etats voisins n’ont pas pris au sérieux, ou parce qu’en Europe occidentale, le danger principal était le bolchévisme. En outre le pacifisme était très fort après l’hécatombe de la Première Guerre Mondiale. (1,4 million de morts en France). Le nazisme étend son emprise sur l’Europe, sauf en GB, raflant Juifs et Tziganes, déportant aussi opposants politiques dans des camps de concentration et d’extermination. Le sacrifice soviétique, l’efficacité industrielle et l’engagement militaire des EU mettront fin au cauchemar en mai 1945.

En 1945, le pays vaincu ne fait partie du club des cinq du Conseil de Sécurité de l’ONU, n’a pas d’arme nucléaire. Devient un géant économique, mais reste un nain politique, à l’égal du Japon. Jugé à Nuremberg, puis occupé avec leurs bases militaires par les 4 alliés vainqueurs, est éclaté en régions autonomes (lander) pour éviter une nouvelle puissance. Devenu le principal terrain de la Guerre Froide en Europe, le pays est coupé en deux morceaux en 1949 : à l’ouest la RFA pro-américaine où la modeste ville de Bonn est promue capitale, à l’est la RDA :pro-soviétique, où Berlin devient une île capitaliste, isolée par un mur en 1961.

Créé en 1970, comme en Italie un groupe partisan de l’action directe «la Fraction armée rouge», incarnée par ses deux leaders Ulrike Meinhof et Robert Baader, perpètre de nombreux attentats dans les milieux politiques et économiques, assassine en 1977 l’ancien SS et patron des patrons, Hanns Martin Schleyer, détourne un avion de la Lufthansa. Les deux personnes se suicidèrent dans leur cellule, en 1976 et 1977.

A partir de 1990, l’Etat et la société allemande ont surmonté le défi de la réunification, officielle en 1990, absorbant 16 millions d’ Ossis, modernisant et restructurant l’ex-RDA qui reste cependant plus pauvre que la RFA.

Depuis la fin du XIXe siècle, l’Allemagne a été l’ennemi de la France : guerres en 1870, 1914, 1940 ( les «Teutons, les Fritz, les Fridolins, les Boches»). Mais depuis 1945, ce pays est devenu leur ami au sein de la CECA, devenue Marché commun, devenu CEE, devenue EU. Il est la moitié du « couple franco-allemand ».

Les Allemands sont très forts en football ; en tennis : Boris Becker; en course de F1 : Schumacher; ils sont ou ont été forts en optique : Zeiss ; en relativité : Einstein ; en philosophie : Jonas, Hegel, Fichte, Adorno, Husserl, Heidegger, Schopenhauer, Habermas, Kant, Arendt, Nietzsche, Feuerbach, Freud ; en musique : Bach, Brahms, Beethoven, Wagner ; en littérature et poésie : Schiller, Heine, Goethe, Mann, Hölderlin, Grass, Hesse, Brecht, Böll , Döblin, Hofmannsthal, Remarque.

Ludwig_van_Beethoven, wikipedia.org

PRÉSENTATION DU PAYS VITICOLE

Les vignobles allemands s’étendent sur 1 02 873 (2018, Source: The Wine of Germany), en légère hausse par rapport à 2017, 102592 hectares. 65% sont réservés aux raisins blancs. Avec 10,3 millions d’hectolitres produits en 2018, l’Allemagneest le 9e producteur mondial de vin en volume et le 4e producteur de l’Union Européenne en 2016 (source: OIV). L’Allemagne, qui se situe entre les latitudes 51° Nord à Baden et 51°5 ‘ Nord à Saale Unstrust, a longtemps été divisée en 13 régions viticoles majeures AOP (gUs en allemand) avant qu’en 2021, 6 autres régions viticoles ne soient ajoutées et ratifiées par l’Union Européenne. Elle est traversée par de nombreux fleuves et rivières, Rhin, Main, Neckar, Moselle, Elbe, Saar, Ruwer, Nahe, Ahr, Untrust, qui dans ce climat marginal, facilitent la maturation des raisins. Le tiers des cépages plantés sont des cépages rouges et avec 11 767 hectares, le pays est le 3ème producteur mondial de pinot noir. Mais c’est le cépage riesling, le plus planté en Allemagne, qui produit le vin le plus excitant, le plus distinctif, et le plus unique.

HISTOIRE ANCIENNE

La viticulture allemande date de la période romaine et les premiers vignobles furent probablement établis quelques centaines d’années avant Jésus-Christ près de Trèves sur les bords de la Moselle. La culture de la vigne par les Celtes n’est pas confirmée. Au IV° siècle, la viticulture était bien établie le long et au nord du Rhin. L’Empire romain céda sa place aux Mérovingiens et aux Carolingiens et Charlemagne, couronné empereur d’Occident le jour de Noël de l’an 800, exerça une influence stabilisatrice sur la viticulture. Son couronnement allait contribuer à la constitution d’un ensemble, le Saint Empire romain germanique avec plus de 300 entités autonomes, séculières et/ou ecclésiastiques, seigneuries, duchés, principautés, cités impériales libres et leurs systèmes électoraux.
Cette diversité juridique allait perdurer jusqu’en 1806 avant de s’effacer pratiquement sans heurts. L’une des lois de Charlemagne, Capitulare de villis, ne comprenait pas moins de 10 paragraphes sur le vin, illustrant ainsi son importance dans la culture de l’époque. Ce fut l’époque glorieuse avec des vignobles qui s’étendaient au nord-est jusqu’à la Silésie. Le vin était plus qu’une boisson, plus qu’un élément nutritif ou l’instrument d’un rite sacramental, c’était une valeur marchande qui pouvait s’échanger, s’acheter et se vendre.

Photo
SACRE DE CHARLEMAGNE. SOURCE: Wikipedia.org

Le Petit Âge Glaciaire, au milieu du XIII° siècle allait réduire la taille du vignoble. Mais ce furent surtout les troubles graves, à la fois politiques et religieux qui endommagèrent la viticulture d’une manière significative. La Réforme protestante née en Allemagne (Luther en 1517) joue un rôle décisif dans la Guerre des paysans qui est matée brutalement en 1524. Puis les guerres étrangères se succèdent pendant plus d’un siècle avec d’abord la Guerre de 30 ans qui ruine le pays de 1618 à 1648, à cette date la population était passée de 17 millions à 10 millions. À partir de 1792, Napoléon occupa puis annexa tous les territoires sur la rive gauche du Rhin. Le code féodal fut remplacé par le Code Civil. Il dissout les monastères, sécularisa les propriétés aristocratiques et ecclésiastiques et les vendit aux enchères. Après la défaite de Napoléon, le traité de Vienne tenta d’instaurer un nouvel ordre européen.
C’est en 1775 qu’avait été découvert accidentellement le concept de pourriture noble à Schloss Johannisberg quand l’émissaire des autorités venu annoncer la date des vendanges fut retardé d’une quinzaine de jours.

Photo
MARTIN LUTHER: Wikipedia.org
Photo
SOURCE: Wikipedia.org

D’un point de vue viticole les assemblages de vins provenant de diverses régions étaient la norme sauf peut-être pour le riesling, et en particulier le riesling du Rheingau qui commença à se démarquer des autres vins avec des prix qui reflétaient leurs qualités. La viticulture se structura avec des instituts, des écoles de formation. L’ascendant de la Prusse allait permettre l’unification et la création de l’Empire allemand en 1871.
À la fin du XIXe siècle les vignobles allemands allaient être victimes comme partout en Europe de l’oïdium et du phylloxéra. La fragmentation du vignoble était extrême et les rieslings de la Moselle et du Rhin étaient parmi les recherchés et les plus chers du monde. Mais les années glorieuses du riesling s’arrêtèrent avec la Guerre de 1914-1918. Le pays fut coupé de ses marchés d’exportation. Les bolcheviques qui avaient pris le pouvoir en Russie se détournaient des vins allemands. L’hyperinflation de 1924 et la crise économique de 1929 puis la Prohibition qui sévit en Amérique, allaient parachever la catastrophe. Le régime nazi, à partir de 1933, qui voyait dans la viticulture une expression de l’identité nationale et un outil de propagande prit un contrôle total de la viticulture avec un slogan particulièrement révélateur, «Sang et Terre». Les hybrides furent bannis. La rationalisation, le progrès et les prouesses techniques étaient les maîtres-mots.

HISTOIRE RÉCENTE

Ces quarante dernières années, le terroir viticole et l’élaboration des vins allemands ont énormément changé, ce qui a contribué à un manque de lisibilité des étiquettes et des vins et n’a pas facilité leur commercialisation. Pourtant l’Allemagne fait des grands vins en particulier avec les cépages riesling et plus récemment avec le pinot noir (appelé spätburgunder).
Le vin allemand d’entrée de gamme a eu son heure de gloire dans les années 1970-1980 grâce au vote d’une loi en 1971 (toujours en vigueur) qui mesurait la qualité du vin à son taux de sucre à la vendange. Plus la concentration en sucre à la vendange était importante et plus le vin était censé être qualitatif. De plus, contrairement à la France et à l’Italie, les rendements n’étaient pas contrôlés et il était possible d’ajouter du sucre légalement avec du moût sucré non fermenté appelé « Süssreserve ». L’industrie viticole allemande déversa ainsi des millions d’hectolitres de vins faits à partir de raisins surmaturés insipides et manipulés sur les marchés mondiaux (Liebfraumilch, Niersteiner. Piesporter etc.). La première victime en fut le délicat cépage riesling qui perdit ses caractéristiques organoleptiques dans cette débauche à la course au sucre et à la quantité (voir aussi législation et réglementation).

Photo
Photo
Photo

Heureusement et comme souvent, la viticulture allemande fut sauvée par une bande d’obstinés presque visionnaires qui, avec des faibles rendements et des méthodes de vinification plus proches de la nature, allaient montrer que certains terroirs pouvaient produire des vins minéraux, tendus, complexes, à faible taux d’alcool et parfaitement équilibrés. Les rieslings allemands, en particulier ceux qui proviennent de vignobles sur coteaux escarpés et à forte proportion d’ardoises, sont uniques et aucun autre pays au monde ne peut aujourd’hui rivaliser avec ces vins. La grande majorité des vins allemands sont des monocépages. Ces quinze dernières années, certains producteurs majeurs se sont éloignés des concentrations en sucre et de la règlementation allemande. Ils élaborent des vins plus secs donc à plus fort degré d’alcool (le sucre étant transformé en alcool). Ce style de vin, avec plus de gras, une belle minéralité, et avec l’acidité du cépage riesling cultivé sur de nobles terroirs trouve aujourd’hui sa place dans la gastronomie.

RÉGIONS VITICOLES

Si l’Allemagne viticole est divisée en 13 grandes régions viticoles distinctes, Il existe 19 gUs (AOP) car 6 appellations, en attente de ratification par l’Union depuis 2017, l’ont été en 2021. Pour le détail des régions viticoles allemandes, cliquez sur le lien suivant: RÉGIONS VITICOLES ALLEMAGNE

CLIMATS

La viticulture allemande est une viticulture de climat frais et le 50e parallèle traverse les régions du Rheingau et de la Moselle.

L’Allemagne jouit avec un climat généralement tempéré, surtout en raison de ses latitudes nordiques et de l’éloignement de la majorité de son territoire de l’influence du courant de l’Atlantique Nord. Les températures extrêmement élevées en été et les gelées profondes et prolongées en hiver sont rares. Ces conditions, associées à une pluviométrie plus qu’abondante et bien répartie, offrent des conditions idéales pour la viticulture. Comme dans toute l’Europe occidentale en général, cependant, le climat de l’Allemagne est soumis à de rapides variations lorsque les vents modérés d’ouest de l’océan Atlantique entrent en collision avec les masses d’air froid venant du nord-est de l’Europe. Alors que dans les zones côtières ouvertes proches des mers du Nord et de la Baltique, la composante maritime prévaut, les éléments continentaux gagnent en importance en se déplaçant vers l’est et le sud-est.

La météo saisonnière est sujette à de grandes variations d’une année à l’autre. Les hivers peuvent être inhabituellement froids ou prolongés, en particulier dans les hautes altitudes du sud, ou doux, avec des températures oscillant à seulement deux ou trois degrés au-dessus ou en dessous du de zéro . Le printemps peut arriver tôt et s’étendre d’un été chaud et sans pluie à un automne chaud et sec avec menace de sécheresse. Les autres années, le printemps – invariablement interrompu par une période glaciale en mai, populairement connu sous le nom de «die drei Eisheiligen» («les trois saints des glaces») – peut arriver si tard qu’il est imperceptible et être suivi d’un été frais et pluvieux.

Le sud-est de l’Allemagne peut être par intermittence la région la plus froide du pays en hiver, mais les vallées du Rhin, du Main, du Neckar et de la Moselle, ou se concentre une partie importante de la viticulture, peuvent également être les plus chaudes en été. De février 2019 à 2020, les températures mensuelles moyennes en Allemagne variaient d’un minimum de 3,3 °C (37,9 °F) en janvier 2020 à un maximum de 19,8 °C (67,6 °F) en juin 2019. Les précipitations mensuelles moyennes allaient de 30 litres par mètre carré en février et avril 2019 à 125 litres par mètre carré en février 2020. Le nombre d’heures d’ensoleillement mensuel moyen variait de 45 en novembre 2019 à 300 en juin 2019. La température la plus élevée jamais enregistrée en Allemagne était de 42,6 °C le 25 juillet 2019 à Lingen et la plus basse était de -37,8 °C le 12 février 1929 à Wolnzach.

Photo
SOURCE: Non identifiée

SOLS

https://esdac.jrc.ec.europa.eu/

LES CEPAGES

Avec 23,3% de l’encépagement, le est le cépage allemand le plus planté suivi du Müller-Thurgau avec 11,6%. Les cépages grauburgunder (pinot gris) et weißburgunder (pinot blanc) sont aussi bien représentés avec environ 6% chacun. Pour le rouge, le pinot noir domine l’encépagement avec 11.4% suivi du Dornfelder qui représente 7,4%. Les autres cépages ne dépassent pas 2,5% de l’encépagement. Plus de détails sur cépages, cliquez sur le lien suivant: ALLEMAGNE – Cepages.

LEGISLATION ET RÈGLEMENTATION

La législation allemande sur les vins est particulièrement complexe, parfois à la limite de la compréhension et est basée largement depuis 1971, sur le poids du moût à la vendange (la concentration en sucre dans les raisins) et les vins sont divisés sur cette base en 4 catégories: Deutsche Wein, Landwein, Qualitätswein et Prädikstswein.Mais la localisation géographique entre aussi en ligne de compte avec la division des régions qui ont le droit de produire des Qualitätswein et Prädikstswein 4 catégories additionnelles classifiées dans l’ordre déclinant de leur taille: « Anbaugebiet » (une région viticole majeure), « Bereich » (un district à l’intérieur d’une région viticole majeure), « Grosslage » (un regroupement de vignobles à l’intérieur d’un district) et « Einzellage » (une sélection parcellaire). Mais, un certain nombre de domaines dissidents ont créé leur propre classification en 2012, VDP, (Verband Deutscher Prädikats) qui ne se base plus sur la concentration en sucre à la vendange mais sur l’origine du vin, le cépage, les rendements etc. Pour compliquer (ou pour simplifier) les choses, le législateur allemand a introduit dès avril 2021, des nouvelles classifications de règlementations pour essayer d’harmoniser les différentes législations pour qu’elles soient plus compréhensibles aux consommateurs. Pour le détail de la législation et de la réglementation, cliquez sur le lien suivant: ALLEMAGNE – Legislation.

Photo

 

Photo
VIGNOBLES DE LA MOSELLE: SOURCES: ON IDENTIFIÉES



JANCIS ROBINSON PARLE DES VINS ALLEMANDS (ANGLAIS)